>@EIB
©EIB
  • Signature de deux contrats de financement d’un montant total de 38 M€ avec la République tunisienne et la Société Nationale d'Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE) pour sécuriser l'approvisionnement en eau potable dans le Grand Tunis.
  • Le projet financé aura un fort impact sur la population en constante augmentation dans la capitale de Tunis et les trois gouvernorats de Ben Arous, Mannouba et Ariana. Il permettra de desservir en eau potable la totalité de la population jusqu'en 2040.  

La Banque européenne d'investissement (BEI), l'institution financière de l'Union européenne, annonce qu’elle a signé deux contrats de financement d’un montant total de 38 millions d’euros avec la République tunisienne et la Société Nationale d'Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE), pour sécuriser l'approvisionnement en eau potable du Grand Tunis comprenant la capitale Tunis, chef-lieu du gouvernorat du Tunis, et les trois gouvernorats de Ben Arous, Mannouba et Ariana.  

Les contrats ont été signés par M. Ali Kooli, Ministre de l’économie, des finances et de l’appui à l’investissement, M. Mosbah Helali, Président Directeur Général de la SONEDE et M. Jean-Luc Revéreault, Chef de la Représentation BEI en Tunisie, en présence de Mme Akissa Bahri, Ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche maritime.

Ce financement européen permettra très concrètement de développer et moderniser les infrastructures nécessaires à la sécurisation de l’ensemble du système d’approvisionnement en eau potable du Grand Tunis. L’impact d’un tel projet sera de taille pour la population :  environ 2.8 millions d’habitants du Grand Tunis et des trois gouvernorats de Ben Arous, Mannouba et Ariana en bénéficieront à court terme. Plus encore, ce financement permettra d’assurer l’approvisionnement en eau de l’ensemble de la population jusqu’en 2040. La Tunisie est en effet confrontée à une augmentation constante des besoins en eau de l’ordre de 3% chaque année en raison de l’expansion démographique et urbaine du Grand Tunis et de son développement touristique, industriel et commercial avec notamment le nouveau Port Financier.

Ce projet reflète l’action d’envergure menée par les autorités Tunisiennes dans le domaine de l’eau et de l’assainissement conformément à sa stratégie nationale d’adaptation au changement climatique et à son Plan National de Développement 2016-2020 de la Tunisie en son volet « l’Economie Verte, Pilier du Développement Durable ». Il s’inscrit plus précisément dans le cadre d’un large programme d’investissement mis en œuvre conjointement par le Ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime et des Ressources Hydrauliques et la SONEDE. L’objectif étant de construire et moderniser les infrastructures de stockage et de transport en eau (retenues, conduites de transfert) ainsi que celles relatives au d’infrastructures de traitement de l’eau (station de traitement, usine de dessalement, conduite de refoulement et stations de pompage)

Ricardo Mourinho Félix, Vice-Président de la Banque européenne d’investissement, a déclaré : « Nous sommes très heureux, en tant que banque du climat de l’Union Européenne, de pouvoir continuer à soutenir l'approvisionnement en eau potable en Tunisie et d’accompagner le pays dans son adaptation au changement climatique.» Et de conclure : « Ces accords de financement reflètent la forte mobilisation de la BEI à financer des infrastructures modernisées et durables, et contribueront à améliorer la qualité de l’eau et la santé de millions de tunisiens. C’est tout le sens de notre engagement aux côtés des Tunisiens. »

Le projet a été rendu possible grâce à la garantie de l’Union européenne (UE) dans le cadre du Mandat extérieur.  Il est cofinancé par l’Agence française de développement (AFD) via un partenariat de l’Initiative de reconnaissance mutuelle (MRI) dont la BEI est le chef de fil.

Partenaire financier clef de la Tunisie, la BEI a investi près de 4 milliards d’euros depuis 2007 en soutien à des projets dans des domaines clefs pour l’économie Tunisienne tels que l’eau et l’assainissement, l’industrie, les infrastructures sociales, la formation, le transport, l’énergie ou le soutien au secteur privé et aux entreprises.