Web Summit 2018 : 8 choses que j’ai apprises à un méga-salon technologique

Je ne savais pas à quoi m’attendre pour mon premier Web Summit. On m’avait dit que ce serait l’occasion d’entendre de brillants orateurs et de rencontrer des personnes animées par des préoccupations semblables. Pour autant, j’ai été surpris par l’ampleur et la diversité de ce méga-événement.

Voici un résumé de ce que j’ai appris en participant aux trois jours du salon.

1. Les technologies sont omniprésentes dans nos vies

Pour la plupart d’entre vous, c’est peut-être évident. Pour ma part, j’ai été étonné par la richesse et la variété des thèmes abordés, des entreprises représentées et des orateurs invités au sommet. Les stands et les conférences présentaient tout ce qu’il est possible d’imaginer, en partant de solutions pour les sans-abris jusqu’à des idées de restructuration du secteur de la mode.

J’ai notamment assisté à un débat sur les droits numériques de la personne en présence d’un commissaire des Nations unies et à un entretien au cours duquel un journaliste spécialiste des nouvelles technologies interrogeait un combattant d’arts martiaux mixtes sur ses routines d’avant-combat et sur Instagram.

Sans l’application très pratique développée pour le Web Summit, qui proposait une vue d’ensemble personnalisée de toutes les conférences, ainsi que des personnes et des entreprises présentes, je me serais senti dépassé.

>@Eóin Noonan/Web Summit via Sportsfile
Tim Berners-Lee, Web Foundation, interviewed by Laurie Segall, CNN, on the Centre Stage at the Web Summit 2018 ©Eóin Noonan/Web Summit via Sportsfile

2. Le sommet fait les gros titres

Malheureusement, en raison de la qualité et du nombre des séminaires proposés et des personnes présentes au sommet, je n’ai pas pu me rendre aux conférences ou aux débats auxquels participaient des invités prestigieux. En parcourant mon fil d’actualités, cependant, j’ai pu constater sans l’ombre d’un doute que les participants et les entreprises représentées faisaient les gros titres.

Qu’il s’agisse de la négociation d’un contrat mondial dans le but de préserver le caractère ouvert de l’Internet, de réactions aux élections américaines ou de la lutte contre la radicalisation, le sommet a régulièrement fait la une des journaux.

Tim Berners-Lee, créateur de l’Internet, s’est fait remarquer en avançant une idée inquiétante : si l’Internet devrait être accessible à la moitié de la population mondiale d’ici à 2019, sa progression ralentit, créant ainsi une « fracture numérique » de plus en plus marquée.

>@Stephen McCarthy/Web Summit via Sportsfile
Mmantsetsa Marope, Director of the International Bureau of Education, UNESCO, on the Forum Rostra Stage ©Stephen McCarthy/Web Summit via Sportsfile

3. Les femmes dans le secteur des technologies

De récents mouvements de grève chez Google ont montré que cette question se pose de manière aigüe. Dans cette branche d’activité, les femmes ont été mises sur la touche pendant trop longtemps et il semble que les organisateurs du Web Summit l’aient compris.

Sans les femmes, nous ne pourrons pas trouver les réponses dont nous avons besoin. 

  • Lisa Jackson, responsable des questions environnementales chez Apple.

Je n’ai pas assisté à un seul débat ni à une seule conférence sans qu’une femme ne soit présente ou ne mène la conversation. Une expérience très rafraichissante par rapport à d’autres salons technologiques auxquelles j’ai eu l’occasion d’assister.

4. Toutes les technologies méritent-t-elles leur heure de gloire ?

>@EIB
Ambarish Mitra, CEO of Blippar, demonstrates Augmented Reality ©EIB

Certaines nouvelles technologies font l’objet de discussions ou de démonstrations pendant des années avant de trouver leur utilité dans la vie quotidienne.

La technologie vocale en est un bon exemple. Les entreprises tentent encore de l’intégrer dans de nouveaux produits et services.

Aujourd’hui, il semblerait que ce soit le tour de la réalité augmentée. Cette technologie, qui ajoute une couche d’information sur un écran d’affichage (en utilisant un smartphone ou un casque), semble de plus en plus populaire.

Cependant, peut-être devrions-nous lui laisser 5 à 7 ans de plus. C’est ce qu’affirme Ambarish Mitra, PDG de Blippar, société britannique spécialisée dans la réalité augmentée.

Cette technologie offre un immense potentiel : elle permettrait par exemple de superposer des informations pouvant être monétisées, comme des panneaux publicitaires virtuels apposés sur des bâtiments du monde réel. Jusqu’à présent, les entreprises technologiques semblent s’y opposer. Voyons ce que l’avenir nous réserve.

>@Stephen McCarthy/Web Summit via Sportsfile
Paddy Cosgrave, CEO, Web Summit, backstage on Centre Stage during the Web Summit 2018 Opening Ceremony ©Stephen McCarthy/Web Summit via Sportsfile

5. Les grandes entreprises attirent peut-être les foules, mais pas toujours les idées les plus brillantes

Ce Web Summit m’aura appris à être plus méfiant lorsque je remarque qu’une conférence est parrainée par le responsable produit, marketing ou de quelque service que ce soit d’une grande entreprise technologique très connue.

