Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées
    >@EIB

    La représentation permanente de la BEI à Bruxelles organise des déjeuners-rencontres, des discussions informatives et interactives sur des thèmes d’actualité. Les déjeuners-rencontres sont l’occasion pour les parties prenantes basées à Bruxelles d’acquérir de première main les connaissances et le savoir-faire des organisations participantes.

    Les déjeuners-rencontres débutent à 13 heures et sont suivis d’une discussion et d’une séance de questions-réponses avec le public. 

    Déjeuners-rencontres à venir

    Plus de déjeuner à venir.

    Déjeuners-rencontres passés

    Séances de rattrapage des déjeuners-rencontres que vous avez peut-être manqués. Des vidéos des déjeuners-rencontres sont disponibles.

    Monday, 19  September 2022

    Welcome remarks:

    • Mr Kim Jørgensen, Permanent Representative in Brussels, European Investment Bank

    Speakers:

    • Mr Alexandr Hobza, Chief Economist, Head of Unit, DG Research & Innovation, European Commission
    • Mr Yann Ménière, Chief Economist, European Patent Office
    • Mrs Désirée Rückert, Economist, European Investment Bank

    Moderator:

    • Mr Oliver Cusworth, Senior Policy Officer, Permanent Representation in Brussels, European Investment Bank

    Watch the recording here.

    Further resources:

    •  

    Mardi 28 juin 2022

    Mesurer l’empreinte d’un projet sur la biodiversité est une étape importante pour déterminer les projets en lien avec la biodiversité susceptibles d’être financés et pour mettre en place une réserve de projets d’investissement viables.
    Compte tenu de l’expérience acquise par la BEI et CDC Biodiversité, l’objectif de ce débat en ligne est d’aborder le type de critères et d’indicateurs nécessaires pour déterminer et sélectionner les projets afin de réduire au maximum leur empreinte sur la biodiversité, la façon de rendre les projets en lien avec la biodiversité bancables et la manière dont les secteurs public et privé pourraient unir leurs forces pour accélérer les investissements en faveur de la conservation de la biodiversité et des solutions fondées sur la nature pour l’adaptation aux changements climatiques et la résilience.
    Interventions :

    • Marc Abadie, PDG, Caisse des Dépôts, CDC Biodiversité
    • Humberto Delgado Rosa, directeur de la biodiversité, direction générale de l’environnement, Commission européenne
    • Eva Mayerhofer, cheffe d’unité, politique environnementale, Banque européenne d’investissement

    Modération :

    • Sophie Barbier, directrice, division des affaires européennes, Caisse des Dépôts

    Visionner l’enregistrement ici.

    Jeudi 3 mars

    La santé mondiale figure parmi les domaines prioritaires pour approfondir l’intégration entre l’Europe et l’Afrique. Pour faire face à la pandémie actuelle, il faut accélérer la vaccination mondiale, faire en sorte qu’elle soit accessible de façon juste et complète à un prix abordable, renforcer la résilience des services de santé dans les pays partenaires et développer la production de vaccins et de médicaments en Afrique pour l’ensemble du continent.

    Dans le contexte de la crise du COVID-19, l’UE et l’Afrique ont lancé différentes initiatives visant à renforcer la prévention, la préparation et la réponse aux pandémies et autres situations d’urgence sanitaire, conformément au Règlement sanitaire international.

    Au titre de la stratégie Équipe Europe, l’UE et ses États membres ont versé plus de 3 milliards d’euros au mécanisme COVAX et ont promis 100 millions d’euros pour soutenir le déploiement de vaccins en Afrique. Dans le cadre de l’Équipe Europe, la BEI a fourni au mécanisme COVAX 400 millions d’euros en décembre 2020, puis 200 millions d’euros supplémentaires en novembre 2021. En outre, la BEI a pu, grâce à son savoir-faire interne dans le secteur de la santé, appuyer l’augmentation des capacités de production et de l’accessibilité des produits et technologies de santé en Afrique.

    Compte tenu du rôle accru de l’UE et de la BEI dans le soutien aux systèmes de santé africains, l’objectif de ce déjeuner-rencontre est d’étudier les moyens de renforcer encore la résilience des systèmes de santé en Afrique et d’améliorer leur capacité de préparation, de prévention et de réponse aux pandémies.

    Interventions :

    • Gabriella Fesus, cheffe de l’unité Inclusion et protection sociales, santé et démographie, direction générale des partenariats internationaux, Commission européenne
    • Aparajita Ramakrishnan, directrice adjointe des relations avec les gouvernements donateurs, Fondation Bill & Melinda Gates
    • Noëlla Bigirimana, directrice générale adjointe du Centre biomédical du Rwanda (RBC)
    • Richard Amor, chef des opérations de prêt aux entreprises, département Pays partenaires tiers de la Banque européenne d’investissement

    Modération :

    •  Clare Denvir, chargée principale des questions de politique générale, représentation permanente à Bruxelles de la Banque européenne d’investissement

    Visionner l’enregistrement ici.

    Lundi 14 mars

    Le segment des semi-conducteurs joue un rôle essentiel pour permettre à l’Europe de parvenir à la souveraineté numérique. En conséquence, l’Europe doit égaler l’appui à l’investissement apporté par ses concurrents internationaux dans le secteur manufacturier.

    Mais même les acteurs bien établis dans ce secteur sont confrontés à un risque important, car, en dehors des cycles de prix élevés, le coût des usines de production est très important et la dépréciation est rapide du fait de l’obsolescence technologique.

    Les décisionnaires politiques visent un changement structurel pour le segment européen des semi-conducteurs. Le règlement sur les semi-conducteurs, récemment adopté par la Commission européenne, cherche à renforcer la compétitivité de l’industrie européenne à l’échelle internationale et à mobiliser des ressources pour investir dans des capacités de production supplémentaires.

    Les subventions à elles seules permettront-elles à l’Europe de réduire son déficit commercial dans les semi-conducteurs ? Il est fort probable que des investissements massifs du secteur privé soient également nécessaires. Mais d’importantes nouvelles capacités devraient être mises en place à l’échelle mondiale au cours des années à venir et le risque de surcapacité structurelle augmente – et ce devrait être le cas pendant au moins un certain temps. Il devient donc crucial de garantir une perspective à long terme pour l’investissement et une gestion appropriée des risques financiers.

    Quelle que soit la voie choisie, les investissements nécessaires dans de nouvelles capacités de production européennes sont importants et la BEI peut jouer un rôle déterminant dans leur mise à disposition. L’intervention de la Banque peut être justifiée par son rôle dans la promotion de projets d’investissement innovants et le renforcement de la compétitivité internationale d’une industrie européenne stratégique. Ce déjeuner-rencontre explorera comment ce segment peut travailler avec les autorités nationales et les institutions financières afin de trouver un juste milieu entre les possibilités offertes et les risques encourus.

    Interventions :

    • Lucilla Sioli, directrice de l’intelligence artificielle et de l’industrie numérique, direction générale des réseaux de communication, du contenu et des technologies, Commission européenne
    • Giuseppe Notarnicola, vice-président exécutif, trésorerie, assurance, fusions et acquisitions, propriété intellectuelle, immobilier et affaires publiques pour l’Italie, STMicroelectronics
    • Gert Bergen, vice-président, développement stratégique, IMEC
    • Harald Gruber, chef de la division Infrastructures numériques, Banque européenne d’investissement

    Modération : 

    • Oliver Cusworth, conseiller en stratégie, représentation permanente à Bruxelles, Banque européenne d’investissement

    Visionner l’enregistrement ici