>@Shutterstock
©Shutterstock
  • La Banque européenne d’investissement devrait investir 12 millions d’USD pour moderniser des infrastructures d’approvisionnement en eau et des équipements de traitement des eaux usées à la Barbade ;
  • Le projet, appuyé par l’Union européenne, améliorera l’accès à l’eau pour la population de l’île ;
  • Ce projet relatif à l’eau s’appuie sur les objectifs de la BEI en matière d’action en faveur du climat dans les Caraïbes.

La Banque européenne d’investissement (BEI) a convenu d’appuyer des investissements prioritaires liés à l’eau à la Barbade, afin d’améliorer l’approvisionnement en eau dans le pays. Le prêt de 12 millions d’USD au ministère des finances permettra à l’Autorité de l’eau de la Barbade de remettre en état le réseau de distribution d’eau de l’île en améliorant son efficacité, la qualité du service et la résilience afin d’atténuer les effets négatifs des changements climatiques. Ces investissements déboucheront également sur la rénovation des installations dégradées de traitement des eaux usées, dans un pays confronté à des pénuries d’eau.

Le prêt de la BEI de 12 millions d’USD permettra de moderniser des réseaux d’approvisionnement en eau et d’égouts de l’île, entraînant d’importantes économies d’énergie, la diminution des pertes d’eau sur les réseaux et une amélioration des opérations de traitement des eaux usées. L’investissement se concentrera sur la remise en état d’infrastructures, de canalisations et de réservoirs anciens, détériorés et présentant des fuites. Le nouvel investissement protégera mieux l’approvisionnement en eau à la Barbade contre les changements climatiques et des conditions climatiques extrêmes plus fréquentes.

Emma Navarro, vice-présidente de la BEI : « La BEI garantit un approvisionnement sûr en eau propre et la protection des infrastructures hydriques contre les changements climatiques. En tant que principal bailleur de fonds international du secteur de l’eau au monde, la BEI se réjouit d’apporter son concours, mais aussi son savoir-faire, à la mise en œuvre de ce projet, qui permettra de renforcer l’accès à un approvisionnement fiable et efficace en eau à la Barbade et qui consolide ses solides antécédents de soutien à des investissements à fort impact sur l’île et dans les Caraïbes. »

Wilfred Abrahams, ministre de l’énergie et des ressources en eau : « Nous sommes confrontés à des défis difficiles à relever dans le secteur de l’eau à la Barbade.  Les changements climatiques sont réels et les petits États insulaires en développement, dont la Barbade fait partie, sont à l’avant-poste de la bataille et constituent une part disproportionnée des victimes des changements climatiques. Alors que nous sommes aux prises avec la pire sécheresse jamais observée par la population barbadienne, à nos problèmes s’ajoute le gaspillage des ressources en eau très limitées dont nous disposons, en raison du vieillissement des infrastructures et des systèmes d’approvisionnement mis en place, pour la plupart, alors que l’Empire britannique existait encore. La créativité doit être le maître-mot des solutions que nous mettons en œuvre et les relations avec nos partenaires financiers doivent être suffisamment souples pour apporter des solutions pratiques et durables dans des délais raisonnables. La Barbade remercie la BEI pour son assistance et son partenariat continus, car nous menons cette bataille côte à côte. De vrais partenaires, de vraies solutions, de vraies avancées. »

Daniela Tramacere, ambassadrice de l’UE : « Notre approche "équipe d’Europe" destinée à appuyer le secteur de l’eau à la Barbade a permis à la BEI de proposer au gouvernement des conditions de financement avantageuses. Grâce à elles, les investissements dans des infrastructures hydriques résistantes seront plus abordables et le fardeau de la dette de l’État barbadien s’en trouvera allégé. La composante subvention du prêt de la BEI, rendue possible grâce aux ressources du Fonds européen de développement, souligne dans quelle mesure l’UE donne la priorité à l’action en faveur du climat dans le monde. La BEI est fière de participer à un projet apportant autant de transformations pour le secteur de l’eau à la Barbade. »

