>@EIB
©EIB
  • La BEI signe une troisième tranche, d’un montant de 250 millions d’EUR, au titre de l’accord de prêt avec le gouvernement flamand concernant l’achèvement du périphérique d’Anvers.
  • Cette signature porte le montant total du financement de la BEI en faveur du projet « Oosterweel » à 500 millions d’EUR, sur une facilité de crédit disponible d’un milliard d’EUR.
  • Des travaux sont en cours sur le tronçon afin de fluidifier la circulation autour de la ville et du port d’Anvers. Ils devraient s’achever en 2030.

La Banque européenne d’investissement (BEI) et le gouvernement flamand (Belgique) ont signé la troisième tranche d’un dispositif de prêt à l’appui du projet « Oosterweel », le dernier tronçon manquant du périphérique qui contourne la ville d’Anvers. Ce jour, à Bruxelles, les parties ont apposé leur signature au bas du document qui valide le décaissement d’une tranche de 250 millions d’EUR au titre du dispositif de la BEI, ce qui porte à 500 millions d’EUR le financement total mis à disposition par la Banque pour le projet.

Un peu plus de deux ans après le début des travaux sur la rive gauche de l’Escaut, les ministres flamands Lydia Peeters (Mobilité) et Matthias Diependaele (Finances) ont signé avec la Banque européenne d’investissement une tranche de 250 millions d’EUR destinée au financement du projet « Oosterweel ». Il s’agit de la troisième tranche du financement de la BEI en faveur de ce projet de grande envergure dans le secteur de la mobilité, qui devrait améliorer considérablement l’accès aux alentours d’Anvers et la qualité de vie des habitants de la région, et qui coûtera 3,5 milliards d’EUR au total.

L’accord conclu aujourd’hui porte la contribution totale de la BEI au projet à 500 millions d’EUR, sur une facilité de crédit d’un milliard d’EUR qui a été approuvée en mars 2018 par le Conseil d’administration de la Banque. Tout comme les précédentes, la présente tranche de financement de 250 millions d’EUR aura une durée de 40 ans.

Lors de la signature de l’accord, Lydia Peeters, ministre flamande de la mobilité et des travaux publics, a déclaré : « Avec la signature de la troisième tranche, nous montrons une fois de plus que la liaison « Oosterweel » est une évolution positive pour la qualité de vie et la mobilité, non seulement pour Anvers, mais aussi pour l’ensemble de la Flandre et même pour l’Europe. De grands réseaux d’infrastructures comme celui-ci sont nécessaires et amélioreront considérablement la mobilité en Flandre, renforçant ainsi encore notre position concurrentielle à l’échelle internationale. »

Matthias Diependaele, ministre flamand des finances, a ajouté : « Le projet « Oosterweel » est le plus grand chantier du siècle et revêt une importance cruciale pour la population flamande, pour la qualité de vie à Anvers et pour notre économie. Les conditions de financement favorables de la Banque européenne d’investissement garantissent un prêt avantageux, qui profite à notre budget flamand. Cet accord est bénéfique pour tous les acteurs concernés. »

Kris Peeters, vice-président de la BEI, a commenté l’opération en ces termes : « Je me réjouis que la Banque européenne d’investissement puisse soutenir la liaison « Oosterweel » grâce à une facilité de crédit d’un milliard d’EUR, qui reste à ce jour l’un des plus importants prêts jamais consentis par la BEI en faveur d’un seul projet. Aujourd’hui, nous signons la troisième tranche de financement, d’un montant de 250 millions d’EUR, et avec elle, nous soutenons la mise en œuvre d’un projet de mobilité stratégique qui permettra d’accélérer et de sécuriser la circulation, tout en réduisant les incidences sur l’environnement. Les avantages du désengorgement du périphérique profiteront non seulement aux résidents et aux entreprises locales, mais garantiront également une meilleure circulation du trafic de transit européen. »

Au cours de la seule année 2020, la BEI a prêté près de 1,18 milliard d’EUR à l’appui de projets mis en œuvre en Belgique dans différents secteurs, dont ceux des énergies renouvelables, de l’économie circulaire, de la gestion de l’eau, de l’éducation et des PME.