corporate_banner_fr

L’initiative Résilience économique de la BEI

L’initiative Résilience économique de la BEI

Projets
Priorités
Innovation et compétences
PME et ETI
Infrastructures
Climat et environnement
Action en faveur du climat
La BEI et la COP
Environnement
Zones d’intervention
Union européenne
Pays de l’élargissement
Association européenne de libre-échange
Pays voisins méditerranéens
Optimisation des synergies
Financements et services de conseil
Prêts
Capital-investissement
Services de conseil
Dispositif de soutien de la FEMIP
Comment solliciter un prêt ?
Trust fund
Assistance technique
Opérations sur capitaux à risques
Enveloppe CAMENA pour l'action en faveur du climat
MED 5P
Organisation and staff
FAQ - FEMIP
Pays voisins orientaux de l'UE
Coopération avec d'autres institutions et organisations
Mécanismes de financement
Initiative ALEAC
Trust fund
Exemples d'opérations du FFATPO
Cadre institutionnel
Asie centrale
Cadre institutionnel
Coopération avec d'autres institutions et organisations
Mécanismes de financement
Assistance technique et aides non remboursables
La banque de l’UE dans les ACP
Nos priorités dans la région ACP
Besoin d’un prêt ?
Facilité d’investissement
Boost Africa
Nos partenaires
Amérique latine et Asie
Secteurs
Agriculture, alimentation et développement rural
Économie numérique
Éducation et formation
Énergie
Foresterie
Santé et sciences de la vie
Développement régional
Réseaux transeuropéens
Transports
Programme urbain
EIB-GCoM Global Climate Change City Challenge
Gestion de l’adduction d’eau et des eaux usées
Les initiatives de la BEI
L’initiative Résilience économique
Investir dans l’égalité hommes-femmes et l’autonomisation économique des femmes
Économie circulaire
Investissements envisagés
Projets récemment approuvés
Décomposition par région
Décomposition par secteur
Notes explicatives
Projets financés
Décomposition par région
Décomposition par secteur
Liste multicritère
Liste des projets au titre du FEIS
Le cycle des projets
Solliciter un prêt
Instruction des projets
Passation des marchés
Suivi
Évaluation des opérations
Procédure et méthodologie
Le blog

L’initiative Résilience économique de la BEI

    •  Afficher en:
    • de
    • en
    • fr
  • Disponible en: de en fr

Répondant à un appel du Conseil européen, la Banque européenne d’investissement met actuellement en place l’initiative Résilience économique. Cette initiative vise à mobiliser rapidement des financements supplémentaires pour soutenir la capacité des économies du voisinage méridional et des Balkans occidentaux à absorber les chocs et à répondre aux crises, comme celle des réfugiés syriens, tout en maintenant une croissance solide. Doper la résilience économique dans ces régions en investissant dans des infrastructures vitales, en développant le secteur privé et en stimulant la croissance et la création d’emplois contribue aussi à remédier aux causes fondamentales des migrations.

L'initiative Résilience économique de la BEI depuis 2016

Une action commune de l’UE

L’initiative Résilience économique fait partie de la réponse commune de l’UE aux défis que représentent les déplacements forcés et les migrations. Elle sera mise en œuvre en étroite collaboration avec les États membres de l’UE, la Commission européenne, les bailleurs de fonds et d’autres partenaires.

Pour changer la donne dans les pays partenaires, la BEI compte sur plus de trente ans d’expérience à l’appui de projets d’investissement dans la région. Compte tenu de l’urgence de la situation et de son importance pour l’UE, la BEI a commencé fin 2016 à renforcer son soutien à ces deux régions (voisinage méridional et Balkans occidentaux) dans le cadre de son propre engagement à l’égard de l’initiative Résilience économique. Avec l’arrivée des premières contributions de bailleurs de fonds vers la fin de l’année 2017, la Banque a aussi entamé la préparation de projets à fort impact, qui sont tributaires de l’appui des ressources des bailleurs de fonds.

Des informations supplémentaires sur l’initiative Résilience économique de la BEI sont disponibles dans les questions-réponses et la brochure.


Quelle est la couverture géographique de l’initiative Résilience économique ?


