>@EIB
©EIB
  • En 2021, le Groupe BEI a intensifié son activité en Italie, ses financements y atteignant un volume record de 13,5 milliards d’EUR. Il contribuera ainsi à mobiliser 76,3 milliards d’EUR d’investissements, l’équivalent de 4,3 % du PIB italien.
  • Plus de la moitié des financements du Groupe BEI, soit 6,86 milliards d’EUR, ont bénéficié à des PME.
  • Le Fonds de garantie européen (EGF), qui fait partie intégrante du train de mesures de 540 milliards d’EUR approuvé par l’UE pour contrer les difficultés et ralentissements économiques dus à la pandémie, permettra de mobiliser 36,7 milliards d’EUR d’investissements en Italie.

Le Groupe BEI, composé de la Banque européenne d’investissement (BEI) et du Fonds européen d’investissement (FEI), a présenté aujourd’hui les résultats de son activité en Italie pour 2021. L’année dernière, le Groupe BEI y a signé 122 opérations, pour une valeur totale de 13,5 milliards d’EUR, soit une augmentation de 13,5 % par rapport aux résultats de 2020. L’Italie a bénéficié de 15,6 % du volume d’activité totale du Groupe en 2021. On estime que cette activité contribuera à mobiliser plus de 76,3 milliards d’EUR d’investissements au profit de l’économie réelle. Cela représente une hausse de 135 % par rapport à l’année précédente et équivaut à 4,3 % du PIB italien.

Gelsomina Vigliotti, vice-présidente de la BEI, à l’occasion de la conférence de presse annuelle du Groupe BEI à Milan : « En 2021, le Groupe BEI a confirmé et renforcé son soutien à l’économie italienne, en collaborant avec un vaste réseau d’intermédiaires financiers et en mettant au point des produits innovants pour toujours mieux répondre aux besoins des secteurs productif et financier. Grâce à l’effet de levier de l’intervention du Groupe BEI, les 13,5 milliards d’EUR de nouveaux financements consacrés à l’Italie en 2021 permettront de mobiliser des investissements de plus de 76 milliards d’EUR, soit l’équivalent de 4,3 % du PIB italien : un chiffre record pour favoriser une reprise économique solide en Italie et en Europe. En soutenant 122 opérations au cours de la deuxième année de la pandémie, nous avons appuyé les secteurs public et privé, en promouvant notamment le développement économique des PME italiennes afin de sauvegarder et de créer des emplois et de stimuler l’innovation et le passage au numérique, conformément aux objectifs du pacte vert pour l’Europe et du plan italien pour la reprise et la résilience. La BEI accorde une attention croissante au climat et à la durabilité environnementale. En 2021, 30 % des ressources dont l’Italie a bénéficié ont été consacrées à la lutte contre les changements climatiques. »

Soutien aux PME italiennes

La pandémie a continué de mettre en évidence la nécessité de soutenir les petites et moyennes entreprises, qui contribuent fortement au tissu productif et aux niveaux de l’emploi en Italie. En 2021, le Groupe BEI a répondu aux besoins de liquidités de plus de 47 000 entreprises italiennes en leur accordant 6,86 milliards d’EUR, soit 51 % de l’activité totale du Groupe BEI en Italie.

Le Groupe BEI réagit à la pandémie avec le Fonds de garantie européen

Partie intégrante du plan d’aide de 540 milliards d’EUR adopté en 2020 par l’Union européenne (UE) pour lutter contre la crise économique causée par la pandémie, le Fonds de garantie européen (EGF) s’est révélé un outil indispensable pour soutenir la reprise économique en Italie. Avec 37 opérations signées pour un montant de 3 milliards d’EUR, l’Italie est la principale bénéficiaire des ressources au titre de l’EGF. Ces opérations devraient permettre de mobiliser des investissements de plus de 36,7 milliards d’EUR au profit des entreprises touchées par la pandémie, principalement des PME.

Climat et durabilité environnementale

La lutte contre les changements climatiques demeure le plus grand défi de notre siècle et l’une des grandes priorités de la BEI en tant que banque européenne du climat. En 2021, la BEI a consacré 30 % de ses ressources affectées à Italie à la lutte contre les changements climatiques.  Elle contribue ainsi au développement des énergies renouvelables, à la mise à niveau des réseaux électriques, à l’efficacité énergétique des bâtiments, à la construction d’installations de recyclage et à la promotion de la mobilité durable. 

