Un fonds spécial de l’UE et de l'État néerlandais vise à remédier aux pénuries chroniques d’eau au Niger afin d’améliorer le contexte sanitaire et de prévenir la radicalisation

Par Yusuf Yassin

Améliorer l’approvisionnement en eau dans la région frontalière de l’ouest du Niger est une tâche périlleuse. Depuis des années, cette zone regorge de miliciens et les violences sont monnaie courante le long de la frontière avec le Mali et le Burkina Faso. Les visites sur le terrain des spécialistes de l’eau sont rares et doivent être effectuées sous la protection de l’armée.

Cependant, le Niger a besoin d’aide pour améliorer son approvisionnement en eau. À l’aune des normes internationales, l’accès à l’eau potable est faible, avec de grandes disparités entre les zones urbaines et rurales. Le Niger figure dans le bas du classement de l’Indice de développement humain des Nations unies. De nombreuses régions sont menacées par la sécheresse et la désertification. L’eau potable est, bien évidemment, une nécessité pour la santé des sociétés et des économies. Dans la région de Tillabéri, près de la frontière occidentale, 92 % de la population vit en zone rurale. Les pénuries d’eau potable y sont chroniques, en particulier pendant la saison chaude où les températures dépassent souvent 40 °C.

La liste harmonisée des situations fragiles de la Banque mondiale. La banque de l’UE a une longue expérience des investissements dans ces régions. 

« Pour remédier à ces situations fragiles, il faut de toute urgence investir dans les services collectifs de base », déclare Cristina Mejia García, chargée de prêts à la Banque européenne d’investissement qui supervise les projets au Niger.  « Les sociétés et les économies qui disposent d’un approvisionnement en eau potable sont plus résistantes et plus sûres. »

Une condition sine qua non du développement des régions fragiles

Il n’y a pas de temps à perdre. Les besoins en eau du Niger sont désormais pressants. Et la situation ne va faire qu’empirer.

À Téra, ville au nord-ouest de Niamey, la capitale du pays, et proche de la frontière avec le Burkina Faso, seuls 40 % des 30 000 habitants sont raccordés à un réseau public d’approvisionnement en eau qui fonctionne. En 2018, la Société de patrimoine des eaux du Niger (SPEN) a ouvert 10 points de prélèvement et installé une station de traitement des eaux pour approvisionner Téra et ses environs en eau potable. Près d’un an plus tard, la source s’est tarie et la station de traitement des eaux a dû fermer.

La SPEN devra multiplier par dix son approvisionnement en eau potable au cours des 20 prochaines années, ne serait-ce que pour pouvoir suivre le rythme rapide de la croissance de la population de Téra. « L’objectif est de trouver une solution définitive aux problèmes d’eau de la ville et d’approvisionner les villages voisins », explique Amadou Mamadou Sekou, secrétaire général de la SPEN.

>@EIB
©EIB

Eau et développement au Niger

Ce n’est pas seulement une question sanitaire. L’accès aux services de base relatifs à l’approvisionnement en eau peut contribuer à stabiliser la situation politique et sécuritaire au Niger et à freiner l’exode de la population vers Niamey ou l’intérieur de la région. En résumé, cela peut réduire la violence. « Le développement économique et social de la région de Tillabéri contribuera à prévenir la radicalisation dans une zone hautement prioritaire pour l’État nigérien et l’UE », déclare Cristina Mejia García.

La Banque européenne d’investissement et la Société de patrimoine des eaux du Niger étudient actuellement deux solutions pour remédier aux pénuries d’eau à Téra. La première consiste à remettre en état le réservoir d’eau à l’extérieur de la ville. La seconde consiste à traiter et à transporter l’eau du fleuve Niger, situé à plus de 100 kilomètres à l’est, ce qui permettrait également d’approvisionner en eau les villages situés entre Téra et le fleuve Niger. La Banque étudiera aussi la possibilité d’utiliser l’énergie solaire pour réduire les coûts d’exploitation.

Fonds de donateurs pour la mise en valeur de l’eau au Niger

Le Fonds pour le secteur de l’eau de la Banque européenne d’investissement, soutenu par l’État néerlandais, finance une étude visant à déterminer la solution technique la plus durable. Karin Roelofs, cheffe de la division de l’eau du ministère néerlandais des affaires étrangères, affirme que l’accès à l’eau potable dans des pays comme le Niger est une priorité pour son équipe.

« Il faut investir dans les infrastructures locales pour assurer l’approvisionnement en eau des villes secondaires comme Téra », explique-t-elle. « En collaborant avec la BEI par l’intermédiaire du Fonds pour le secteur de l’eau, nous pouvons nous appuyer sur les capacités financières et techniques de la Banque pour mettre en œuvre ces priorités. »

>@EIB
©EIB

Dans les pays en développement, on note souvent un manque de financement des études visant à déterminer quels projets pourraient être financés avec succès. Le Fonds pour le secteur de l’eau soutient la préparation initiale, de sorte que les projets essentiels dans le domaine de l’eau, comme celui de Téra, puissent être planifiés correctement et bénéficier des financements dont ils ont besoin.

Ce fonds s’inscrit dans le cadre des « partenariats avec les donateurs » mis en place par la Banque européenne d’investissement. Établi en 2018 avec l’État néerlandais, il est ouvert aux contributions d’autres pays et organisations.

Les projets menés au moyen de fonds fiduciaires, souvent mis en œuvre avec des pays de l’UE, supposent qu’un partenaire fasse un don dans un des fonds fiduciaires gérés par la Banque européenne d’investissement. La Banque utilise ensuite cet argent pour aider les régions qui en ont besoin dans le monde entier en fournissant des subventions, des garanties de prêts et une assistance technique dans des dizaines de pays en développement.

La Banque européenne d’investissement gère neuf fonds fiduciaires financés par des États membres de l’UE, la Commission européenne et le Royaume-Uni. La Banque espère accroître l’ampleur de ces fonds et compter d’autres États, philanthropes et fondations parmi leurs donateurs. En coopérant avec un nombre encore plus grand de partenaires, elle œuvre pour un monde meilleur.