Pays admissibles :

Pays admissibles :

Algérie, Égypte, Jordanie, Liban, Libye**, Maroc, Palestine***, Syrie** et Tunisie

Balkans occidentaux

Albanie, ancienne République yougoslave de Macédoine, Bosnie-Herzégovine, Kosovo*, Monténégro et Serbie

Projects financed by EIB's Economic Reilience Initiative

Certains projets soutenus par la BEI ont d’ores et déjà des effets réels pour les populations dans les pays voisins du Sud et les Balkans occidentaux. En voici quelques exemples.

  

Pays voisins du Sud

Des zones industrielles au Liban : un stimulant pour la croissance économique et une réponse à la crise des réfugiés

La création de zones industrielles au Liban est un exemple de la façon dont l’initiative Résilience économique de la BEI aide les pays à trouver des solutions à la problématique migratoire. Il est difficile de démarrer une activité commerciale au Liban. Les prix des terrains sont élevés et il est compliqué de trouver des financements. Pire encore, de nombreuses zones industrielles du pays ne disposent pas d’un accès approprié à l’électricité, aux moyens de communication et aux transports.


Soutenir les femmes entrepreneurs en Jordanie

Depuis 20 ans, le fonds Microfund for Women fournit des financements à des femmes en Jordanie et les encourage à faire preuve d’esprit d’entreprise. Dans le cadre de sa première opération de microfinance en Jordanie, soutenue par des fonds de l’UE, la BEI aide des entrepreneurs à faible revenu en leur accordant des prêts de faible montant et en leur proposant une assistance technique.




Création d’emplois au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Click to play the videoPlay the video

Silicon Badia s’appuie à la fois sur le savoir-faire et sur des ressources en capital-risque de la BEI, ainsi que sur des aides non remboursables de l’UE, pour fournir des compétences et des fonds à des jeunes et des femmes qui créent des entreprises dans la partie méridionale et orientale du bassin méditerranéen et leur permettre de prendre leur essor. Amina Al Ramadna est l’une de ces femmes entrepreneurs. « Si vous allez dans une banque normale, on demande l’approbation de votre mari. Ici, on s’intéresse à votre entreprise au sens large », explique-t-elle.


De l’espoir pour la population syrienne

Des enfants syriens réfugiés au Liban suivent le programme scolaire libanais, en version dématérialisée, sur des tablettes d’une valeur de 60 USD, grâce à une société d’enseignement en ligne financée par la BEI. Des investissements comme celui-ci permettent à des enfants venus de Syrie, dont le quotidien a été bouleversé par la guerre, de rattraper certains des enseignements qu’ils n’ont pas pu suivre. Ils soutiennent aussi l’innovation et les nouvelles entreprises créatrices d’emplois.




Balkans occidentaux

L’une des plus belles lignes ferroviaires d’Europe retrouve sa gloire d’antan

Le réseau ferré du Monténégro était l’une des grandes réussites du pays. Il s’agissait du projet d'infrastructure le plus ambitieux et le plus onéreux de l’ancienne fédération yougoslave. Cependant, il est aujourd’hui tombé dans un état de délabrement complet. Il est toutefois prévu qu’avec l’aide de la Banque européenne d’investissement, il renaisse de ses cendres.


Serbie : Investir dans les soins de santé

La BEI a accordé un prêt de 200 millions d’EUR pour la modernisation de quatre grands centres cliniques à Belgrade, Novi Sad, Nis et Kragujevac. Le projet comprend la conception, la construction, l’équipement et la mise en œuvre opérationnelle de nouveaux bâtiments, ainsi que la remise en état d’installations existantes. Une fois achevés, les centres cliniques modernisés proposeront des services de soins de santé de haute qualité à la population locale. En 2003, la BEI a également financé des travaux urgents de modernisation dans 20 autres hôpitaux régionaux dans le pays.




Investir dans les soins de santé en Serbie

La BEI a accordé un prêt de 200 millions d’EUR pour la modernisation de quatre grands centres cliniques à Belgrade, Novi Sad, Nis et Kragujevac. Le projet comprend la conception, la construction, l’équipement et la mise en œuvre opérationnelle de nouveaux bâtiments ainsi que la remise en état d’installations existantes. Une fois achevés, les centres cliniques modernisés proposeront des services de soins de santé de haute qualité à la population locale. En 2003, la BEI a également financé des travaux urgents de modernisation dans 20 autres hôpitaux régionaux dans le pays.



