corporate_banner_fr

Halte à Lima : faits marquants pour la BEI

Projets
Priorités
Innovation et compétences
PME et ETI
Infrastructures
Climat et environnement
Action en faveur du climat
La BEI et la COP
Environnement
Zones d’intervention
Union européenne
Pays de l’élargissement
Association européenne de libre-échange
Pays voisins méditerranéens
Optimisation des synergies
Financements et services de conseil
Prêts
Capital-investissement
Services de conseil
Dispositif de soutien de la FEMIP
Comment solliciter un prêt ?
Trust fund
Assistance technique
Opérations sur capitaux à risques
Enveloppe CAMENA pour l'action en faveur du climat
MED 5P
Organisation and staff
FAQ - FEMIP
Pays voisins orientaux de l'UE
Coopération avec d'autres institutions et organisations
Mécanismes de financement
Initiative ALEAC
Fonds fiduciaire
Exemples d'opérations du FFATPO
Cadre institutionnel
Asie centrale
Cadre institutionnel
Coopération avec d'autres institutions et organisations
Mécanismes de financement
Assistance technique et aides non remboursables
La banque de l’UE dans les ACP
Nos priorités dans la région ACP
Besoin d’un prêt ?
Facilité d’investissement
Boost Africa
Nos partenaires
Amérique latine et Asie
Secteurs
Agriculture, alimentation et développement rural
Économie numérique
Éducation et formation
Énergie
Foresterie
Santé et sciences de la vie
Développement régional
Réseaux transeuropéens
Transports
Programme urbain
Global Climate City Challenge
Gestion de l’adduction d’eau et des eaux usées
Les initiatives de la BEI
L’initiative Résilience économique
Investir dans l’égalité hommes-femmes et l’autonomisation économique des femmes
Économie circulaire
Investissements envisagés
Projets récemment approuvés
Décomposition par région
Décomposition par secteur
Notes explicatives
Projets financés
Décomposition par région
Décomposition par secteur
Liste multicritère
Liste des projets au titre du FEIS
Le cycle des projets
Solliciter un prêt
Instruction des projets
Passation des marchés
Suivi
Évaluation des opérations
Procédure et méthodologie
Le blog

Halte à Lima : faits marquants pour la BEI

    •  Afficher en:
    • de
    • en
    • fr
  • Disponible en: de en fr

La BEI a fait escale à Lima, où se déroulaient, du 9 au 11 octobre, les assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du FMI. Cette halte a constitué un important jalon pour la Banque sur sa route vers Paris.

Elle y a annoncé son intention de porter la part de ses prêts soutenant des investissements en faveur du climat de 25 % à 35 % dans les pays en développement. Cette volonté s'inscrit dans le prolongement de la nouvelle stratégie en matière d'action pour le climat, que la BEI a lancée en octobre 2015 et dans laquelle elle s'engage à consacrer au moins 25 % de son portefeuille de prêt global annuel à des projets liés au climat. Bien qu'elle soit déjà le plus grand prêteur au monde pour l'action en faveur du climat, la Banque sait pertinemment que le financement climatique n'est pas qu'une question de chiffres. L'incidence de ses activités compte aussi ! C'est sur cette évidence que repose le premier pilier de sa stratégie en matière d'action pour le climat. En consacrant 35 % aux régions les plus vulnérables aux changements climatiques, la Banque peut canaliser sa force financière là où les besoins se font le plus sentir. Et évidemment, le minimum de 25 % reste d'actualité pour toutes les autres régions.

L'escale à Lima a été marquée par une autre grande nouvelle pour la BEI : l'annonce d'un nouvel accord de soutien à l'Ukraine avec le Groupe de la Banque mondiale.Werner Hoyer, président de la BEI, et Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale, ont signé un accord qui vise à faciliter l'achat de gaz par NJSC Naftogaz, la compagnie nationale de gaz en Ukraine. Bénéficiant d'une contre-garantie de l'Union européenne, la BEI garantira jusqu'à 520 millions d'USD sur certains prêts de la Banque mondiale en Ukraine afin d'aider le pays à éviter une crise énergétique potentiellement grave à l'approche de l'hiver.

À la BEI, la tendance est au renforcement des partenariats, dans la perspective de la conférence de Paris et au-delà. La coopération entre les institutions financières internationales est essentielle pour faire avancer le programme pour le développement de l'après-2015. Un protocole d'accord avec le Fonds monétaire international (FMI) permettra aux deux organisations d'intensifier leur coopération déjà étroite en vue d'appuyer la réalisation des objectifs de développement durable. Elles ont d'ailleurs déjà commencé à renforcer leurs efforts conjoints en faveur du développement économique durable, de la stabilité financière et de la croissance inclusive. Ce nouveau partenariat avec le FMI sera bénéfique pour les deux institutions car il favorisera les synergies et mobilisera des ressources financières pour le développement des capacités.

Enfin, en sa qualité de président actuel du partenariat de Deauville des banques multilatérales de développement (BMD), le président Hoyer a encouragé ses homologues à renforcer l'appui collectif aux investissements destinés à financer la transformation économique et sociale au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. En coopération avec d'autres institutions financières internationales, la Banque européenne d'investissement a contribué au financement de nouvelles infrastructures et de services élémentaires qui sont essentiels pour garantir une certaine qualité de vie aux populations de la région. Et à présent que les pays de cette région sont confrontés à d'énormes pressions supplémentaires, notamment liées au besoin d'offrir l'hospitalité aux réfugiés fuyant le danger et les violences, la poursuite de cet effort n'a jamais été aussi importante. Le partenariat de Deauville doit maintenant accroître son soutien au développement durable sous forme d'investissements dans les infrastructures et de création d'emplois dans la région.




 Imprimer