>@Edison
©Edison
  • Premier prêt-cadre vert en Italie : 300 millions d’EUR pour des projets favorisant l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables
  • Prêt de 150 millions d’EUR pour la rénovation d’une centrale à cycle combiné de dernière génération à Marghera (Venise)
  • Ces financements appuient la mise en œuvre du plan de décarbonation du groupe qui contribue à la sécurité et à la stabilité du réseau électrique national selon ce qui est prévu dans le cadre de la phase de transition de la nouvelle politique de prêt de la banque de l’UE dans le secteur de l’énergie

La banque de l’Union européenne accorde son soutien au plan d’investissement vert d’Edison qui va bénéficier de 450 millions d’EUR de ressources nouvelles. La Banque européenne d’investissement (BEI) a signé avec le groupe énergétique italien deux opérations distinctes : un prêt-cadre vert de 300 millions d’EUR pour la réalisation, sur l’ensemble du territoire italien, de projets liés à l’efficacité énergétique ou aux énergies renouvelables, et un prêt de 150 millions d’EUR pour la rénovation d’une centrale à gaz à cycle combiné de dernière génération à Marghera (Venise).

Pour la BEI, il s’agit d’opérations relevant du régime transitoire de sa nouvelle politique de prêt dans le secteur de l’énergie, approuvée en novembre dernier, et qui vise à promouvoir les investissements contribuant à la lutte contre les changements climatiques. Pour Edison, les investissements qui bénéficient du concours de la BEI relèvent de la stratégie de consolidation de l’entreprise en tant qu’opérateur responsable, fonctionnant selon un modèle durable et aligné sur les objectifs définis dans le plan national pour l’énergie et le climat. Edison ambitionne en effet de réduire considérablement ses émissions spécifiques de CO2 et de porter de 20 % à 40 %, à l’horizon 2030, le pourcentage d’électricité produite à partir de sources renouvelables. Parallèlement, l’investissement dans la centrale à cycle combiné de Marghera, qui sera plus efficace et moins polluante, garantit la stabilité et la sécurité de l’approvisionnement sur le réseau électrique national.

Le prêt-cadre vert sera la première opération de ce type financée par la BEI en Italie. Il s’agit d’une ligne de crédit d’un montant total de 300 millions d’EUR qu’Edison utilisera au cours des quatre prochaines années pour la réalisation, sur l’ensemble du territoire, d’un portefeuille de projets ayant trait à l’efficacité énergétique ou portant sur des installations de petite et moyenne dimension alimentées en énergie renouvelable. Parmi ceux-ci figurent les projets concernant l’amélioration des performances énergétiques des bâtiments, conformément à ce que prévoient les récentes normes fiscales mises en place par l’État italien et qui sont reprises dans le « Decreto sviluppo » (décret Développement). La durée du prêt est de 15 ans.

En ce qui concerne la centrale de Marghera Levante, la BEI a accordé à Edison un financement pour l’installation d’un nouveau cycle combiné à gaz de dernière génération en remplacement de l’ancienne centrale thermoélectrique en cours de démantèlement. La centrale de Marghera Levante aura une puissance totale de 780 MW et un rendement énergétique de 63 % ; ses émissions spécifiques de dioxyde de carbone (CO2) seront inférieures de 40 % à la moyenne du parc thermoélectrique national et ses émissions d’oxydes d’azote (NOx) diminuées de plus de 70 %.

La centrale de Marghera, l’un des derniers projets durables au moment où la nouvelle politique de prêt de la BEI dans le secteur de l’énergie était adoptée, contribue de manière significative à la sécurité de l’approvisionnement, c’est-à-dire qu’il concourt à combler les déséquilibres, sur le réseau, résultant de la production d’électricité d’origine renouvelable ; les incidences environnementales sont ainsi considérablement réduites par rapport aux centrales en service par le passé. S’agissant des aspects financiers de l’opération, le prêt s’élève à 150 millions d’EUR et aura une durée de 15 ans ; il sera accordé en minimum quatre tranches, essentiellement à taux fixe très avantageux.

Globalement, d’un point de vue financier, les nouvelles ressources mises à disposition par la BEI soutiendront le programme d’investissements d’Edison grâce aux taux favorables dont elles sont assorties. La banque de l’UE, institution à but non lucratif, collecte des fonds sur les marchés internationaux des capitaux en émettant des emprunts obligataires notés AAA. Elle transmet ensuite aux bénéficiaires finals les conditions avantageuses qu’elle obtient en matière de durées et de taux.

« La lutte contre les changements climatiques est le principal défi auquel le monde va être confronté dans les années à venir. Ces deux opérations d’Edison contribuent à relever ce défi et elles s’inscrivent, tout comme la réponse à l’urgence liée à la pandémie de Covid, dans le cadre des activités fondamentales de la BEI : nous avons lancé il y a quelques mois notre nouvelle politique de prêt dans le secteur de l’énergie et nous sommes pleinement opérationnels avec ces deux financements en Italie qui, en raison de leur montant global, figurent parmi les plus gros réalisés jusqu’à présent à l’échelle de l’Europe entière », a déclaré Dario Scannapieco, vice-président de la BEI.

« Le concours de la BEI est un important témoignage de reconnaissance dont nous sommes très fiers, précise Nicola Monti, administrateur délégué d’Edison ; notre entreprise est un opérateur chef de file de la transition énergétique en Italie et cet accord vient confirmer la validité de notre plan d’investissement axé sur les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et le recours au gaz comme source d’énergie de transition, mais aussi le bien-fondé de ces investissements pour accompagner le développement durable de notre pays ».

Edison

La durabilité et les énergies renouvelables sont deux thématiques particulièrement chères à Edison qui, depuis plus de 135 ans, nourrit le développement et le progrès de l’Italie en l’alimentant en énergie. Edison a construit la première centrale hydroélectrique du pays en 1898, et aujourd’hui, comme alors, l’entreprise poursuit sa croissance pour permettre de bâtir ensemble un avenir reposant sur les énergies durables. Le développement des énergies renouvelables implique avant tout pour Edison de se centrer sur les installations éoliennes, photovoltaïques et hydroélectriques. Le parc de production d’électricité d’Edison comprend des installations à cycle combiné à gaz (TGCC) hautement efficaces, des centrales hydroélectriques, ainsi que des installations éoliennes et photovoltaïques. Avec une puissance installée de 6,5 GW, en 2019, Edison a produit 20,6 TWh d’électricité, soit 8 % de la production nationale. Le parc de production actuel se compose de plus de 200 installations, dont 93 centrales hydroélectriques (31 mini-centrales), 14 centrales thermoélectriques, 46 parcs éoliens et 64 centrales photovoltaïques.

La capacité installlée du parc de production alimenté en énergies renouvelables, y compris les centrales hydroélectriques, se monte à plus de 2 000 MW.