>@EIB
©EIB
  • La BEI s’apprête à investir 50 millions d’EUR pour soutenir la reprise verte et la décarbonation de l’économie monténégrine.
  • Le financement accordé par la BEI à l’action pour le climat et la durabilité environnementale au Monténégro vise à accélérer la transition écologique et l’adaptation aux changements climatiques des petites et moyennes entreprises.
  • Depuis le début de la pandémie de COVID‑19, la BEI a investi 100 millions d’EUR dans l’aide aux entreprises monténégrines.

La Banque européenne d’investissement (BEI), la banque de l’Union européenne, a décidé de prêter 50 millions d’EUR à l’Investment and Development Fund of Montenegro (IDF), le fonds d’investissement et de développement du Monténégro, pour soutenir une reprise plus rapide de l’économie locale après la crise sanitaire et faciliter l’adoption de pratiques à haute efficacité énergétique parmi les petites entreprises du pays. Signé aujourd’hui lors d’une cérémonie en ligne, ce prêt crée une nouvelle source de financements plus durables pour les entreprises monténégrines actives dans les secteurs les plus durement affectés, comme les infrastructures, l’industrie, le transport, l’innovation, l’agriculture et le tourisme.

Les fonds seront alloués à des conditions favorables pour aider les petites et moyennes entreprises (PME) à remédier à leurs problèmes de liquidité, favoriser l’emploi, accroître leur compétitivité et améliorer l’efficacité énergétique de leurs pratiques. Ce prêt constitue la dernière mesure en date de l’Équipe Europe pour accélérer la reprise post-COVID des économies régionales et la protection du climat. Il apporte un financement bien nécessaire à l’action en faveur du climat et de la durabilité environnementale dans les Balkans occidentaux pour permettre une transition plus rapide vers une économie durable, respectueuse de l’environnement et circulaire.

Lilyana Pavlova, vice-présidente de la BEI chargée des opérations au Monténégro : « Cette opération cible les deux enjeux économiques et sociaux les plus importants dans le monde à l’époque actuelle : la reprise post-COVID et l’action climatique. En tant que banque européenne du climat, la BEI entend s’assurer que le Monténégro et les Balkans occidentaux continuent de pouvoir accéder à des financements abordables et à une assistance technique pour leurs investissements en faveur du climat et de l’environnement. L’action climatique s’accompagne de possibilités inédites pour le développement économique et social de la région, et la BEI souhaite œuvrer aux côtés de partenaires tels que l’IDF pour veiller à ce que les investissements écologiques alimentent le développement économique et social, l’intégration régionale, la cohésion et le processus d’adhésion à l’Union européenne. Nous recherchons activement des partenaires sur le terrain pour rehausser l’efficacité énergétique, réduire l’empreinte carbone et transformer les économies régionales en économies plus compétitives et durables, aussi bien dans la région qu’en Europe. »

Irena Radović, directrice exécutive de l’IDF : « La crise économique déclenchée par la pandémie de COVID‑19 reste une source d’incertitude, mais en même temps, elle offre au Monténégro l’occasion de garantir une reprise caractérisée par la résilience, l’inclusion et le respect de l’environnement. Je ne saurais trop insister sur l’importance de notre partenariat de longue date avec la BEI et de l’événement de ce jour. En tant qu’institution financière de promotion du développement du Monténégro, c’est avec fierté et enthousiasme que nous ouvrons la voie à cette transition écologique et cette transformation économique, en étroite collaboration avec la BEI, et que nous signons pour la première fois une telle opération en faveur de l’action climatique dans les Balkans occidentaux. Cette opération enrichira d’une dynamique supplémentaire les perspectives d’une reprise verte et inclusive plus rapide. De plus, elle aidera les petites et moyennes entreprises, ainsi que les entreprises de taille intermédiaire, à améliorer leur impact social sur l’égalité entre les femmes et les hommes ainsi que l’emploi des jeunes et elle incitera les employeurs à recruter des membres de catégories sociales vulnérables. Dans ce sillage, l’écologisation de l’économie monténégrine deviendra un facteur clé de notre compétitivité et de notre capacité à attirer des financements et des investissements internationaux. » 

