• À ce jour, le Groupe BEI et les États membres contributeurs ont approuvé des financements à hauteur de 16 milliards d’EUR, soit environ les deux tiers de la taille totale du Fonds de garantie paneuropéen (EGF).
  • Élément clé du plan de relance de l’UE visant à remettre l’économie sur les rails, ce fonds de 24,4 milliards d’EUR devrait mobiliser jusqu’à 200 milliards d’EUR à l’appui des entreprises européennes.
  • À la fin juin, la BEI et le FEI avaient signé des projets d’une valeur totale de 8,4 milliards d’EUR, dont les premiers projets relevant du volet de capital-risque de l’EGF avec des entreprises implantées en Finlande, en Lituanie et en Espagne.

Le Fonds de garantie paneuropéen, opérationnel depuis décembre 2020, a atteint 16 milliards d’EUR de financements approuvés à la fin du mois de juin. Cette somme représente plus de 65 % des 24,4 milliards d’EUR mis à disposition sous forme de garanties par les États membres de l’UE en vue de soutenir le financement des entreprises européennes en proie à des difficultés du fait de la récession économique. Le total des signatures avec les bénéficiaires de financements au titre de l’EGF s’élève à 8,4 milliards d’EUR, principalement au bénéfice de PME.

>@EIB
©EIB

Le Fonds de garantie paneuropéen, qui fait partie du plan de relance de l’UE de 540 milliards d’EUR approuvé en 2020, devrait mobiliser jusqu’à 200 milliards d’EUR en faveur des entreprises de l’UE et de l’économie au sens large.

Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI, qui a repris la présidence du comité des contributeurs de l’EGF, a déclaré : « L’EGF est là pour soutenir les entreprises de l’UE et fournir le financement dont elles ont besoin pour sortir de la pandémie. En tant que Groupe, la BEI et le FEI sont en très bonne voie de tenir les engagements de cette initiative de relance, afin de mobiliser jusqu’à 200 milliards d’EUR de financements en un an. Aujourd’hui, à mi-année, nous avons déjà approuvé 65 % de la taille cible du Fonds de garantie, et les ressources débloquées vont à l’économie réelle. »

Les demandes de financements dans le cadre de l’EGF restent nombreuses ; elles concernent tant les garanties de prêts que le capital-risque, et des accords au titre de l’EGF ont été signés dans les 22 pays participants de l’UE. Des opérations de grande envergure ont été signées récemment en Italie, en Finlande et en France, ce qui permettra de mobiliser, grâce à l’EGF, des investissements représentant jusqu’à huit fois la taille de ce fonds (24,4 milliards d’EUR) d’ici la fin de 2021. Cette initiative devrait atteindre les trois quarts de son objectif d’ici le début de l’automne.

Les premières opérations de capital-risque ont été signées en Espagne, en Lituanie et en Belgique. Une part d’environ 7 % de l’EGF est destinée au financement de projets appelant du capital-risque.

« Bien que les économies de l’UE commencent à se redresser, beaucoup de financements resteront nécessaires tout au long du processus, et le Groupe BEI est là pour les mettre à disposition », a déclaré Alain Godard, directeur général du Fonds européen d’investissement. « Nous avons travaillé d’arrache-pied depuis des mois pour apporter ces financements sur les marchés le plus rapidement possible. »

« Aujourd’hui, nous pouvons dire que l’initiative que nous avons lancée au début de la pandémie porte vraiment ses fruits », a ajouté Alain Godard, « grâce notamment au soutien indéfectible des États membres participants. Ceux-ci nous aident à offrir aux petites et moyennes entreprises de toute l’Europe le soutien dont elles ont tant besoin. »

Le Fonds de garantie paneuropéen (EGF) a été créé par le Groupe BEI sur la base de contributions d’États membres de l’UE dans le but de protéger les entreprises touchées par la pandémie de COVID-19. S’appuyant sur près de 25 milliards d’EUR de garanties, l’EGF permet à la BEI et au FEI de fournir rapidement des prêts, des garanties, des fonds propres et d’autres instruments financiers, de même que d’intervenir dans des titrisations, afin d’appuyer essentiellement des petites et moyennes entreprises. L’EGF s’inscrit dans le cadre du programme de relance de l’Union européenne qui vise à mettre à disposition 540 milliards d’EUR au total pour stimuler les secteurs de l’économie de l’UE qui ont été les plus durement touchés. Il a pour objectif de faire en sorte que les PME ayant une activité viable puissent obtenir les liquidités nécessaires pour surmonter les difficultés liées à la pandémie de COVID-19 et que les entreprises saines puissent obtenir le soutien dont elles ont besoin pour croître.