>@Mercedes Landete/EIB
©Mercedes Landete/EIB
  • Emma Navarro, vice-présidente de la BEI, a participé à cette réunion en compagnie du Premier ministre Costa, du président Macron, du président de gouvernement Sánchez et du commissaire européen Arias Cañete afin de donner un coup d’accélérateur à l’interconnexion des réseaux énergétiques dans le sud-ouest de l’Europe.
  • Sur les dix dernières années, la BEI a mis à disposition plus de 3,6 milliards d’EUR en faveur des réseaux prioritaires d’électricité et de gaz naturel au Portugal, en Espagne et en France.

La Banque européenne d’investissement (BEI) se tient prête à continuer à financer des infrastructures énergétiques dans la péninsule Ibérique et en France afin de renforcer les liaisons avec le reste du marché énergétique européen. La vice-présidente de la BEI Emma Navarro a mis en avant l’engagement de la banque de l’UE à l’issue d’une réunion à Lisbonne avec António Costa, Premier ministre du Portugal, Emmanuel Macron, président de la France, Pedro Sánchez, président du gouvernement de l’Espagne, et Miguel Arias Cañete, commissaire européen chargé de l’action climatique et de l’énergie, lors du second sommet sur les interconnexions énergétiques du sud-ouest de l’Europe.

Les signataires de la Déclaration de Lisbonne ont réaffirmé les engagements pris lors du premier sommet organisé à Madrid en 2015 et fait part de la volonté de se diriger vers un marché énergétique unique véritablement interconnecté et concurrentiel. Dans une déclaration commune, les dirigeants de l’UE ont convenu de promouvoir activement la transition énergétique et la décarbonisation de l’économie. Ils ont également souligné la nécessité de soutenir les interconnexions transfrontalières des réseaux de gaz et d’électricité. Ils reconnaissent, dans la Déclaration, le rôle central de la BEI dans la mobilisation des ressources nécessaires pour atteindre ces objectifs.

Pendant le sommet, la BEI a souligné combien il importe de favoriser l’essor d’un marché de l’énergie européen plus interconnecté, étape essentielle de l’amélioration de la sécurité de l’approvisionnement énergétique en Europe, à même de promouvoir la lutte contre les changements climatiques et de renforcer l’utilisation d’énergies renouvelables. Le soutien aux interconnexions gazières et électriques pour faciliter le parachèvement du marché intérieur de l’énergie et pour éradiquer les îlots énergétiques est l’une des priorités majeures de la banque de l’UE.

Emma Navarro, vice-présidente de la BEI, a déclaré : « Les interconnexions énergétiques sont essentielles pour garantir un approvisionnement en énergie stable, sûr et disponible à des prix compétitifs aussi bien pour les citoyens que pour les entreprises. J’aimerais souligner la contribution de la BEI au développement de cette infrastructure. À ce jour, la Banque a financé un grand nombre d’installations énergétiques stratégiques. J’ai rappelé aujourd’hui aux chefs d’État et de gouvernement du Portugal, de la France et de l’Espagne l’engagement pris par la Banque européenne d’investissement, en tant que banque de l’UE, de continuer à apporter son soutien, comme par le passé, à de nouvelles initiatives allant dans ce sens. »

Sur les dix dernières années, la BEI a mis à disposition plus de 3,6 milliards d’EUR à l’appui d’infrastructures pour l’interconnexion énergétique en Espagne, en France et au Portugal, dont 350 millions d’EUR pour financer le raccordement à la liaison électrique Inelfe (INterconnexion ÉLectrique France-Espagne), l’un des 173 projets prioritaires d’intérêt commun identifiés par la Commission européenne pour créer une Union de l’énergie. La banque de l’UE finance également les interconnexions Ponte de Vila Fria-Vila do Conde-Recarei (Portugal) et Beariz-Fontefría (Espagne), qui amélioreront les liaisons électriques entre l’Espagne et le Portugal. 

Consultez ici la déclaration complète de la vice-présidente Emma Navarro.