Milojko Spajić, ministre des finances et des affaires sociales du Monténégro : « Nous faisons tout ce que nous pouvons en ces temps agités pour élever le niveau de vie de notre population. En particulier, nous cherchons à renforcer les microentreprises et petites et moyennes entreprises, qui représentent 98 % du total des entreprises et contribuent grandement à un développement économique solide. Leur prospérité est déterminante pour la croissance de notre PIB et la création d’emplois et elles construisent les fondations requises pour que le Monténégro devienne un État membre de l’Union européenne. En parallèle, la conversion écologique de notre économie est l’atout qu’il nous faut pour accroître notre compétitivité, car le Monténégro est un petit pays riche en possibilités. Grâce à ce type de financement, les microentreprises et petites et moyennes entreprises pourront non seulement exercer leurs activités de façon plus durable après la crise du COVID‑19, mais aussi les développer davantage. Je tiens à exprimer ma gratitude à notre partenaire, la BEI, qui en reconnaissant l’importance du passage à une économie respectueuse de l’environnement, nous aide à procurer des conditions de vie meilleures et plus saines aux jeunes du Monténégro. » 

Oana-Cristina Popa, ambassadrice de l’UE au Monténégro : « Les petites et moyennes entreprises sont l’épine dorsale de l’économie monténégrine. Elles y génèrent la majorité des emplois et de la valeur ajoutée. L’Union européenne apporte un soutien indéfectible aux PME, au moyen notamment de l’instrument d’aide de préadhésion (IAP), pour qu’elles puissent relever les défis auxquels elles sont confrontées et accroître la compétitivité globale de l’économie. Nous poursuivrons nos efforts pour soutenir les PME au titre de l’IAP III durant la période 2021-2027. En conjonction avec l’aide que l’UE fournit aux PME par le biais de cet instrument, le prêt de la BEI rendra possible la reprise de l’économie monténégrine et contribuera à sa transition écologique. »

Il s’agit du second prêt signé avec l’IDF depuis le début de la pandémie, après un investissement de 50 millions d’EUR conclu en septembre 2020 pour soutenir le redressement de quelque 150 petites et moyennes entreprises monténégrines affectées par le COVID‑19. En comptant le prêt de ce jour, la BEI s’est jusqu’à présent associée à l’IDF dans six opérations, débloquant 470 millions d’EUR d’investissements pour l’économie du Monténégro.

Cette nouvelle opération contribuera également à créer davantage de possibilités d’emploi pour les jeunes grâce aux modalités de prêt spécifiques prévues par l’initiative européenne en faveur de la formation et de l’emploi des jeunes dans les Balkans occidentaux. L’Agence française de développement cofinance par ailleurs l’IDF et lui fournit une assistance technique pour l’élaboration d’une stratégie, de lignes directrices et de ressources pour les investissements dans l’action climatique.

Informations générales

À propos de l’IDF

L’Investment and Development Fund of Montenegro JSC (IDF) a été établi en vertu de la loi sur le fonds d’investissement et de développement du Monténégro adoptée par le parlement monténégrin le 28 décembre 2009 et publiée au journal officiel le 23 avril 2010. Il a le statut d’une société à responsabilité limitée entièrement détenue par l’État. En tant qu’institution de promotion du développement, l’IDF a pour mission principale de fournir un appui financier afin de renforcer le développement économique et social du Monténégro. Il accorde à cet effet des prêts directs aux secteurs stratégiques de l’économie (tourisme, services, industrie manufacturière, etc.) et achemine également ses fonds vers les secteurs moins ciblés par les banques commerciales. L’IDF finance principalement des PME, des entrepreneurs, des particuliers (producteurs agricoles), des municipalités et des entreprises publiques. Il peut également distribuer des fonds par l’intermédiaire de banques commerciales pour atteindre des PME.

À propos de l’activité de la BEI au Monténégro

Active au Monténégro depuis 1977, la banque de l’UE y a fourni des prêts d’une valeur globale de près de 1 milliard d’EUR, principalement en faveur des PME et des infrastructures dans les secteurs de l’éducation et des transports. Pour de plus amples informations concernant les projets que la BEI soutient au Monténégro, veuillez consulter la page suivante :

À propos de l’activité de la BEI dans les Balkans

La Banque européenne d’investissement est l’un des principaux bailleurs de fonds internationaux dans les Balkans occidentaux. Depuis 2009, elle y a financé des projets pour un total de près de 10 milliards d’EUR. En plus de maintenir son appui à la reconstruction et à la modernisation des infrastructures publiques, depuis 2010, la Banque a étendu son activité à de multiples nouveaux domaines, tels que la santé, la recherche-développement, l’éducation et les PME.