corporate_banner_fr

EIB signs Greek finance agreements to support the knowledge economy, innovation, enterprise and growth


La BEI signe des contrats de financement en Grèce pour soutenir l’économie de la connaissance, l’innovation, l’esprit d’entreprise et la croissance

  • Disponible en: de el en fr
  •  Date de publication: 22 Décembre 2016
  •  Réference: 2016-358-FR

La Banque européenne d’investissement (BEI) a signé, aujourd’hui, trois nouveaux accords de financement en Grèce pour un montant total de 203 millions d’EUR afin de soutenir l’économie de la connaissance, l’innovation, l’esprit d’entreprise et la croissance, renforçant ainsi les efforts consentis en faveur de la relance économique en Grèce et de la création de nouveaux emplois de qualité.

Ces accords de financement ont été signés à Athènes en présence de Werner Hoyer, président de la BEI, de Konstantinos Gavroglu, ministre grec de l’éducation, et de George Stathakis, ministre grec de l’environnement et de l’énergie.

À cette occasion, Werner Hoyer, président de la BEI, a déclaré : « Je suis très heureux d’être de retour à Athènes aujourd’hui pour la signature de trois nouvelles opérations qui ont pour principal objectif de soutenir l’innovation et l’esprit d’entreprise et qui mettront à disposition en Grèce de nouveaux financements à hauteur de plus de 200 millions d’EUR, contribuant ainsi à stimuler l’économie grecque et à la remettre sur le chemin de la croissance. »

Un prêt de 138 millions d’EUR pour les universités grecques

La BEI a signé un accord de financement de 138 millions d’EUR à destination des universités grecques afin de soutenir l’enseignement supérieur en Grèce, au moyen du financement de la construction, de l’agrandissement ou de la rénovation de bâtiments et d’installations dans neuf universités grecques dans tout le pays. Cette initiative permettra de renforcer la pertinence et la qualité des activités d’enseignement, d’apprentissage et de recherche menées dans les universités concernées. L'investissement bénéficiera aux étudiants, au personnel et à la société grecque dans son ensemble.

Le prêt de la BEI vise à contribuer à combler le déficit conséquent d’entretien des installations, causé par de nombreuses années de grave sous-investissement dans les infrastructures universitaires grecques, dû en grande partie à un manque de liquidités pendant les années de crise. Ce nouvel investissement devrait améliorer la pertinence et la qualité des activités d’enseignement, d’apprentissage et de recherche menées dans les universités notamment des villes d’Athènes, de La Canée, d’Héraklion, de Komotiní, de Mytilène, de Patras, de Thessaloniki et de Vólos. Les bénéficiaires seront les étudiants et le personnel, mais aussi les futurs employeurs des diplômés et la société grecque au sens large.

Le prêt de la BEI servira à financer des sous-projets, consistant principalement en la construction ou la finalisation de la construction de bâtiments qui abriteront des activités d’enseignement (salles de classe et amphithéâtres) et de laboratoire, ainsi que des espaces de bureau, afin d’accroître la capacité de ces établissements, de répondre aux nouvelles exigences des formations universitaires sur le plan méthodologique et technologique, d’améliorer la répartition de l’espace entre étudiants et personnel et de remplacer les installations vieillissantes et obsolètes. En outre, l’un des 17 sous-projets sélectionnés concerne la construction de logements pour étudiants sur campus et un autre la construction d’une installation de stockage et de recyclage des déchets.

L’opération soutient les activités de production de capital humain et de recherche des universités grecques. Le renforcement du capital humain et des capacités de recherche et d'innovation figure parmi les priorités du gouvernement et va dans le droit fil des politiques de l’Union européenne menées dans le cadre de l’Espace européen de l’enseignement supérieur et d’Horizon 2020 et de la stratégie de la banque de l’UE relative à l’innovation et aux compétences. L’opération contribuera également à créer de nombreux emplois pendant sa phase de mise en œuvre.

La Grèce enregistre un taux d’accès à l’enseignement supérieur parmi les plus élevés des pays de l’OCDE, avec 38 % de tous les 20-24 ans inscrits en 2014, ce qui indique que de nombreux jeunes Grecs voient les études supérieures comme un moyen de réussir dans la vie professionnelle.

Le prêt en faveur des universités grecques signé aujourd’hui aidera à renforcer le soutien apporté à l’économie de la connaissance, puisqu’il vient s’ajouter à un prêt de 180 millions d’EUR mis à disposition mi-juillet par la BEI afin de contribuer à la création de la Fondation hellénique pour la recherche et l'innovation. Avec l’aide de la BEI, la Fondation donnera la possibilité à de talentueux scientifiques, techniciens supérieurs et chercheurs grecs de suivre les études scientifiques de base qui constituent le fondement de l’innovation.

