>@EIB
©EIB
  • Signature de trois prêts entre la BEI et Galp d’un montant total de 406,5 millions d’EUR :
  • prêt BEI en faveur des énergies vertes de 325 millions d’EUR destiné à financer des centrales photovoltaïques de Galp d’une puissance totale d’environ 2 GWc en Espagne. Un prêt supplémentaire de 325 millions d’EUR qui sera accordé par la BEI sous la forme d’un financement sur projet à une date ultérieure est déjà approuvé ;
  • prêt BEI en faveur des énergies vertes de 40 millions d’EUR destiné à financer des centrales photovoltaïques de Galp d’une puissance totale de 144 MWc en Algarve au Portugal ;
  • prêt BEI de 41,5 millions d’EUR à l’appui du projet de mobilité électrique de Galp qui consiste à déployer 5 500 bornes de recharge dans la péninsule Ibérique.

La Banque européenne d’investissement (BEI) et Galp ont signé trois accords de financement en vue de la construction de centrales solaires et du déploiement de stations de recharge pour véhicules électriques dans la péninsule Ibérique, appuyant ainsi l’action en faveur du climat et la cohésion sociale dans certaines des régions du continent européen les plus vulnérables en matière de résilience climatique et économique.

Galp et la BEI ont signé un financement total de 406,5 millions d’EUR, qui pourrait être porté à 731,5 millions d’EUR au maximum à une date ultérieure, avec l’approbation d’un montant supplémentaire de 325 millions d’EUR. Ces trois projets viennent tous à l’appui de l’action en faveur du climat et de la cohésion sociale. Ils généreront en moyenne un total de 3,6 TWh d’électricité de source renouvelable par an, soit l’équivalent de la consommation électrique de près de 940 000 foyers.

La banque de l’UE est très engagée aux côtés de l’Union européenne pour atteindre la neutralité climatique à l’horizon 2050. Au titre de la Feuille de route du Groupe BEI dans son rôle de banque du climat, la BEI vise à mobiliser 1 000 milliards d’EUR d’investissements en faveur de l’action climatique et de la durabilité environnementale au cours de la décennie décisive allant de 2021 à 2030. À cette fin, la Banque va progressivement augmenter ses financements à l’appui de ces objectifs pour les porter à 50 % de son activité d’ici à 2025. D’une part, Galp s’est engagée sans réserve à parvenir à l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050. D’autre part, cette société est l’un des principaux producteurs d’énergie solaire photovoltaïque de la péninsule Ibérique. Elle s’est engagée à consacrer la moitié de ses dépenses d’équipement nettes sur la période 2021-2025 à des projets appuyant la transition énergétique vers un modèle à faibles émissions de carbone, dont 30 % dans les énergies renouvelables et 5 % dans les nouvelles activités.

« Nous sommes ravis de soutenir Galp dans son parcours de décarbonation et d’unir nos forces pour promouvoir l’action en faveur du climat et la production d’énergie de source renouvelable tant en Espagne qu’au Portugal. Ces trois projets contribuent à la réalisation des objectifs énoncés dans le pacte vert pour l’Europe. Ils viendront à l’appui des objectifs de décarbonation de chacun des pays, tout en stimulant la croissance économique, la création d’emplois et la cohésion sociale », a déclaré Ricardo Mourinho Félix, vice-président de la BEI. « Reconstruire en mieux, de manière plus écologique et plus équitable n’est pas qu’un slogan, c’est un impératif. Il n’existe pas de vaccin contre la crise climatique. La seule voie pour aller de l’avant consiste à promouvoir les investissements verts et durables et à garantir une transition équitable pour tous et toutes. La BEI est pleinement engagée dans la réalisation de cet objectif ; l’action climatique et la transition juste sont inscrites dans notre ADN. »

« L’engagement pris par Galp de devenir une entreprise au bilan carbone neutre nous pousse à être audacieux dans les actions que nous entreprenons aujourd’hui, en nous assurant de la réussite de notre transition énergétique », a déclaré Andy Brown, directeur général de Galp. « Notre projet visant à redessiner les contours de notre portefeuille est déjà amorcé, Galp ayant donné un coup d’accélérateur à l’intégration dans ses activités de solutions énergétiques à faible intensité de carbone, voire affichant un bilan carbone nul. Le soutien de la BEI est essentiel pour nous aider à augmenter le rythme de développement de ces projets », ajoute-t-il.

