RechercheFr menuClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la rechercheVoir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées
    corporate_banner_fr

    Mécanisme de capital-risque pour les pays voisins du Sud

    [an error occurred while processing this directive]

    Mécanisme de capital-risque pour les pays voisins du Sud

      •  Afficher en:
      • de
      • en
      • fr
    • Disponible en: de en fr

    Le Mécanisme de capital-risque pour les pays voisins du Sud donnera accès à des financements par emprunt et par apport de fonds propres à des PME du bassin méditerranéen dans la perspective de soutenir le développement du secteur privé, la croissance inclusive et la création d'emplois dans le secteur privé.

    Créé par la Commission européenne et la BEI, le Mécanisme de capital-risque pour les pays voisins du Sud s'appuie sur la réussite du mandat pour les opérations sur capitaux à risques réalisées dans les pays de la FEMIP et de l'IEVP (2007-2013), qui a été intégralement déployé malgré les perturbations géopolitiques sans précédent qu'a connues la région cible.

    Les principales activités du mécanisme seront les suivantes :

    • investir dans des fonds de capital-investissement ;
    • investir dans des institutions de microfinance et des sociétés d'investissement en microfinance et leur prêter des fonds ;
    • fournir de l'assistance technique aux intermédiaires financiers ou aux bénéficiaires finals.

    Les intermédiaires financiers seront :

    • des fonds de capital-investissement (y compris des fonds de capital-risque) ;
    • des institutions de microfinance ;
    • des sociétés d'investissement en microfinance ;
    • des banques et d'autres institutions financières.

    D'autres instruments innovants pourront également être envisagés.

    Bénéficiaires

    Complément d’information sur le soutien apporté au titre des instruments financiers (en anglais).

    Couverture géographique :

    Algérie, Maroc, Tunisie, Égypte, Jordanie, Liban, Syrie* et Palestine.

    *À la suite des sanctions prises par l'UE en novembre 2011, la BEI a suspendu tous les décaissements et les contrats de conseil technique relatifs aux projets en Syrie. Il en ira de même pour le mécanisme de capital-risque.

    Fonctionnement :

    La banque de l'UE examinera continûment des propositions soumises par des intermédiaires financiers intéressés et s'appuiera sur son analyse et son jugement professionnels.

    Vous pouvez envoyer vos propositions et vos questions par courriel à l'adresse suivante : info@bei.org

    Capital-investissement

    En règle générale, la BEI structurera les opérations de capital-investissement via des engagements dans des fonds de capital-investissement qui, à leur tour, réaliseront des opérations assimilées à des prises de participation dans des PME.

    La Banque pourra envisager des investissements directs dans des entreprises locales, principalement des institutions financières de second rang (parmi lesquelles des sociétés de crédit-bail, des sociétés d'assurances et d'autres sociétés actives dans le secteur des services financiers) ayant besoin de capitaux pour financer leur croissance mais, compte tenu de leur petite taille, n'ayant qu'un accès limité au marché des capitaux ou aux investisseurs institutionnels.



    Microfinance

    Les opérations de microfinance auront vocation à favoriser les activités créant des emplois en encourageant et en améliorant l'accès au financement, et mettra principalement l'accent sur les institutions de microfinance (IMF) dans les pays voisins du Sud.

    Intermédiaires :

    les intermédiaires sélectionnés serviront en particulier les microentreprises et les petites entreprises ainsi que les personnes à faible revenu. Il s'agira d'IMF nouvellement créées ou existantes, de coopératives de crédit, de banques souhaitant réduire la taille de leurs opérations pour servir de plus petites entreprises, et d'autres institutions financières, y compris des fonds ou sociétés d’investissement spécialisés dans la microfinance.

    La BEI accordera une attention particulière aux organisations non gouvernementales (ONG) qui deviennent des entités commerciales et aux institutions nouvelles ou existantes cherchant à développer leur portefeuille de microprêts. La Banque pourra également investir dans des sociétés d'investissement en microfinance à des fins de rétrocession à des prestataires de services de microfinance.

    Instruments proposés

    La BEI proposera :

    • des financements par emprunt à long terme ;
    • des financements en fonds propres et quasi-fonds propres ;
    • des prêts subordonnés et des garanties.

    Ces instruments seront conçus au cas par cas, en fonction des exigences des intermédiaires sélectionnés et des caractéristiques du marché local concerné.



    Assistance technique

    Le guichet d'assistance technique renforcera l'impact des opérations de capital-risque, en particulier via des programmes de renforcement des capacités. Le guichet d'assistance technique sera dédié au renforcement des capacités des intermédiaires financiers, principalement des institutions de microfinance et (ou) des bénéficiaires finals actuels et potentiels.

    En règle générale, c'est un prestataire sélectionné et suivi par la Banque qui se chargera de la mise en œuvre de ces activités.

    Le guichet d'assistance technique s'organisera en deux phases : une phase de démarrage au cours de laquelle le prestataire se concentrera sur le diagnostic et l'évaluation des besoins des intermédiaires financiers, suivie d'une phase opérationnelle.





     Imprimer