L’initiative Résilience économique en bref

Quelle est l’ampleur des investissements attendus dans le cadre de cette initiative ?

L’initiative Résilience économique implique un changement radical dans l’appui de la BEI aux deux régions concernées, avec une augmentation de ses financements de 6 milliards d’EUR sur une période de cinq ans à compter d’octobre 2016, au-delà des 7,5 milliards d’EUR de financements déjà envisagés par la Banque pour les pays voisins du Sud et les Balkans occidentaux sur cette période. Ces financements commencent déjà à avoir des répercussions sur le terrain et à renforcer la résilience économique.

D’après les estimations de la BEI, les 6 milliards d’EUR, auxquels s’ajoutent les autres financements de sources publiques et privées, devraient permettre de mobiliser 15 milliards d’EUR d’investissements supplémentaires dans les pays admissibles du voisinage méridional et des Balkans occidentaux d’ici à 2020.

Quels sont les domaines visés par les investissements ?

L’initiative Résilience économique cible le secteur public comme le secteur privé pour soutenir :

  • les infrastructures durables et vitales, par des investissements dans des services comme l’eau propre, l’énergie et l’électricité, en particulier dans des régions où les besoins en infrastructures augmentent sous l’effet des migrations, mais également, par exemple, par l’amélioration de l’éducation, des soins de santé, des transports locaux et des services urbains ;
  • l’essor du secteur privé, avec à la clé une multiplication des possibilités d’emploi, par exemple via un appui renforcé aux petites et très petites entreprises.

L’initiative permet aussi à la banque de l’UE de fournir des services supplémentaires de conseil et d’assistance technique à l’appui des projets.

Des investissements ont-ils déjà été approuvés ? Quelles en sont les incidences attendues ?

Les investissements au titre de l’IRE vont bon train : à ce jour, 26 projets et 2,2 milliard d’EUR de financements ont été approuvés dans le cadre de l’initiative, dont bien plus de la moitié pour le développement du secteur privé. À eux seuls, les prêts octroyés par l’intermédiaire de banques partenaires devraient bénéficier à plus de 1 300 PME et ETI, avec à la clé le maintien de plus de 55 000 emplois.

Parmi les autres projets figurent des investissements à réaliser d’urgence dans la gestion des déchets et de l’eau, mais aussi dans des infrastructures essentielles concernant notamment les transports, l’énergie et la santé. Les opérations couvrent l’Égypte, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Palestine et la Tunisie dans le voisinage méridional, ainsi que la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo* et le Monténégro dans les Balkans occidentaux.

Comment l’initiative Résilience économique aidera-t-elle à relever les défis que représentent les migrations et les déplacements forcés ?

Plus de deux millions de réfugiés sont actuellement accueillis dans les pays du voisinage méridional, et les pays des Balkans occidentaux sont devenus l’un des principaux axes migratoires vers l’Europe. L’initiative de la banque de l’UE, qui s’inscrit dans le cadre d’un effort commun de l’UE, aidera à remédier aux causes fondamentales des migrations et contribuera au développement durable en appuyant des projets ayant d’importantes retombées sociales et environnementales. Dans le droit fil des activités existantes de la Banque, les investissements viseront à créer des emplois pour les jeunes et les femmes et à soutenir l’action en faveur du climat.

Dans la pratique, renforcer la résilience économique dans les pays d’accueil et de transit signifie créer des emplois et mettre en place les infrastructures nécessaires pour les populations locales ainsi que pour les populations déplacées. Les réfugiés peuvent aussi bénéficier, dans ce contexte, des possibilités qui leur sont données d’acquérir leur autonomie et de vivre dans la dignité.

En outre, les investissements aux fins de la résilience économique peuvent contribuer à mieux préparer les régions aux futurs chocs extérieurs et, idéalement, favoriser également une plus grande stabilité dans les pays fragiles.

Comment l’initiative Résilience économique s’intègre-t-elle dans les efforts déployés par l’UE pour relever les défis que représentent les migrations et les déplacements forcés ?

Le Plan européen d’investissement extérieur (PEIE), convenu à la mi-2017, est une nouvelle approche de la manière dont l’UE soutient le développement durable et vise à sélectionner, préparer et soutenir des projets d’investissement en Afrique ainsi que dans les pays voisins de l’UE.