Leodean Worrell, présidente de l’Autorité de l’eau de la Barbade : « Le Conseil d’administration, la direction et le personnel de l’Autorité de l’eau de la Barbade remercient sincèrement la BEI pour son soutien continu.  Il y a tellement de travaux de remise en état à effectuer sur nos infrastructures vieillissantes. Sans une assistance comparable à celle que nous avons reçue de la BEI, nous n’aurions pu compter que sur la détermination de notre équipe. Nous souhaitons tout particulièrement remercier Floris Vermeulen, dont l’enthousiasme sans faille n’avait d’égal que sa foi dans la nouvelle Autorité de l’eau de la Barbade. Sans l’aide de partenariats comme celui que nous avons noué avec la BEI, nous serions bien loin de remplir notre mission auprès de la population barbadienne : être la compagnie de services collectifs la plus efficace, fiable, rentable et tournée vers la clientèle, contribuant au développement économique et social de l’île.  Alors que nous allons de l’avant avec ce projet, nous le faisons en adoptant pleinement notre nouveau mantra : « l’eau est transparente, tout comme nous ! »  Merci à la BEI.  Nous vous remercions et espérons qu’il y aura de nombreux autres projets à l’image de ces derniers. De la part de la population barbadienne, l’Autorité de l’eau de la Barbade et son conseil d’administration, nous vous remercions de nous avoir tous et toutes accompagnés. »  

Luis Carranza, président exécutif de la Société andine de développement (SAD) : « Le financement de la SAD à l’appui du projet “Barbados Water Infrastructure Rehabilitation” s’aligne sur notre stratégie régionale et notre ordre du jour concernant le secteur de l’eau, qui a aidé 3 millions de personnes dans les Caraïbes et en Amérique latine à obtenir de meilleurs services en 2019. Cette intervention reflète l’engagement de la SAD en matière d’infrastructures et de développement durable, qui revêt une importance particulière à l’heure actuelle à la Barbade, où nous espérons contribuer au renforcement des capacités de planification et à la réduction des coûts d’accès à court terme. »

Impact du projet lié à l’eau à la Barbade

Plus concrètement, l’investissement de la BEI financera le remplacement d’environ 16 km de canalisations anciennes et la réparation de réservoirs d’eau et de stations de pompage, contribuant ainsi à préserver les ressources d’eau limitées sur l’île dans un environnement affecté par les changements climatiques. Il améliorera la résistance du réseau d’approvisionnement en eau aux conditions de sécheresse et en réduira la consommation d’énergie. Une composante souple destinée aux achats urgents d’équipements d’épuration des eaux est incluse dans le prêt. Il s’agit d’un investissement à long terme dans la capacité du pays à faire face à une pandémie comme celle de COVID-19, car il fournit un accès régulier à l’eau potable propre, un atout essentiel pour lutter efficacement contre une telle crise.

Le prêt est appuyé par une bonification d’intérêts financée par l’Union européenne afin de réduire le fardeau de la dette de la Barbade et de contribuer aux efforts du pays visant à mettre sur pied des investissements qui permettent de résister aux effets des changements climatiques et d’avoir d’importantes retombées sociales et environnementales.

Coopération internationale et objectifs de développement

Le projet s’inscrit dans le droit fil des objectifs définis dans la stratégie commune de partenariat Caraïbes-UE et dans l’accord de partenariat économique entre les États des Caraïbes, d’une part, et la Communauté européenne et ses États membres, d’autre part.

Il s’aligne aussi pleinement sur les domaines d’intervention prioritaire de la BEI dans le cadre de l’accord de partenariat de Cotonou, à savoir le développement durable des ressources en eau, la gestion durable des ressources naturelles et l’atténuation des changements climatiques ainsi que l’adaptation et la résistance à leurs effets. En outre, il devrait contribuer aux objectifs de développement durable no 6 (Eau propre et assainissement) et no 13 (Lutte contre les changements climatiques).

La BEI dans les Caraïbes

La BEI est le premier bailleur de fonds public multilatéral au monde. L’année dernière, elle a financé environ 8 milliards d’EUR d’investissements à l’extérieur de l’Union européenne. Depuis sa toute première opération dans la région, la BEI a investi 1,6 milliard d’EUR, sous la forme de prêts et de prises de participation, à l’appui du développement et de l’activité économique dans les Caraïbes.  À la Barbade, la BEI a accordé un total de 110 millions d’EUR en faveur de projets dans les secteurs de l’énergie, des transports, de l’eau et du développement du secteur privé (PME).