Lorsqu’ils parlent de leurs produits ou déroulent leur stratégie de communication, ces dirigeants lancent avec aplomb des mots à la mode comme « agilité », « révolutionnaire » ou « innovation ». Ils se servent de la tribune qui leur est donnée pour célébrer les indicateurs d’audience mirobolants et les réussites de leur entreprise à l’échelle mondiale.

J’en suis toutefois reparti sans aucune piste de réflexion intéressante. Une vraie déception pour quelqu’un qui espérait apprendre des chefs de file du secteur. La prochaine fois, je m’abstiendrai.

6. Le « branding », c’est fait pour les produits, pas pour les personnes

>@EIB
Debbie Millman, CEO, Design Matters Media, speaking with Eric Schurenberg, CEO & Editor-in-Chief, Inc and Fast Company ©EIB

Immanquablement, lors d’un salon comme le Web Summit, vous assistez à des conférences présentées par des professionnels donnant une image d’eux-mêmes parfaitement calibrée, telle une marque. Sur leur carte de visite, leur nom figure sous la forme d’un logo. Leur présentation se veut à tout prix « innovante ». Leur exposé n’est qu’une enfilade de slogans que vous pourrez facilement tweeter.

Selon Debbie Millman, du podcast Design Matters, les marques ne sont « qu’une construction mentale » et « nous ne devrions pas aspirer à en devenir une ».

Les marques ne parviennent réellement à faire recette que du fait de l’importance artificielle que nous leur attribuons. Cependant, étant des êtres complexes, nous évoluons constamment. Debbie Millman a fait valoir que nous ne nous emprisonnons qu’en faisant de nous une marque. Des paroles vivifiantes qui me feront réfléchir à deux fois avant de remodeler mes cartes de visite.

En souhaitant devenir des marques, nous aspirons à nous transformer en des constructions mentales artificielles

  • Debbie Millman, podcast Design Matters.

Selon Debbie Millman, du podcast Design Matters, les marques ne sont « qu’une construction mentale » et « nous ne devrions pas aspirer à en devenir une ».

Les marques ne parviennent réellement à faire recette que du fait de l’importance artificielle que nous leur attribuons. Cependant, étant des êtres complexes, nous évoluons constamment. Debbie Millman a fait valoir que nous ne nous emprisonnons qu’en faisant de nous une marque. Des paroles vivifiantes qui me feront réfléchir à deux fois avant de remodeler mes cartes de visite.

7. Lisbonne sait s’y prendre

Les organisateurs du Web Summit ont signé un accord avec Lisbonne pour les dix prochaines années, et je n’y vois rien de surprenant.

Où que je me sois rendu dans la ville pendant la semaine, le Web Summit était présent : chapiteau d’enregistrement à l’aéroport, panneaux de signalisation dans le métro, bénévoles chaleureux et personnel orientant les participants et répondant à toutes leurs questions. Même la police semblait heureuse d’aider. Tout s’est incroyablement bien déroulé grâce à une organisation impeccable.

>@Sam Barnes/Web Summit via Sportsfile
Attendees make their way to the main stage for the Web Summit 2018 ©Sam Barnes/Web Summit via Sportsfile

8. L’innovation se porte bien, mais il importe néanmoins de la soutenir

En rencontrant des entrepreneurs et des responsables de jeunes pousses au cours de mes déambulations dans les allées du Web Summit, j’ai été émerveillé par leurs compétences techniques, leur créativité et leur détermination.

Chacun avait une idée susceptible de résoudre un vrai problème. Ils étaient au sommet pour présenter leurs produits ou services, dont certains avaient été lancés après seulement quelques mois de développement.

>@EIB
Marijn Tax and Jorrin Wristers, UX designer and Business Development Project Manager, Koek ©EIB

Cependant, ils sont toute de même confrontés à des difficultés, qu’il s’agisse d’attirer des utilisateurs, de faire passer des concepts complexes, d’embaucher des talents au profil adéquat, de faire croître leur entreprise ou de nouer des contacts avec les bonnes personnes.

Comme l’a dit un entrepreneur (Jorrin Wristers, directeur du développement de l’activité chez Koek), il y a un grand désir d’établir des relations enrichissantes dans l’espoir d’obtenir des conseils, du soutien et des orientations.

Beaucoup ont mis en lumière le rôle joué par la Silicon Valley dans le soutien aux start-ups et sa capacité à mettre en relation les bonnes personnes. Pour que l’innovation prospère, nous devons développer des structures de soutien.

De plus amples informations sur la manière dont le Groupe BEI soutient les jeunes pousses sont disponibles sur le site http://accesstofinance.eu. Cliquez également ici pour prendre connaissance de la manière dont le Groupe BEI participe au Web Summit.