• Soutien à 1 000 milliards d’EUR investis à l’appui de l’action pour le climat et de la durabilité environnementale entre 2021 et 2030 
  • À compter de fin 2020, le Groupe BEI alignera toutes ses activités de financement sur les objectifs de l’accord de Paris
  • Plus de 50 % des financements consacrés chaque année à l’investissement vert d’ici à 2025
  • Davantage de services de conseil et de financements verts à l’appui des technologies innovantes sobre en carbone
  • Appui aux marchés des capitaux verts, à l’adaptation aux effets des changements climatiques et à des projets favorisant une transition juste

Mercredi, le Conseil d’administration de la Banque européenne d’investissement (BEI), composé de représentants des États membres de l’UE, a approuvé la Feuille de route du Groupe BEI dans son rôle de banque du climat, qui expose en détail la manière dont le Groupe BEI entend soutenir les objectifs du pacte vert pour l’Europe et de développement durable en dehors de l’Union européenne.

La Feuille de route de la banque du climat est le fruit d’un dialogue avec les parties prenantes, qui a notamment pris la forme de deux événements de grande envergure organisés en mars et juin et de plus de 200 contributions écrites adressées à la Banque.

La Stratégie de la BEI en matière d’action pour le climat a été annoncée lors de la conférence de Paris sur le climat en 2015. Sa mise à jour, approuvée, par le Conseil d’administration de la BEI, permettra de l’aligner sur l’objectif consistant à contenir l’élévation des températures mondiales à 1,5 °C. Conjuguée à la Feuille de route de la banque du climat, elle guidera les activités de la Banque au cours des cinq prochaines années.

« La décennie 2021-2030 sera décisive pour mobiliser les milliers de milliards d’investissements nécessaires pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C et protéger l’environnement et la biodiversité. Je suis fier d’annoncer que, conformément aux vœux émis par le Conseil européen et les États membres de l’UE, le Groupe BEI a franchi une étape importante dans la transformation qui fera d’elle, à part entière, la banque européenne du climat », a déclaré Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI chargé de l’action pour le climat et de l’environnement. Et d’ajouter : « La décision unanime prise par nos actionnaires envoie un signal encourageant quant à la capacité de l’Europe de tenir ses engagements en matière d’action pour le climat et de durabilité environnementale. La BEI s’appuie sur des antécédents très solides. Depuis des années, elle est le principal instrument européen de financement de l’action pour le climat, et elle est en passe de tenir son engagement d’investir 100 milliards d’USD à cette fin entre 2016 et 2020. À présent, le Groupe BEI sera la première banque multilatérale de développement à être alignée sur l’accord de Paris. La Feuille de route de la banque du climat permettra de faire en sorte que le Groupe BEI apporte une contribution décisive à la relance verte à l’issue de la crise du COVID-19, en soutenant les objectifs du pacte vert pour l’Europe, y compris une transition juste pour les régions tributaires d’industries à forte intensité de carbone, et, à l’échelle mondiale, en soutenant des activités de développement durable par l’intermédiaire de tous les projets que nous finançons. La coopération est essentielle et nous nous réjouissons à la perspective de travailler avec des partenaires du monde entier. Je tiens à remercier nos actionnaires pour leur coopération constructive, mes collègues du Groupe BEI pour leur travail acharné et les centaines de parties prenantes qui ont participé à l’élaboration de la Feuille de route de la banque du climat. »

En novembre 2019, le Conseil d’administration de la BEI a approuvé une nouvelle politique de prêt dans le secteur de l’énergie et a confirmé la révision à la hausse de l’ambition de la Banque concernant l’action pour le climat et la durabilité environnementale. D’ici à 2030, le Groupe BEI entend mobiliser au moins 1 000 milliards d’EUR d’investissements en faveur de l’action climatique et de la durabilité environnementale. Il s’engage à aligner l’ensemble de ses activités sur les objectifs et principes de l’accord de Paris d’ici à la fin de 2020. En outre, la BEI a annoncé vouloir porter la part annuelle de ses financements consacrée à l’action pour le climat et à la durabilité environnementale à plus de 50 % de ses volumes d’activités d’ici à 2025, contre un peu plus de 30 % aujourd’hui. Dans le cadre de sa nouvelle politique de prêt dans le secteur de l’énergie, la BEI a décidé, en novembre 2019, de cesser de financer de nouveaux projets énergétiques qui recourent aux combustibles fossiles sans être assortis de dispositions de réduction des émissions. Les derniers projets relevant de la précédente politique de prêt de la BEI dans le secteur de l’énergie doivent arriver au terme de leur procédure d’approbation en cours avant la fin de 2021.