Prêt BEI de 325 millions d’EUR destiné à financer le projet photovoltaïque de Galp consistant en un portefeuille de centrales solaires photovoltaïques d’environ 2 GWc implantées en Espagne

L’accord le plus important annoncé ce jour concerne un prêt de la BEI en faveur des énergies vertes de 325 millions d’EUR au maximum, destiné à financer la construction d’un grand nombre de centrales solaires photovoltaïques à l’échelle commerciale en Espagne qui seront mises en œuvre par Galp et dont les travaux devraient démarrer dans les trois prochaines années, y compris les infrastructures auxiliaires indispensables à leur interconnexion au réseau. Le portefeuille de sous-projets comprend des centrales solaires photovoltaïques à l’échelle commerciale d’une puissance totale d’environ 2 GWc, soit l’équivalent de la consommation d’électricité annuelle de 866 400 foyers. Un montant supplémentaire de 325 millions d’EUR pourrait également être signé sous la forme d’un financement sur projet à une date ultérieure ; le financement total de la BEI pour ce projet pourrait ainsi s’élever à 650 millions d’EUR.

D’une taille susceptible de varier entre 24 MWc et 449 MWc, les centrales photovoltaïques seront aménagées dans les régions espagnoles relevant de l’objectif de cohésion (Andalousie, Aragon, Castille-La Manche et Estrémadure).

Le financement de la BEI encouragera la sécurité de l’approvisionnement énergétique, la lutte contre les changements climatiques, la création d’emplois et la cohésion sociale, tout en concourant aux objectifs ayant trait aux énergies renouvelables de l’Espagne qui ont été établis dans ses plans nationaux intégrés en matière d’énergie et de climat (PNE).

Prêt BEI de 40 millions d’EUR destiné à financer le projet photovoltaïque de Galp consistant en un portefeuille de centrales solaires photovoltaïques d’environ 144 MWc implantées dans la région de l’Algarve au Portugal

Au titre du second accord, la BEI octroiera à Galp un prêt en faveur des énergies vertes de 40 millions d’EUR pour construire et exploiter quatre centrales électriques solaires photovoltaïques interconnectées d’une puissance totale de 144 MWc en Algarve (dans le sud du Portugal), dans la ville d’Alcoutim (Viçoso 48,0 MWc ; Pereiro 18,7 MWc ; São Marcos 48,9 MWc et Albercas 28,4 MWc).

Une fois mises en service, ces centrales devraient produire en moyenne 230 GWh d’énergie par an provenant de source renouvelable, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’électricité de 72 800 foyers. Cet accord contribue à la réalisation de l’objectif contraignant de la Commission européenne qui vise à ce que, à l’horizon 2030, 32 % de la consommation énergétique finale soient couverts par des sources d’énergie renouvelables. Il contribuera également à la réalisation par le Portugal des objectifs de son plan intégré en matière d’énergie et de climat, qui prévoit 47 % de sources d’énergie renouvelables dans la consommation d’énergie finale brute à l’horizon 2030.

La réserve de projets opérationnels et en développement ayant trait à la production brute d’énergie de sources renouvelables de Galp s’élève au total à 4,7 GW, répartis entre le Portugal, l’Espagne et, plus récemment, le Brésil, dont 926 MW déjà en service. La société nourrit l’ambition de pouvoir compter sur une puissance opérationnelle brute globale supérieure à 4 GW et 12 GW à l’horizon 2025 et 2030, respectivement.

