Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées

    Sixième partie de la série « L’héritage du FEIS »

    Le Fonds européen pour les investissements stratégiques a changé la donne pour les programmes de relance économique soutenus par des financements publics de l’UE et pour la Banque européenne d’investissement.  « L’héritage du FEIS » est une série qui raconte l’histoire du Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) de 2015 à 2020 au fil d’entretiens avec son directeur exécutif, sa directrice exécutive adjointe, les membres du comité d’investissement et des bénéficiaires finals de toute l’Europe.

    Téléchargez ici la publication intitulée « L’héritage du FEIS »


    Le FEIS a permis au Groupe Banque européenne d’investissement de proposer une plus large gamme de produits et de services financiers afin de soutenir des entreprises et d’autres bénéficiaires qui n’auraient pas pu recevoir d’aide avant ce mécanisme de garantie. Les connaissances et l’expertise amassées dans le cadre du FEIS au cours de ces cinq dernières années pourront être réutilisées à l’avenir, que ce soit pour de nouveaux mécanismes de garantie ou au bénéfice de la propre capacité d’absorption des risques de la BEI.

    Une plus grande transparence et une meilleure communication publique sur les projets et leur impact

    Dans tous les projets futurs de la BEI, la notion d’« additionnalité » sera plus clairement exposée et l’accent sera mis sur les domaines où le marché est défaillant ou sur les situations d’investissement non optimales. Il sera expliqué pourquoi la BEI soutient un projet donné et la différence qu’elle permet de faire, en utilisant une terminologie accessible aux tiers (y compris aux membres de son propre Comité de direction).

    Renforcer l’« approche de groupe » de la Banque européenne d’investissement et du Fonds européen d’investissement dans les activités de financement, la publication d’informations et la communication

    Des projets et des personnes

    Le Fonds européen d’investissement investit dans le premier fonds d’amorçage destiné aux entreprises issues du milieu universitaire français afin de soutenir les recherches sur le cancer d’Angelita Rebollo.

    Dans son laboratoire de l’Université Pierre et Marie Curie, situé près des bords de Seine au centre de Paris, Angelita Rebollo a mis au point une technique permettant de bloquer certaines fonctions spécifiques des protéines qui transforment les cellules saines en cellules cancéreuses. Ce traitement pourrait aider des personnes atteintes de diverses pathologies. Les premiers résultats indiquent qu’il sera d’abord utilisé pour le traitement du cancer des ovaires et de certaines formes graves de cancer du sein. Alors que la chimiothérapie entraîne de nombreux effets secondaires en détruisant des cellules saines, la thérapie ciblée d’Angelita Rebollo s’attaque uniquement aux cellules cancéreuses.

    Les recherches d’Angelita sur le sujet ont débuté il y a 17 ans à Madrid et l’ont amenée à créer une entreprise, PEP-Therapy, avec quelques autres scientifiques travaillant dans de prestigieux instituts de recherche en France. L’entreprise porte le nom des molécules étudiées par Angelita Rebollo (peptides pénétrants et interférents) et son rôle est de transformer cette découverte scientifique en traitement capable de sauver des vies. « Nous avons créé cette entreprise pour que nos découvertes soient transmises du chercheur au patient », explique Angelita Rebollo. « Notre objectif est de développer une molécule qui aidera un très grand nombre de personnes. »

    PEP-Therapy a reçu un apport de 1 million d’euros de la part de Quadrivium 1, le premier fonds d’investissement français fournissant des capitaux d’amorçage à des projets issus d’une douzaine d’instituts de recherche universitaire en France, ou liés à ces instituts, dans les domaines des sciences de la vie et de la technologie numérique. Les universités états-uniennes ont été les premières à appliquer ce modèle puis il a été largement adopté au Royaume-Uni. En France, il s’agit d’une première. « Il n'a pas été simple d'introduire ce concept en France », explique Philippe Tramoy, gestionnaire du portefeuille Sciences de la vie du fonds Quadrivium 1. « Comme notre fonds est le premier du genre, tout le monde nous observe pour voir si ce modèle est bon à suivre. »

    Le Fonds européen d’investissement a accordé à Quadrivium 1 un apport de 20 millions d’euros garanti par le FEIS.