La Feuille de route du Groupe BEI dans son rôle de banque du climat concrétise les engagements pris l’année dernière et se concentre sur quatre domaines clés : 

1)     accélérer la transition : la Feuille de route de la banque du climat décrit le soutien apporté dans les domaines prioritaires définis dans le pacte vert pour l’Europe, depuis le renforcement de la résilience jusqu’à la lutte contre les changements climatiques en passant par la protection de la nature. Elle permettra de renforcer le dialogue avec les États membres de l’UE, ainsi qu’avec les pays en développement et les pays émergents, et de façonner le développement des activités et l’innovation en matière de produits. Le Groupe BEI est en position favorable pour apporter son soutien à toute la palette de l’innovation technologique : du capital d’amorçage à un stade de développement très précoce jusqu’à la dette de premier rang pour les technologies parvenues à maturité. En 2021, la BEI présentera un plan d’adaptation (à l’appui de la future stratégie d’adaptation de l’UE) et une nouvelle politique de prêt dans le secteur des transports (en réponse à la nouvelle stratégie de la Commission européenne relative à des transports plus intelligents et plus durables) ;

2)     assurer une transition juste pour tous : le soutien à la cohésion comptait parmi les principes fondateurs qui ont présidé lors de la création de la BEI en 1958. Il figure toujours parmi les objectifs de premier ordre – et le Groupe BEI veillera donc à ce qu’aucun citoyen ni aucun lieu ne soit laissé de côté sur le chemin de la transition. Le mécanisme pour une transition juste est la pierre angulaire de la réponse de l’UE à ce défi. Le Groupe BEI jouera un rôle central au sein du mécanisme, en soutenant à des degrés divers chacun de ses trois principaux piliers.  La BEI présentera un plan détaillé pour une transition juste en 2021, une fois que le mécanisme pour une transition juste de l’UE aura été adopté. À l’échelle mondiale, la BEI accroît ses efforts dans des domaines clés qui sont au cœur du développement social, de la durabilité environnementale et de l’action en faveur du climat : l’égalité entre les hommes et les femmes ainsi que les conflits, la fragilité et les migrations ;

3)     soutenir les opérations conformes à l’accord de Paris : la Feuille de route de la banque du climat met en œuvre sur le plan opérationnel le concept d’alignement sur les objectifs et principes de l’accord de Paris pour le Groupe BEI. Des critères clairs sont présentés pour différents secteurs et interprétés et appliqués dans le contexte de l’ensemble des produits du Groupe BEI. Parmi les exemples d’investissements spécifiques que le Groupe BEI ne soutiendra plus, citons les projets d’expansion des activités agricoles dans des zones contenant des stocks de carbone élevés, les projets d’expansion des capacités aéroportuaires et les nouvelles usines grandes consommatrices d’énergie conventionnelle. En outre, lorsqu’elle évaluera la justification économique d’un investissement, la Banque utilisera pour le carbone un coût virtuel revu à la hausse. Le coût virtuel du carbone fait partie intégrante d’un test économique renforcé pour les nouveaux projets routiers. Le Groupe BEI présentera des lignes directrices détaillées concernant l’alignement des contreparties probablement au cours de l’année 2021 ;

4)     renforcer la cohérence stratégique et la responsabilité : la démarche du Groupe BEI sera fondée sur trois aspects transversaux – 1) politique, pour définir la manière dont les activités du Groupe BEI relatives à la lutte contre les changements climatiques s’inscrivent dans le contexte plus large de la finance durable et de la viabilité environnementale et sociale dans son ensemble, y compris l'alignement sur la taxinomie de l’UE; ; 2) transparence, responsabilité et assurance de la qualité ; et 3) appui institutionnel aux activités du Groupe BEI.  En 2021, la BEI organisera une consultation sur le cadre de durabilité environnementale et sociale du Groupe BEI et sur les normes environnementales et sociales de la BEI.

>@EIB
©EIB

Télécharger la Feuille de route du Groupe BEI dans son rôle de banque du climat.

Lisez notre article sur la Feuille de route de la banque du climat, qui décrit nos grandes ambitions en matière de financement climatique en vue de soutenir le pacte vert pour l’Europe et de faire de celle-ci un continent neutre en carbone.

Pour en savoir plus sur le dialogue avec les parties prenantes.

Entretiens avec les médias

Si vous souhaitez interviewer Werner Hoyer, président de la BEI, Ambroise Fayolle, vice-président, ou nos experts, veuillez contacter la BEI.