Première tranche de 40 millions d’EUR du prêt de la BEI pour le réseau de distribution et les compteurs intelligents de PPC

La BEI a signé la première tranche d’un prêt de 40 millions d’EUR (sur un prêt d’un montant total de 85 millions d’EUR) pour le programme de sous-stations haute tension et de compteurs intelligents de la société Public Power Corporation (PPC). Avec la construction et l’agrandissement de sept sous-stations haute tension, l’installation de 40 km de câbles sous-marins et la mise en œuvre d’un programme pilote de compteurs intelligents (télérelevables) concernant 170 000 petits clients basse tension, le programme de PPC permettra d’améliorer la fiabilité de l’approvisionnement des clients en électricité et de financer les essais des compteurs télérelevables destinés à de petits clients basse tension

Emmanuel Panagiotakis, PDG de PPC, a déclaré à cette occasion : « Ce prêt soutiendra le programme d’investissement en faveur de travaux de modernisation et renforcera les réseaux de distribution d’électricité en Grèce continentale et sur les îles. Nous marquons aujourd’hui la poursuite de la coopération et de la relation de confiance, excellentes et inébranlables, établies entre la Banque européenne d'investissement et PPC depuis 1963, soit depuis plus de 50 ans. À ce jour, la BEI a consenti des prêts au groupe PPC pour un montant total de 2,3 milliards d’EUR, ce qui équivaut à plus de 40 % du total de nos emprunts. Le soutien que la BEI a apporté à PPC au cours des dernières années, dans un contexte financier particulièrement difficile, est extrêmement précieux. »

« La signature du contrat est très importante pour HEDNO, puisqu’elle garantit le financement de projets essentiels à la modernisation et au renforcement du réseau de distribution d’électricité. HEDNO a pour priorité stratégique de réaliser des investissements dans les réseaux intelligents et toutes les technologies innovantes connexes, afin de mettre à niveau et de moderniser le « cœur » du marché énergétique grec, à savoir ses réseaux », a déclaré Nikolaos Chatziargyriou, PDG de Hellenic Electricity Distribution Network Operator S.A. (HEDNO).

25 millions d’EUR pour financer la croissance d’Upstream

La BEI finance à hauteur de 25 millions d’EUR la croissance d’Upstream, l’une des sociétés grecques les plus innovantes, avec le soutien de la garantie budgétaire de l'UE au titre du Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), l’instrument financier du Plan d'investissement pour l'Europe lancé par la Commission européenne. Upstream est une plateforme de commerce mobile de premier plan, dont l’objectif est d’accélérer le commerce mobile sur les marchés à forte croissance. Travaillant tant avec des opérateurs de téléphonie mobile qu’avec des prestataires de services numériques, Upstream exploite une plateforme de commerce mobile offrant des services de localisation, d’acquisition de clients, de livraison, de paiement et de gestion d’abonnements. Sa gamme de produits s’étend du divertissement à caractère informatif et de la microassurance, jusqu’à des portails de jeux et de vidéos, en passant par des boutiques d'applications, des services d’apprentissage de langues et des campagnes de marketing sur mobile distinguées par des prix.

Avec plus de 75 % de ses effectifs implantés à Athènes, Upstream exerce ses activités dans 43 pays et travaille avec 54 opérateurs de téléphonie mobile sur quatre continents. La plateforme logicielle et d’infrastructure d’Upstream permet déjà à 1,2 milliard de personnes de recevoir et de payer sans effort les services d’abonnement numérique les plus pertinents et les plus abordables sur leurs appareils mobiles.

Le prêt de la BEI fournira à Upstream un financement stable à long terme à l’appui de ses activités de recherche et développement, lesquelles bénéficieront à l’économie grecque tout en permettant à Upstream de maintenir son influence positive sur les marchés émergents.

« Nous sommes honorés d’avoir pu satisfaire aux critères de sélection stricts de la BEI et d’avoir été sélectionnés pour bénéficier d’un financement destiné à soutenir notre programme de croissance pour les années à venir. Nous utiliserons les fonds pour continuer à améliorer notre plateforme technologique et notre offre de produits innovants, de même que nos capacités en matière de mégadonnées. Ils nous aideront ainsi à continuer de faire progresser nos travaux de recherche et développement et notre excellence opérationnelle, ainsi qu’à poursuivre notre expansion mondiale. En outre, nous souhaiterions remercier la BEI pour sa collaboration tout au long du processus de sélection », a déclaré Marco Veremis, PDG et cofondateur d’Upstream.

Jyrki Katainen, vice-président de la BEI, a déclaré ce qui suit : « La signature d’aujourd’hui constitue l’une des nombreuses étapes importantes du Plan d'investissement pour l'Europe en Grèce. Le soutien apporté à l’économie de la connaissance portera ses fruits à moyen ou long terme et contribuera à créer des emplois et à engendrer de la croissance. »

« Il y a un an, à Athènes, j’ai annoncé l’établissement de l’Équipe d’investissement pour la Grèce du Groupe BEI, une initiative visant à renforcer l'engagement du Groupe BEI envers le pays, grâce à du personnel spécifiquement affecté ayant pour mission de soutenir les investissements productifs au moment où le pays fait, enfin, ses premiers pas vers une reprise durable de la croissance. Lorsque nous avons conçu notre démarche, notre objectif était de placer l’accent massivement sur le soutien à l’esprit d'entreprise et à l’innovation. Aujourd’hui, nous avons signé plusieurs opérations de financement au nom du Groupe, portant la valeur de notre engagement en faveur de la Grèce en 2016 à quelque 1,5 milliard d’EUR », a conclu Werner Hoyer, président de la BEI.








 Imprimer
 Pdf
 Lien Court