Depuis la catastrophe de 2014, la Bosnie-Herzégovine s’attache à moderniser son système de protection contre les crues.

En mai 2014, l’Europe du Sud-Est a été frappée par les précipitations les plus importantes jamais enregistrées. Ce sont la Serbie et la Bosnie-Herzégovine qui ont été le durement touchées. « La maison de mes parents a été inondée en totalité », raconte Sasa Miric. « Il y avait près d’un mètre d’eau à l’intérieur. »

Sasa Miric compte parmi les 1,6 millions de sinistrés des inondations survenues dans ces deux pays. C’était la deuxième fois depuis 2010 que la Bosnie-Herzégovine était affectée par des crues massives. Plus de 100 000 personnes ont été atteintes : 33 000 ont dû être évacuées de leur maison, 35 000 bâtiments résidentiels et autres et près de 90 000 hectares de terrains agricoles et constructibles étaient sous les eaux. Au total, ces inondations ont occasionné près d’un milliard d’EUR de dégâts.

« La situation était horrible. Certains ont perdu leur maison, leur récolte ou encore leur bétail », se souvient Sasa Miric, qui vit toujours près de Bijeljina, une ville de la République serbe de Bosnie.

>@Vode Srpske/Vode Srpske
©Vode Srpske/Vode Srpske

« Nous travaillons très dur pour que cela ne se reproduise plus jamais », déclare Slavisa Savic, directeur adjoint de Vode Srpske, une institution publique qui gère l’approvisionnement en eau et les ressources hydriques publiques en République serbe de Bosnie. « Les digues le long de la Sava ont été construites avant la Seconde Guerre mondiale et en partie rénovées dans les années 80, mais nous sommes maintenant résolus à réparer les dégâts et à moderniser notre système de prévention des inondations. »

Investir dans la sécurité

La Banque européenne d’investissement aide la République serbe de Bosnie au moyen d’un prêt de 55 millions d’EUR destiné à la reconstruction d’urgence des installations de protection contre les inondations le long de la Sava et de ses affluents. L'objectif est de protéger les zones agricoles, industrielles et résidentielles inondables et de permettre un développement stable à l’avenir. Cet investissement s’inscrit également dans le cadre de l’initiative Résilience économique de la BEI, qui vise à préparer la région des Balkans occidentaux pour que son économie résiste mieux à de futurs chocs.

Le projet porte notamment sur la remise en état de 78 km de digues et de 163 km de canaux, ainsi que sur la construction d’autres outils de prévention des inondations. « Sur les 93 éléments prévus dans le projet, 75 sont déjà achevés », poursuit Slavisa Savic. Résultat : 53 communes touchées par les inondations de 2014 disposent désormais d’installations de protection contre les crues d’une plus grande fiabilité.

Le Cadre d'investissement en faveur des Balkans occidentaux a également apporté une aide non remboursable de l’UE d’un montant de 7,38 millions d’EUR afin de soutenir les autorités locales de la République serbe de Bosnie dans l’élaboration et la mise en œuvre immédiate de mesures et de dispositifs de protection contre les inondations :

  • rénovation de digues fluviales, de canaux, de berges, de petits ponts ;
  • remplacement et modernisation de stations de pompage ;
  • mesures préventives, y compris protection contre l’érosion, cartographie et plans de gestion des zones inondables, systèmes de protection contre les inondations et d’alerte précoce.

L’assistance technique fournie au titre du Cadre d’investissement a permis de réaliser des études de faisabilité et des avant-projets détaillés et d’apporter une assistance pour la passation des marchés, pour la gestion du projet et la supervision des travaux, ainsi que pour l’élaboration d’une cartographie des zones inondables et des zones à risque d'inondation pour l’ensemble de la Bosnie-Herzégovine.

>@Vode Srpske/Vode Srpske
©Vode Srpske/Vode Srpske

Faire en sorte que l’histoire ne se répète pas

Sasa Miric, qui travaille également au service de presse de Vode Srpske, a pris de nombreux clichés des zones affectées par les dernières inondations. Il espère que les scènes apocalyptiques qu’il a immortalisées ne se reproduiront plus jamais.

« C’est encourageant de voir le projet progresser et la différence qu’il fera », explique-t-il. « Récemment, je suis allé observer comment l’élargissement du lit de la Drinjaca avançait. Ça m’a stupéfié. Je pense qu’après les travaux, il pourra recueillir jusqu’à 20 fois plus d’eau. »

>@Vode Srpske/Vode Srpske
©Vode Srpske/Vode Srpske

Les pouvoirs publics travaillent à plusieurs autres projets, qui ont tous pour objectif de faire en sorte que des inondations d’une telle envergure ne puissent plus jamais se reproduire. « Nous nous attachons entre autres à cartographier dans le pays les zones inondables et les zones à risque d'inondation », indique Slavisa Savic. « Nous projetons aussi de mettre en place un système d'alerte précoce dans le bassin hydrographique de la Vrbas, où des crues récurrentes ont lieu. »

« La population constate les changements qui sont apportés. Je pense qu’il importe qu’elle prenne aussi conscience que les pouvoirs publics sont résolus à préserver son bien-être », dit Sasa Miric.

C’est pourquoi il convient d’élaborer des plans à long terme, selon Slavisa Savic. « Nous devons convaincre les gouvernements actuels et futurs de l’importance d’investir dans l’entretien de ces installations pour que, la prochaine fois, nous soyons préparés – car il y aura une prochaine fois. »

>@Vode Srpske/Vode Srpske
©Vode Srpske/Vode Srpske