La Banque européenne d’investissement a lancé la deuxième édition de l’enquête de la BEI sur le climat. Ses conclusions sont particulièrement pertinentes à l’heure où le climat est l’une des priorités absolues de l’UE et à la suite de l’adoption par la BEI d’une nouvelle politique de prêt en faveur de projets énergétiques sans combustibles fossiles et d’une nouvelle feuille de route pour l’action en faveur du climat.

Menée en partenariat avec la société d’études de marché BVA, cette enquête vise à alimenter le débat général sur les comportements et les attentes des citoyens de l’Union européenne, des États-Unis et de la Chine en matière d’action climatique.

« Je me réjouis de voir à quel point les citoyens européens sont engagés dans notre lutte commune contre les changements climatiques. Les initiatives climatiques individuelles déterminent les tendances socio-économiques qui permettront à nos sociétés de faire face aux changements climatiques », affirme la vice-présidente Emma Navarro.

Découvrez ci-dessous certaines des principales conclusions provenant de la deuxième des trois publications relatives à l’enquête mondiale de la BEI sur le climat.

Transports

Adoption de moyens de transport plus respectueux de l’environnement

Au total, 64 % des Européens semblent disposés à privilégier les transports publics plutôt que la voiture pour des raisons environnementales. À titre de comparaison, 93 % des Chinois et seulement 49 % des Américains affirment avoir déjà adopté ce comportement. Dans l’Union européenne, l’Europe de l’Est se distingue de par sa grande utilisation des transports publics. De plus, l’enquête montre que, parmi les personnes interrogées, seuls 3 % des Européens et 5 % des Américains affirment avoir remplacé leur voiture par un modèle électrique, contre 26 % des Chinois.

 

En matière de transport aérien, 36 % des Européens déclarent moins prendre l’avion pour partir en vacances afin de lutter contre les changements climatiques et 75 % ont l’intention de le faire en 2020. Ce chiffre monte à 94 % en Chine, mais il n’atteint que 69 % aux États-Unis. La population de l’Union européenne, en particulier en Croatie, en Slovaquie et en Allemagne, s’engage à moins prendre l’avion et à voyager davantage en train.

 

Logement et consommation

Bonnes résolutions pour la nouvelle année concernant le chauffage du domicile et une consommation écologiquement responsable

Parmi les personnes interrogées, 91 % des Chinois déclarent vouloir moins chauffer leur domicile pour lutter contre les changements climatiques, contre 78 % des Européens et 75 % des Américains. D’autres différences peuvent être observées en matière d’actions favorables à l’environnement au sein du domicile : plus de 94 % des Chinois envisagent de passer à un fournisseur d’énergies vertes ou l’ont déjà fait, contre 70 % des Européens et 64 % des Américains.

Concernant la consommation écologiquement responsable, les personnes interrogées en Europe et aux États-Unis sont moins susceptibles de s’engager sur cette voie que celles sur le territoire chinois. En Chine, 86 % de la population affirment vouloir investir dans des fonds verts en 2020, contre 56 % aux États-Unis et 52 % en Europe. Les pays d’Europe de l’Est et les pays baltes notamment sont les moins susceptibles de boycotter des marques très polluantes.

Découvrez plus en détail l’engagement des citoyens à l’égard des changements climatiques dans les pays suivants :

Français : 84 % envisagent de moins chauffer leur domicile en hiver pour lutter contre les changements climatiques et 39 % le font déjà

Télécharger l’infographie  

Dans l’ensemble, les Français interrogés affirment être disposés à modifier leur mode de vie pour lutter contre les changements climatiques, mais à des degrés divers. Parmi les personnes interrogées, 90 % semblent prêtes à ne consommer que des denrées alimentaires locales, tandis que 94 % s’engagent à acheter moins de bouteilles en plastique.

