Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées

    Plus tôt ce mois-ci, les dirigeants internationaux se sont réunis à Glasgow pour la COP 26, la dernière conférence des Nations unies sur le climat. Cette manifestation a été considérée par beaucoup comme essentielle pour déterminer si le monde pouvait atteindre de manière réaliste les objectifs de l’accord de Paris de 2015 et atténuer ainsi les effets de plus en plus graves des changements climatiques.

    L’effervescence de la COP 26 a laissé la place à un débat animé sur le déferlement de nouvelles annonces, initiatives et alliances qui émergent de Glasgow, et sur ce qu’elles signifieront pour la lutte mondiale contre la crise climatique. Et cela vaut particulièrement pour les responsables et les chefs de file européens en matière de recherche-développement (R-D) qui s’empressent de concevoir des solutions évolutives et durables qui permettront de réaliser des progrès significatifs.

    Qu’est-ce que la COP 26 signifiera pour le pacte vert, avec sa transformation de l’industrie axée sur la technologie ? Apportera-t-elle une nouvelle source d’inspiration et de nouvelles priorités à Horizon Europe, alors que 35 % de son budget est consacré aux sciences liées au climat ? La COP 26 de Glasgow peut-elle libérer une nouvelle vague de financements en faveur de l’innovation climatique ? Ouvrira-t-elle davantage de portes à une coopération internationale accrue ou à la consolidation des intérêts nationaux ?

    Pour ce débat en direct, Science|Business a réuni des personnalités de premier plan – dont George Freeman, ministre britannique des sciences, et Gunnar Muent, directeur général des services centraux à la BEI – afin de discuter de ces enjeux et de réfléchir à leurs implications pour les sciences et les technologies européennes dans les mois à venir.