L’enlèvement d’épaves issues de la Seconde Guerre mondiale renforce la sécurité de la navigation sur le Danube et stimule l’économie serbe

Nettoyer le lit du Danube pour naviguer plus rapidement

Traversant pas moins de dix pays, le Danube est le deuxième fleuve d’Europe par sa longueur. Issu de la confluence de deux petites rivières au sein du massif montagneux de la Forêt Noire en Allemagne, il se jette dans la mer Noire en Roumanie et fait partie du canal Rhin-Main-Danube. Si tout son parcours en Serbie (sur 588 km) est praticable, le Danube est nettement plus étroit au niveau de la gorge de Djerdap, en raison des nombreux navires qui y ont été coulés vers la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La Banque européenne d’investissement soutient un projet visant à retirer ces épaves, lequel revêt une importance considérable, car la voie navigable ne mesure que 180 mètres de large dans cette section du Danube, en aval du port de Prahovo, et la présence de 23 navires en réduit la largeur à 100 mètres seulement. Les navires coulés présentent un danger pour la navigation, en particulier en période de basses eaux. Le premier volet du projet porte sur la recherche de la méthode appropriée pour déminer les navires et en retirer les substances dangereuses, ainsi que sur la localisation exacte des bateaux.

« La restauration de la sécurité de la navigation sur le Danube illustre la manière dont nous aimons intervenir : lever les obstacles, démanteler les barrières visibles et invisibles, en l’occurrence sous la surface de l’eau », a déclaré Sem Fabrizi, ambassadeur de l’UE en Serbie. « Je suis fier que l’UE participe à ce projet important visant à rendre au Danube son rôle d’artère vitale du continent européen. »

L’intégration européenne est avant tout un processus de paix et d’unité. Depuis sa création, l’UE s’est attachée à surmonter les difficultés du passé et à ouvrir la voie à une intégration plus poussée. « Notre engagement consiste à associer la Serbie et l’ensemble de la région des Balkans occidentaux à cette formidable aventure », a ajouté Sem Fabrizi.

>@DR
©DR

Une navigation sur le Danube plus rapide et plus sûre

Le projet d’enlèvement des navires échoués sur le lit du Danube depuis plus de sept décennies sera financé par un prêt à des conditions extrêmement favorables de la Banque européenne d’investissement, en coopération avec le gouvernement serbe. Le nettoyage du lit rendra la navigation sur ce tronçon du fleuve beaucoup plus sûre et plus rapide. Certaines parties des navires seront exposées, tandis que les autres seront renvoyées en Allemagne.

L’investissement permettra d’améliorer le trafic fluvial en Serbie, car le pays perd jusqu’à 5 millions d’euros par an en raison des dangers que présente la navigation sur cette partie du Danube, selon Zorana Mihajlovic, ministre de la construction, des transports et des infrastructures. La présence d’épaves sur le lit fluvial a également une incidence négative sur l’environnement.

Selon Dubravka Nègre, chef du bureau régional de la BEI pour les Balkans occidentaux, ce projet revêt une importance historique majeure et il est également crucial pour le développement économique de la Serbie. « Dans ce pays, tout le monde est émotionnellement attaché à ce fleuve qui révèle des histoires importantes du passé », précise-t-elle.

« Il représente une ressource naturelle inestimable en matière d’énergie, d’alimentation et d’eau potable, qui génère 22 % de l’approvisionnement énergétique national. En même temps, il s’étend sur un axe de navigation crucial, offrant des possibilités de transit à la fois économiques et efficaces au sein des marchés régionaux et de l’UE. »

Et Dubravka Nègre d’ajouter : « En contribuant à l’approfondissement des liens économiques internationaux, le Danube rétablit le contact entre les populations des Balkans, qui partagent le même passé. Aujourd’hui, au bout de nombreuses décennies, elles peuvent se retrouver sur la même voie vers un nouveau marché commun doté des valeurs et des perspectives européennes pour un avenir meilleur. »

Un projet de transport unique en son genre pour la banque de l’UE

La Serbie est le seul pays tiers dans lequel la BEI investit dans le transport fluvial. Le Danube fait partie d’un corridor paneuropéen et la mise en œuvre de ce projet contribuera de manière significative à rendre plus rapide et plus efficace le transport des marchandises vers les États membres de l’UE, une amélioration qui aura, à son tour, une incidence positive sur l’économie de la Serbie.

La Banque européenne d’investissement intervient en Serbie depuis 1977 ; elle a investi plus de 6 milliards d’euros dans divers projets. La plus grande partie des fonds – près de 40 % (2,1 milliards d’euros) – a été investie dans des projets de transport et 165 millions d’euros ont été consacrés au secteur de l’énergie.