Innovation, transformation numérique et capital humain

Le Groupe BEI a continué de promouvoir l’innovation et la transformation numérique en tant que piliers clés de la compétitivité et de l’avenir des entreprises italiennes. Le financement de l’innovation, de la transformation numérique et du développement humain, domaines cardinaux pour la promotion des transitions numérique et écologique, a atteint un volume de 3,062 milliards d’EUR en 2021 en Italie.

Résultats globaux – Groupe BEI

Pour la deuxième année consécutive, le Groupe BEI a consacré la majeure partie de ses ressources à la lutte contre la crise due à la pandémie de COVID-19, en maintenant et même en augmentant le financement de projets propices à l’environnement. Il a collaboré avec ses partenaires en Europe et dans le monde afin qu’un volume total de prêts de 95 milliards d’EUR soit atteint, ce qui représente une hausse de 23 % par rapport à 2020 (77 milliards d’EUR). La Banque européenne d’investissement a financé des projets à hauteur de plus de 65 milliards d’EUR sous forme de prêts, tandis que le Fonds européen d’investissement a fourni plus de 30 milliards d’EUR sous forme de garanties et d’apports de fonds propres.

Les financements ont atteint leur plus haut niveau dans les 63 ans d’histoire de la BEI grâce au Fonds de garantie européen (EGF), créé fin 2020 par le Groupe BEI et 22 États membres. Depuis décembre 2020, le Groupe BEI a approuvé 23,2 milliards d’EUR de financements au titre de l’EGF, soit 401 opérations individuelles dans l’ensemble des 22 pays participants. Ces opérations devraient permettre de mobiliser 174,4 milliards d’EUR d’investissements.

Parallèlement, la BEI a augmenté la part des financements consacrés aux projets relevant de l’action pour le climat et de la durabilité environnementale. En 2021, malgré la crise pandémique, ceux-ci ont représenté 43 % des financements (contre 40 % en 2020), ce qui a permis à la BEI de se rapprocher de son objectif de 50 %. 

En dehors de l’Union européenne, le Groupe BEI a fourni 8,1 milliards d’EUR de financements en 2021. Active dans plus de 160 pays à travers le monde, la banque de l’UE est un partenaire clé de l’Équipe Europe, dans le cadre de laquelle elle soutient également l’initiative COVAX visant à fournir des vaccins aux pays en développement. Conformément à la réforme globale de la présence et des initiatives de l’UE dans le monde, la BEI a décidé de réorganiser ses activités à l’extérieur de l’Union et de mettre en place une branche opérationnelle, appelée BEI Monde, dédiée aux partenariats internationaux et au financement du développement. BEI Monde réunira l’ensemble des ressources et compétences de la BEI concernant les activités en dehors de l’UE au sein d’une même structure, capable d’apporter une contribution décisive et ciblée aux projets et initiatives de l’Équipe Europe.

Informations générales

La Banque européenne d’investissement (BEI) finance des projets dans quatre domaines prioritaires : les infrastructures, l’innovation, le climat et l’environnement et les petites et moyennes entreprises (PME). De 2019 à 2021, le Groupe BEI a financé des projets en Italie à hauteur de plus de 36 milliards d’EUR.

Le Fonds de garantie européen (EGF) a été créé par le Groupe BEI (BEI et FEI) sur la base des contributions de l’Italie et d’autres États membres de l’Union européenne dans le but de protéger les entreprises pénalisées par la pandémie de COVID-19. S’appuyant sur près de 25 milliards d’EUR de garanties, l’EGF permet à la BEI et au FEI de mettre rapidement à la disposition des entreprises, principalement des PME et des ETI, des prêts, des garanties, des fonds propres ou d’autres instruments financiers. Le Fonds de garantie européen s’inscrit dans le cadre du programme de relance de l’Union européenne visant à fournir 540 milliards d’EUR au total pour stimuler les secteurs de l’économie européenne qui ont été le plus durement touchés.