Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées

    Rendre les transports urbains plus propres peut fortement contribuer à freiner les changements climatiques – et à sauver nos poumons. Cet épisode sur les transports urbains de notre podcast consacré au climat dresse la feuille de route de la mobilité respectueuse de l’environnement.


    >> « Solutions pour le climat », également disponible en livre électronique


    Nous savons que des transports urbains électriques plus propres amélioreront nettement la qualité de vie dans nos villes. La façon d’y parvenir n’est pas toujours claire, cependant. Cet épisode sur les transports urbains de notre podcast consacré au climat explique les bénéfices qu’apporte une mobilité plus propre, en matière de climat – mais aussi de santé.

    Abonnez-vous à la série complète « Climate Solutions » de la Banque européenne d’investissement, la banque européenne du climat. Découvrez comment agir pour lutter contre les changements climatiques au niveau des océans, des routes, chez vous et même à partir de vos appareils numériques.

    Voici ce que vous découvrirez dans cet épisode sur les transports urbains de notre podcast consacré au climat :

    • un véhicule électrique n’est pas seulement plus propre qu’un véhicule équipé d’un moteur à combustion interne, il est aussi plus efficient. par rapport à une voiture classique, il consomme deux tiers d’énergie en moins ;
    • le parc automobile électrique croît de façon exponentielle. En 2018, le nombre de véhicules électriques en circulation a atteint 5,1 millions, soit un bond de 2 millions par rapport à 2017. Au premier rang des pays friands de ce type de véhicule, il y a la Chine, avec 45 % de voitures électriques, suivie de l’Union européenne, avec 24 %, et des États-Unis, avec 22 %. Bien sûr, les engins électriques font encore pâle figure par rapport au nombre de voitures, soit plus d’un milliard, circulant sur les routes ;
    • l’Europe a également fait des progrès en ce qui concerne l’autre volet de la transition électrique : les infrastructures de recharge. Le nombre de points de recharge dans l’Union européenne est passé de seulement 3 800 en 2011 à plus de 150 000 attendus d’ici la fin de 2019. Des projets tels que celui d’Enel X Mobility, qui prévoit l’installation de 14 000 points de recharge en Italie d’ici 2022, dynamisent le déploiement de ces dispositifs. La Banque européenne d’investissement soutient ce projet avec un prêt de 115 millions d’euros ;
    • avant que les véhicules électriques ne s’imposent, de nombreux défis doivent encore être relevés. Tout d’abord, le coût de leurs batteries doit diminuer pour rendre ce type de véhicule aussi accessible qu’un modèle conventionnel. Sur ce plan, les progrès sont encourageants. Le prix d’achat des voitures électriques a baissé de 85 % entre 2010 et 2018 ;
    • en Europe, les émissions issues de la production d’électricité n’ont cessé de baisser, passant de plus de 500 grammes de carbone par kilowattheure en 1990 à moins de 300 grammes en 2016. Ce recul signifie que, dans l’ensemble de l’Union européenne, les voitures électriques produisent moins d’émissions par kilomètre parcouru que les modèles classiques.

    Si vous souhaitez discuter du climat en général ou de ce podcast en particulier, contactez-moi @EIBMatt sur Twitter. Et n’oubliez pas de vous abonner à Climate Solutions.