Prêt BEI de 41,5 millions d’EUR destiné à promouvoir le projet de mobilité électrique de Galp consistant à déployer des stations de recharge pour véhicules électriques en Espagne et au Portugal

Le secteur routier représente les trois quarts du total des émissions liées au transport dans l’Union européenne. L’UE ne pourra donc pas atteindre son objectif de neutralité carbone d’ici à 2050 sans un virage radical du secteur routier au profit de la mobilité électrique. Pour concourir à l’objectif de l’UE de déployer 1 million de stations de recharge et de points de ravitaillement le long des routes européennes d’ici à 2025, la BEI fournira à Galp un prêt de 41,5 millions d’EUR destiné à appuyer le déploiement d’un réseau de bornes de recharge pour véhicules électriques en Espagne et au Portugal.

Ce projet prévoit le déploiement de 5 500 bornes de recharge d’ici à 2025, dont 55 % seront installées dans les régions moins développées et en transition relevant de l’objectif de cohésion dans la péninsule Ibérique. L’accord devrait également concourir à l’élargissement du marché des infrastructures de recharge des véhicules électriques, en améliorant la performance des technologies, en réduisant le coût initial des équipements et en mobilisant des investissements dans le secteur des véhicules électriques, contribuant ainsi à l’avènement de véhicules plus économes en énergie et disponibles à des conditions abordables.

Dans le droit fil de la politique de prêt de la BEI dans le secteur des transports, ce projet est soutenu par l’initiative pour des transports plus propres et bénéficie de l’instrument de prêt du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE), un instrument financier qui appuie les objectifs de l’initiative pour des transports plus propres.

Galp a l’intention d’élargir son offre de stations de recharge pour véhicules électriques à 10 000 d’ici à 2025 dans la péninsule Ibérique.

Informations générales

La Banque européenne d’investissement (BEI) est le premier bailleur de fonds multilatéral au monde pour le financement de l’action en faveur du climat. Elle a récemment approuvé la Feuille de route du Groupe BEI dans son rôle de banque du climat en vue de réaliser son ambitieux programme visant à mobiliser 1 000 milliards d’EUR d’investissements en faveur de l’action climatique et de la durabilité environnementale au cours de la décennie décisive allant de 2021 à 2030. À cette fin, la Banque va progressivement augmenter ses financements à l’appui de ces objectifs pour les porter à 50 % de son activité d’ici à 2025 et, à compter de 2021, toutes les nouvelles activités de financement du Groupe BEI seront alignées sur les objectifs de l’accord de Paris.

L’initiative pour des transports plus propres est un mécanisme global destiné à soutenir le déploiement de nouvelles technologies plus propres dans les transports en s’appuyant sur les outils que la BEI et la Commission européenne peuvent proposer. Elle vise à soutenir le déploiement accéléré de véhicules de transport plus propres et d’infrastructures connexes, comme des points de ravitaillement et bornes de recharge, ce qui devrait générer des incidences socioéconomiques positives, notamment une réduction des dépenses de santé grâce à un air plus sain et à des niveaux sonores plus faibles.

Le Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE) est un instrument de financement de l’UE destiné à promouvoir la croissance, l’emploi et la compétitivité au moyen d’investissements ciblés dans les infrastructures au niveau européen. Aux aides non remboursables gérées par la Commission européenne s’ajoute la mise en œuvre par la Banque européenne d’investissement (BEI) de l’instrument de prêt du MIE, un mécanisme de partage des risques principalement destiné aux secteurs des transports et de l’énergie. L’instrument de prêt du MIE a vocation à répondre aux besoins spécifiques du marché, lorsque les financements privés sont insuffisants pour soutenir l’investissement. Il est possible de combiner, selon les besoins, les aides non remboursables du MIE et l’instrument de prêt du MIE pour soutenir des projets.

Galp est une entreprise énergétique engagée dans le développement de solutions économes en énergie et durables dans ses activités et dans les offres intégrées qu’elle propose à ses clients. Galp crée des solutions simples, souples et compétitives pour répondre aux besoins en énergie et mobilité des grandes industries comme à ceux des petites et moyennes entreprises, ainsi que des consommateurs individuels. Elle contribue au développement économique des 10 pays dans lesquels la société exerce ses activités. Galp concourt également au progrès social des communautés au sein desquelles elle s’inscrit. Elle se classe donc comme le chef de file de son secteur dans les principaux indices de durabilité dans le monde. Galp emploie 6 360 personnes. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site web www.galp.com.