Pour ce qui est d’opter pour des moyens de transport plus respectueux de l’environnement, les Français sont en retard sur le reste des Européens. Seuls 58 % des Français affirment vouloir utiliser des transports publics pour leurs trajets quotidiens afin de lutter contre les changements climatiques, un pourcentage inférieur à la moyenne européenne (64 %). Au total, 27 % des Français (le pourcentage le plus élevé d’Europe) déclarent ne pas avoir accès à des transports publics, les pourcentages les plus élevés étant enregistrés dans les régions Normandie (39 %), Pays-de-la-Loire (38 %), Bourgogne-Franche-Comté (37 %) et Grand-Est (35 %).

Italiens : 94 % veulent arrêter d’utiliser des bouteilles en plastique et 66 % l’ont déjà fait

Télécharger l’infographie  

Les Italiens seraient plus disposés que les autres Européens à adapter leur mode de vie pour lutter contre les changements climatiques. D’après les conclusions de l’enquête, 93 % des Italiens interrogés ont l’intention d’acheter davantage de denrées alimentaires locales, tandis que 48 % le font déjà. Ils sont 77 % à vouloir moins prendre l’avion pour lutter contre les changements climatiques.

Concernant les déchets, 97 % des Italiens ont arrêté ou réduit leur utilisation de plastique. Plus précisément, 94 % des Italiens affirment vouloir arrêter d’acheter des bouteilles en plastique, 97 % souhaitent cesser d’utiliser des sacs en plastique et 96 % ont l’intention d’acheter moins de produits emballés dans du plastique. Les femmes sont plus susceptibles que les hommes de réduire leur consommation de plastique : 65 % des Italiennes affirment avoir arrêté d’utiliser des sacs en plastique contre 55 % de leurs compatriotes masculins.

Espagnols : des résolutions ambitieuses pour la nouvelle année en matière de lutte contre les changements climatiques

Télécharger l’infographie  

Les Espagnols sont disposés à faire plus d’efforts que le reste des Européens pour adapter leur mode de vie en vue de lutter contre les changements climatiques. Selon les résultats de l’enquête, 95 % des Espagnols veulent acheter moins de produits en plastique, tandis que 78 % des personnes interrogées ont l’intention de moins prendre l’avion pour des raisons environnementales. Les Espagnols sont aussi 74 % à être disposés à moins utiliser la climatisation dans leur domicile.

Ils sont 78 % à affirmer vouloir boycotter des entreprises ou des marques qui contribuent fortement au réchauffement climatique. Les investissements dans des fonds verts sont aussi populaires en Espagne : environ 60 % de la population affirment envisager de franchir le pas, soit 8 points de plus que la moyenne européenne (52 %). Parallèlement, 75 % de la population espagnole ont participé ou participeront à une manifestation pour le climat, soit 19 points de plus que la moyenne européenne (56 %). Ce chiffre atteint 83 % pour les Espagnols âgés de 15 à 29 ans.

Suédois : 64% veulent passer à un fournisseur d’énergies vertes et 39 % l’ont déjà fait

Télécharger l’infographie  

Dans l’ensemble, la population suédoise prévoit moins d’adaptations de son mode de vie que le reste des Européens pour lutter contre les changements climatiques. La Suède est aussi nettement en retard sur le reste de l’Europe, car seuls 53 % des Suédois envisagent de réduire le chauffage de leur domicile, contre 78 % des Européens. Toutefois, 39 % des Suédois affirment être déjà passés à un fournisseur d’énergies vertes (14 points de plus que la moyenne européenne).

Comme illustré dans l’infographie, les Suédoises sont bien plus en avance que leurs compatriotes masculins en matière d’actions en faveur du climat. Elles sont plus susceptibles de réduire leur consommation de viande rouge (80 % contre 65 % des hommes), de moins prendre l’avion pour partir en vacances (75 % contre 65 % des hommes) et d’arrêter d’utiliser des bouteilles en plastique (78 % contre 67 % des hommes).

Contacts

Thomas Froimovici

Service de presse :