La BEI et des membres de l’EDFI développent l’instrument de financement existant – European Financing Partners (EFP) – pour réduire l’impact économique de la pandémie de COVID-19 sur les entreprises du secteur privé dans les pays en développement. 

>@Getty
©Getty

Dans le cadre de la réaction de « Team Europe » à la pandémie provoquée par le coronavirus, onze membres de l’EDFI, l’Association des institutions européennes de financement du développement[1], s’allient avec la Banque européenne d’investissement (BEI) pour créer une nouvelle initiative de financement « spéciale COVID-19 » s’appuyant sur l’instrument existant European Financing Partners (EFP). Cette initiative de 280 millions d’EUR soutiendra les institutions financières et les entreprises dans les pays en développement et garantira la poursuite des investissements de ces dernières.

« Il est essentiel d’accroître le soutien ciblé aux investissements du secteur privé dans le monde entier pour renforcer la résilience des entreprises et des collectivités les plus touchées par la pandémie de COVID-19. La Banque européenne d’investissement se réjouit d’unir ses forces à celles des partenaires de financement du développement de toute l’Europe pour tirer parti de l’expérience fructueuse de European Financing Partners. Ce nouveau soutien de 280 millions d’EUR pour contrer le COVID-19, via EFP, constitue une nouvelle étape importante dans la réaction rapide de Team Europe pour appuyer des partenaires du monde entier », a déclaré Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement.

Ce soutien spécifique a permis à des membres de l’IEDFI et à la BEI d’intensifier leur action commune, énergique et ciblée, pour aider les entreprises et les PME présentes sur les marchés en développement et émergents ainsi que les institutions financières locales les plus touchées par le coronavirus. Les opérations de financement au titre de cette initiative, dotée d’un montant initial de 280 millions d’EUR, débuteront en novembre. Elles visent à apporter un soutien supplémentaire aux clients subissant les conséquences économiques de la pandémie.

Lancé en 2003, l’instrument EFP a démontré comment un soutien financier pouvait être apporté grâce à un processus efficace et rapide, engendrant de faibles frais généraux administratifs. EFP permet de soutenir des investissements à grande échelle dans les pays en développement tout en réduisant le risque encouru par chaque institution de financement du développement.

Depuis son lancement, cette alliance entre des partenaires de financement du développement et la BEI a appuyé des investissements privés durables à hauteur de 590 millions d’EUR en faveur de 43 projets situés dans des pays figurant sur la liste du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE.

Cette nouvelle initiative « spéciale COVID-19 » s’appuie sur cet excellent bilan pour mettre en commun les ressources, faciliter et rationaliser la coopération financière, afin de faire face à la crise actuelle.

Jusqu’à présent, 40 % des ressources d’EFP ont été affectées à des intermédiaires financiers, les infrastructures et l’agro-industrie représentant d’autres secteurs clés. Si, au fil du temps, les institutions financières devraient ressentir plus fortement les incidences négatives de la pandémie de COVID-19, elles devraient également jouer un rôle essentiel dans la mise en œuvre de nombreuses politiques publiques destinées à soutenir les PME et les entreprises. Pour résister à toute crise de liquidité, des financements à court et moyen terme pourraient s’avérer nécessaires. Il est impossible de trouver des solutions de redressement efficaces sans disposer d’un secteur financier performant. Renforcer l’impact d’EFP pour relever les nouveaux défis causés par le COVID-19 constitue un élément important de la réaction qui lui est apportée, car cela permettra aux institutions financières de mobiliser des ressources supplémentaires et de diversifier leurs activités tout en touchant un éventail plus large de personnes dans le besoin.

« Ce cofinancement entre des institutions de financement du développement est un volet important de la réponse de Team Europe. S’appuyant sur le partenariat stratégique que nous entretenons de longue date avec la BEI et sur le succès de notre instrument EFP, l’EDFI apparaît comme la plateforme privilégiée pour offrir des financements d’urgence à des secteurs essentiels tels que l’énergie, les infrastructures, les intermédiaires financiers, l’industrie manufacturière, l’agroalimentaire et les services », a déclaré Bruno Wenn, président de l’EDFI.

À propos de l’EDFI, l’Association des institutions européennes de financement du développement

L’EDFI regroupe 15 institutions européennes bilatérales de financement du développement qui investissent dans le secteur privé sur les marchés émergents et pré-émergents afin de créer des emplois, de stimuler la croissance et de lutter contre la pauvreté et les changements climatiques. Depuis la création de l’EDFI en 1992, ses institutions membres ont financé environ15 000 projets, et gèrent désormais un portefeuille d’investissements cumulés de 46 milliards d’EUR dans les secteurs des services financiers, de l’énergie propre, de l’industrie et bien d’autres, dans plus de 100 pays. Parmi les institutions membres de l’EDFI figurent BIO (Belgique), BMI-SBI (Belgique), CDC Group (Royaume-Uni), COFIDES (Espagne), KfW-DEG (Allemagne), Finnfund (Finlande), FMO (Pays-Bas), IFU (Danemark), Norfund (Norvège), OeEB (Autriche), Proparco (France), SIFEM (Suisse), Simest (Italie), SOFID (Portugal) et Swedfund (Suède).

www.edfi.eu


[1] BIO (Belgique), COFIDES (Espagne), KfW-DEG (Allemagne), Finnfund (Finlande), FMO (Pays-Bas), IFU (Danemark), Norfund (Norvège), OeEB (Autriche), Proparco (France), SIFEM (Suisse) et Swedfund (Suède).