Recherche Fr menu ClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la recherche Voir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées
    10
    jui 2014
    Luxembourg

    Le jeudi 10 juillet 2014, la Banque européenne d'investissement a accueilli 77 délégués représentant 75 pays, venus rendre compte des résultats des politiques de développement de l'UE dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Werner Hoyer, le président de la BEI, a ouvert la 11e conférence annuelle qui a été l'occasion de communiquer aux ambassadeurs des pays ACP les résultats des opérations que la Banque a menées dans ces pays en 2013 et de les informer sur l'avenir de ses activités dans ces régions, en mettant l'accent sur les critères d’admissibilité et les instruments de financement mis en œuvre au titre de la nouvelle enveloppe destinée à l’investissement d’impact.

    Pim van Ballekom, vice-président de la BEI, a mis en avant des domaines d'action notables de la Banque dans les pays ACP, notamment les investissements dans les secteurs de l'énergie, de l'eau, des infrastructures de transport et de télécommunications, l'appui aux chefs d’entreprise locaux et aux projets de petite dimension par le biais de partenariats avec des banques locales, ainsi que l'action de la Banque en faveur du climat qui se traduit par l'appui qu'elle apporte à des investissements qui contribuent à réduire les émissions nocives tout en renforçant la résistance aux effets des changements climatiques.

    Près des deux tiers du portefeuille actuel de la BEI en faveur des pays ACP ciblent le secteur privé, cette tendance étant à la hausse. Pendant la journée, des représentants de ces pays ont réaffirmé le rôle moteur du secteur privé en faveur de la croissance. L'accent a été particulièrement mis sur le potentiel de la microfinance et des petites et moyennes entreprises (PME) dans les pays ACP. Alhaji Muhammad Mumuni, le secrétaire général du Groupe ACP, est intervenu de manière poignante : « “Le moment est venu de renforcer le développement du secteur privé. Aujourd'hui, plus que jamais, le Groupe ACP a une idée exacte de la politique qu'il compte mener en matière de soutien au secteur privé ». Ce groupe a récemment adopté (en avril 2014) un cadre stratégique pour le développement du secteur privé et, deux mois plus tard à peine, le Conseil des ministres a approuvé un cadre de coopération conjoint ACP‑UE pour ce secteur sous l'égide du 11e Fonds européen de développement (FED 11).

    Des représentants de la Commission européenne et du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) ont présenté la stratégie de l'UE relative au développement du secteur privé pour la période 2014‑2020, ainsi que les conclusions du sommet UE-Afrique d'avril 2014.

    Des bénéficiaires et des promoteurs de prêts BEI ont mis en avant les répercussions positives des interventions de la Banque dans les pays ACP, notamment Hendrik Hutting, PDG de Lake Turkana Wind Power Limited, et Kaushik Ray, conseiller auprès de la BEI, ainsi que d'autres bailleurs de fonds participant au financement de la centrale éolienne du lac Turkana au Kenya, mais aussi François-Xavier Poste, PDG de Microcred Côte d’Ivoire, et Peter Munyiri, PDG de Family Bank Kenya.

    Les ambassadeurs des pays ACP ont favorablement accueilli l'accent mis par la Banque sur les opérations dans le secteur privé et l'ont encouragée à développer ses activités et sa présence dans ce domaine, tout en accélérant ses procédures de décaissement.

    Pour la période 2014‑2020, le 11e FED consacre 1,1 milliard d'EUR à la Facilité d'investissement, dont une reconstitution de 500 millions d'EUR pour la Facilité d'investissement (qui est un fonds renouvelable) et une enveloppe d'aide de 634 millions d'EUR au titre de l'assistance technique et des bonifications d’intérêts que gère la BEI. La Banque complète cette enveloppe de financement avec 2,5 milliards d'EUR au maximum sur ses ressources propres, à l'appui de projets stratégiques réalisés dans les pays ACP. Cela permettra de financer de nouveaux engagements à hauteur d'environ 1 milliard d'EUR par an jusqu'en 2020.