>@Mabion
©Mabion
  • Un prêt de 30 millions d’EUR servira à financer des activités de recherche et de production dans le domaine des médicaments innovants pour le traitement du cancer et de maladies auto-immunes
  • Mabion sera le premier bénéficiaire polonais du Mécanisme de financement de la croissance européenne, soutenu par le plan Juncker
  • L’opération permettra la création de 96 emplois

La Banque européenne d’investissement (BEI) a accepté de consentir un prêt de 30 millions d’EUR à Mabion, une entreprise polonaise de biotechnologie, pour financer ses plans de croissance. Mabion utilisera ce financement pour un vaste programme de recherche-développement qui comprend des essais cliniques et prévoit le renforcement des capacités de production de l’entreprise grâce à la mise en œuvre d’équipements de pointe. Grâce à cette injection financière, Mabion entend embaucher 96 personnes.

Le prêt de la BEI est adossé à une garantie au titre du Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), le bras financier du Plan d’investissement pour l’Europe ou « plan Juncker ». Ce projet est le premier en Pologne à bénéficier de l’intervention de la BEI au titre du Mécanisme de financement de la croissance européenne, qui est axé sur l’octroi de prêts d’amorçage-investissement.

Mabion est une société polonaise de biotechnologie en phase précommerciale, spécialisée dans la conception et la fabrication de médicaments destinés à traiter certains types de cancer du sang, tels que les lymphomes, et la polyarthrite rhumatoïde.

Jean-Christophe Laloux, directeur général et chef des opérations de prêt à la BEI : « Ce prêt marque une étape importante dans le soutien qu’apporte la BEI à la Pologne : il permet à une entreprise innovante qui investit massivement dans la R-D et met au point des traitements indispensables pour les maladies oncologiques de bénéficier de formules de financement innovantes. En unissant ses forces avec la Commission européenne, la banque de l’UE est en mesure de soutenir les plans à long terme de Mabion et de contribuer ainsi à la croissance du secteur biotechnologique en Pologne. »

Vytenis Andriukaitis, commissaire européen à la santé et à la sécurité alimentaire : « Je suis ravi que l’UE investisse une fois de plus dans un projet consacré aux soins de santé. Il est particulièrement encourageant de constater que les personnes atteintes d’un cancer ou souffrant d’une maladie auto-immune bénéficieront grandement de cet investissement. Cela nous rappelle également que ce secteur est créateur d’emplois et source de revenus pour les familles. Ce soutien démontre clairement que l’UE est une fervente partisane des entreprises de terrain innovantes en Pologne et dans toute l’Europe. »

Grzegorz Grabowicz, membre du conseil d’administration et directeur financier de Mabion : « Mabion est très fière qu’une institution telle que la Banque européenne d’investissement ait répondu à notre invitation à coopérer et qu’elle ait décidé de nous rejoindre dans la réalisation de notre ambitieux projet. Lorsque nous aurons obtenu de l’Agence européenne des médicaments (EMA) l’autorisation de commercialiser notre médicament sur le territoire de l’Union européenne, nous aurons besoin de fonds pour aménager nos infrastructures et couvrir les coûts des futures activités de recherche. Les prêts de la BEI répondent en grande partie à nos besoins d’investissement et de développement. »

Informations complémentaires concernant l’opération

  • Le prêt de 30 millions d’EUR couvrira environ 30 % des coûts estimés (97 millions d’EUR) des plans de croissance de l’entreprise. Il couvrira les coûts des activités de R-D liées aux phases initiales et ultimes de développement, notamment pour des médicaments biologiques similaires et innovants, ainsi que les dépenses d’équipement destinées à accroître la production manufacturière. Il s’agit notamment de doter les locaux existants d’équipements de fabrication et d’aménager une extension de l’usine avec des outils de production, des dispositifs de R-D et des laboratoires destinés aux contrôles de qualité. L’opération sera divisée en trois tranches de décaissement par étapes.
  • Grâce au soutien du FEIS, la BEI peut prendre davantage de risques et fournir un financement stable à long terme assorti de modalités souples concernant le remboursement et les taux d’intérêt, ce qui limitera les sorties de trésorerie à court et moyen terme pour Mabion et permettra ainsi à l’entreprise de se concentrer sur les investissements dans l’innovation et la croissance.
  • Au terme des essais cliniques de son programme le plus avancé – une version biosimilaire de l’anticorps rituximab pour le traitement de certains types de cancers du sang – Mabion devrait obtenir un avis du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) d’ici fin 2019. Un avis positif du CHMP, un organe de l’Agence européenne des médicaments (EMA), constitue la base de toute autorisation de mise sur le marché d’un médicament par la Commission européenne. Mabion pourrait devenir la première entreprise européenne à lancer une version biosimilaire du rituximab sur le marché de l'UE.
  • Le projet devrait avoir des incidences positives sur l’emploi : on estime qu’il contribuerait à la création de quelque 96 nouveaux postes permanents supplémentaires, notamment pour des profils hautement qualifiés axés sur la R-D