    La dimension économique de la recherche scientifique n’échappe pas à Angelita Rebollo. Après tout, si elle a quitté son poste à Madrid, c’est à cause de la rareté des ressources consacrées à la recherche en Espagne. Avant de s’installer à Paris, elle est également passée par l’Allemagne et la Belgique. « L’investissement de Quadrivium nous permet de financer les différentes étapes du développement », explique-t-elle. « Nous avions besoin de fonds pour trouver cette molécule, qui, nous l’espérons, sauvera des vies. »

    L’idée principale, c’est de laisser le marché s’exprimer.

    ©TERMA

    Comment présenter l’héritage du FEIS

    Le COVID-19 a peut-être écrit un nouveau chapitre de l’histoire du FEIS à peine quelques mois avant la fin du programme, mais il y avait déjà de nombreuses manières de raconter cette histoire tellement la portée du FEIS a été grande.

    On peut par exemple la raconter, comme nous l’avons fait dans cette série, à travers les histoires des personnes qui, à travers toute l’Europe, doivent leur emploi à des projets financés avec l’aide de la garantie du FEIS.

    Ou on peut la raconter en dessinant une carte de l’Europe. On trouve des projets garantis par le FEIS de Las Palmas, dans les Îles Canaries (Espagne), où la garantie du FEIS a soutenu un financement de la BEI permettant de mettre en circulation de nouveaux bus plus propres, à l’Estonie au nord, où le FEIS a garanti un prêt octroyé à l’entreprise Skeleton Technologies pour ses recherches sur les supercondensateurs pour le stockage d’énergie. L’héritage du FEIS dépasse même le cadre terrestre avec l’investissement garanti par le FEIS dans OHB, une entreprise brêmoise qui conçoit des satellites électriques.

    On peut aussi présenter l’héritage du FEIS comme l’histoire d’une vie humaine, en commençant par le financement garanti par le FEIS octroyé à Jennewein Biotechnologie pour la production de préparations pour nourrissons contenant les mêmes sucres naturels que le lait maternel, et le prêt accordé à Science4You, une entreprise portugaise qui fabrique des jeux éducatifs. Vient ensuite le moment de l’école, avec la garantie du FEIS apportée à un partenariat public-privé (PPP) pour le financement d’écoles publiques en Finlande et enfin le combat pour repousser la mort avec un investissement dans un PPP visant à construire des établissements de soins primaires en Irlande. L’héritage du FEIS peut également se raconter du point de vue de la vie des entreprises, en présentant certaines des start-up et des jeunes entreprises financées avec l’aide de la garantie du FEIS, comme Winnow, une société qui développe, dans son centre de recherche situé en Roumanie, des outils basés sur l’intelligence artificielle permettant de réduire le gaspillage alimentaire.

    Ou en allant du plus petit au plus grand, d’une usine familiale de moulage de métaux en Allemagne financée par le Fonds européen d’investissement avec la garantie du FEIS, aux accords de prêt signés par la Banque européenne d’investissement avec des géants tels qu’Ericsson, Telefonica et Deutsche Telecom pour leurs travaux sur les infrastructures 5G.

    Il y a aussi les projets de financement de bornes de recharge pour voitures électriques en Italie ; de passage au numérique de commerces traditionnels en Espagne ; de recherche sur des semences très performantes pour des cultures qui résistent aux agents pathogènes en France ; de construction de structures médicales aux Pays-Bas. Autant de manières de montrer l’héritage du FEIS, qui dessinent pour l’Europe un avenir marqué par une économie innovante et durable.

    Ces différentes histoires du FEIS suivent le même scénario, dans lequel des ressources publiques limitées sont habilement utilisées pour créer des emplois et générer de la croissance pour les citoyens de l’UE. L’héritage du FEIS se trouve dans les vies qu’il soutient, mais aussi dans les leçons qu’en ont tirées les décideurs politiques tandis qu’ils font face à une nouvelle crise.