Alors que le monde entier retient son souffle dans l’attente des dernières nouvelles de la pandémie, un troupeau de moutons déambule à la recherche d’un coin d’herbe pour paître paisiblement. Cela peut surprendre, mais 500 moutons, guidés par cinq border collies, broutent dans les parcs de l’agglomération de Rotterdam – en l’absence de toute émission de carbone des tondeuses à essence traditionnelles. (Bien entendu, ils produisent malgré tout certaines émissions, d’urine et d’excréments, qui forment néanmoins un « engrais 100 % naturel ».)

L’idée d’utiliser ces animaux pour remplacer les tondeuses à essence par une solution écologique a germé dans l’esprit de deux bergères, Marlous et Maria, qui ont bénéficié d’un prêt pour petites entreprises de Qredits. « Nous observons le passé pour façonner le futur », déclare André Dolsma, directeur commercial de Qredits. « Marlous et Maria ont su faire preuve d’innovation dans leurs affaires et nous sommes fiers de les soutenir. »

Qredits, l’un des plus grands organismes de microfinancement à but non lucratif d’Europe, est un partenaire de longue date du Groupe Banque européenne d’investissement. Au cours des derniers mois, Qredits et la banque de l’UE ont travaillé main dans la main pour aider plusieurs milliers de petites entreprises à surmonter la pandémie de COVID-19 aux Pays-Bas.

>@Qredits
Marlous et Maria, les bergères à l’origine de l’idée d’utiliser la solution écologique des moutons pour entretenir les parcs de Rotterdam. ©Qredits

L’importance de l’humain et des idées

Chaque matin au saut du lit, André a toujours la même émotion qu’enfant, lorsqu’il gambadait dans les campagnes néerlandaises : un mélange d’excitation, de curiosité et de générosité. Qredits est à son image et vice versa. « Si votre entreprise n’inspire aucune passion, je ne pense pas qu’elle puisse réussir », clame ce père de 49 ans qui a élevé ses deux adolescents dans le même esprit.

Le COVID-19 a fait voler en éclats les plans de nombreux chefs d’entreprise, semant la confusion et la panique.  Du patron de restaurant incapable de payer son loyer au gestionnaire expérimenté peinant à garder la tête hors de l’eau, les dirigeants de sociétés néerlandais ont été contraints d’élaborer de nouvelles stratégies pour assurer leur survie. Auprès d’André et de son équipe de 25 chargés de prêt, tous trouvent une oreille attentive.

« Nos discussions font régulièrement apparaître au grand jour les spécificités propres à chaque histoire. Nous posons des questions, nous approfondissons les choses et nous aidons nos clients à recadrer leurs atouts et leurs plans d’activité pour qu’ils soient pérennes », explique André. À ses yeux, il est primordial que le chargé de prêt et le client soient sur la même longueur d’ondes. De toute évidence, ce lien joue un rôle essentiel dans la décision de prêt.

Qredits offre par ailleurs un accompagnement et une formation sans frais pour aider ses clients à maîtriser leur stress et stimuler leur résilience. Son but n’est pas d’engranger des bénéfices, mais de donner les moyens aux chefs d’entreprise de le faire. De la part d’un organisme de crédit, cette inversion des priorités a déjà produit un bilan remarquable :

  • Depuis sa fondation, en 2009, Qredits a accordé plus de 20 000 prêts et ses clients ont créé 30 000 emplois.
  • 87 % des clients de Qredits sont toujours en activité trois ans après l’obtention de leur prêt.
  • En 2019, Qredits a accordé 32 % de ses prêts à des femmes et 12,1 % de ses clients étaient issus de l’immigration.
>@Qredits
André Dolsma, directeur commercial de Qredits, le plus grand organisme de financement alternatif à but non lucratif des Pays-Bas. ©Qredits

Les réfugiés actifs dans la lutte contre le virus

En mars 2020, lorsque le COVID-19 a déferlé en Europe et que les masques sont devenus l’objet de toutes les convoitises, un groupe d’entrepreneurs a lancé la toute première usine de masques chirurgicaux aux Pays-Bas. Installée à Arnhem, la Mondmaskerfabriek (« usine de masques faciaux » en néerlandais) a engagé des habitants de la région ayant le statut de réfugiés. Ces ouvriers suivent également un cours de néerlandais, ainsi que d’autres programmes d’apprentissage organisés par la fondation Refugee Company, qui aide les personnes issues d’un parcours migratoire.

« Nous aidons des réfugiés et nous contribuons à la lutte contre le COVID-19 », commente André. Après avoir reçu un crédit social de 250 000 euros de Qredits,  l’usine s’est équipée de deux machines de production de masques entièrement automatisées importées de Chine. Aujourd’hui, elle produit 100 000 masques par jour pour plusieurs milliers de clients, parmi lesquels les ministères néerlandais de la santé et des affaires sociales.

Les entrepreneurs imaginent des solutions innovantes aux problèmes engendrés par la pandémie. Beaucoup espèrent que leurs innovations inspirées par le COVID-19 deviendront des activités durables, qui continueront de prospérer après la crise actuelle.

>@Qredits
Installée à Arnhem, la Mondmaskerfabriek a engagé des habitants de la région ayant le statut de réfugiés. ©Qredits

André raconte qu’un client propriétaire d’une boutique de vente à emporter à Rotterdam a pu racheter la surface commerciale voisine pour s’agrandir. De même, un petit fleuriste d’Amsterdam a considérablement augmenté ses revenus grâce à la clientèle de proximité – « acheter local » a acquis un nouvel attrait dans le sillage du COVID-19. D’autres petites entreprises, obligées de recourir à Internet pour travailler, se sont en fait aperçues que les achats en ligne et les réseaux sociaux les aidaient à entretenir leur compétitivité.

Dans un registre plus sombre, il faut garder à l’esprit que certains secteurs sont pratiquement à l’arrêt, notamment l’événementiel (p. ex. montage de scènes ou effets sonores et lumineux), les voyages (petites agences ou assistants de voyages personnels) et une multitude de cafés et restaurants.

Des garanties contre les risques

De nombreux clients de Qredits n’ont qu’une faible solvabilité ou une expérience réduite et ne disposent pas de sûretés. Les banques rechignent à les financer en raison de leur degré élevé de risque. Qredits a remédié à cette défaillance du marché grâce à l’appui de l’Union européenne.