L’initiative Résilience économique de la BEI vient compléter le Plan européen d’investissement extérieur. Garantir une coordination étroite et la complémentarité avec les initiatives de l’UE est une priorité absolue. En réalité, le rôle important joué par la BEI dans le PEIE garantit qu’ils travaillent main dans la main. L’initiative Résilience économique fait partie de la réponse commune de l’Europe à la crise migratoire et des réfugiés, avec pour objectif de remédier aux causes à plus long terme des flux migratoires. La BEI continuera d’avoir recours aux différents soutiens apportés par le PEIE et sera l’une des partenaires mettant en œuvre la nouvelle garantie de l’UE offerte via le Fonds européen pour le développement durable (FEDD).

Quels seront les besoins de la BEI pour mener à bien ce plan ambitieux ?

La BEI mettra au total 5,7 milliards d’EUR de financements sur ressources propres à disposition au titre de l’initiative Résilience économique, mais pour mettre en œuvre le plan dans son intégralité, elle a besoin :

  • d’une garantie de l'UE appropriée pour couvrir les risques à la fois politiques et commerciaux de ses opérations de prêt dans les pays admissibles du voisinage méridional et des Balkans occidentaux ;
  • de ressources provenant des donateurs, qui seront utilisées à des fins de subventions d’investissement, d’assistance technique et d’autres formes de financements concessionnels, ainsi que de financement d’impact.

Contribuer à l’initiative Résilience économique

Afin de relever les défis communs auxquels sont confrontés les pays voisins de l’UE et de fournir les financements concessionnels nécessaires pour mettre en œuvre les investissements ambitieux inclus dans la réserve de projets de l’initiative Résilience économique, la BEI travaille en partenariat avec la communauté internationale des bailleurs de fonds. Les ressources sont conservées dans un fonds spécial, le Fonds pour l’initiative Résilience économique ou ERIF, pour Economic Resilience Initiative Fund.

En contribuant à l’ERIF, les donateurs peuvent exercer un impact direct sur le quotidien des migrants et des populations locales dans les pays d’accueil et de transit des régions du voisinage méridional et des Balkans occidentaux.

Quel est l’état d’avancement de la collecte de ressources pour le Fonds IRE ?

La Croatie, l’Italie, la Lituanie, le Luxembourg, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie et le Royaume-Uni sont les premiers États membres de l’UE à avoir annoncé leur contribution, signalant que le moment est désormais venu d’utiliser les ressources du Fonds IRE pour accélérer les investissements à fort impact destinés à créer de nouvelles perspectives et à renforcer la résilience économique dans ces régions. Ils permettront d’améliorer la vie quotidienne des populations et l’environnement économique, non seulement dans les localités dont sont originaires de nombreux migrants, mais aussi dans les localités d’accueil et de transit. L’initiative répond à la demande formulée par l’ensemble des 28 États membres de l’Union européenne. Ces huit pays ouvrant la voie, d’autres devraient bientôt suivre.

Cette contribution vient s’ajouter aux financements déjà disponibles, dont une contribution de la BEI de 90 millions d’EUR à l’appui de l’assistance technique pour aider au lancement des projets.

« Quand les gens ont devant eux la perspective d’une vie digne et paisible dans leur propre pays et qu’ils sont à l’abri des conflits et des catastrophes naturelles, ils ont toutes les raisons de construire leur avenir là où ils se sentent vraiment chez eux. »
Werner Hoyer, président de la BEI.

Faire face aux migrations, créer des opportunités et renforcer la résilience – Présentation de l’action de la Banque par Dario Scannapieco, vice-président de la BEI

Lors d’une conférence spéciale au Parlement européen à Bruxelles le 21 juin 2017, Dario Scannapieco, vice-président de la BEI, a présenté les mesures prises actuellement par la banque de l'UE pour contribuer à la gestion des migrations vers l’Europe et à la lutte contre leurs causes profondes dans les pays voisins et dans le reste du monde.


La BEI engage 800 millions d’EUR à l’appui d’investissements publics au Liban

Lors de la conférence CEDRE organisée à Paris, le président de la BEI, Werner Hoyer, a annoncé que le Liban allait recevoir jusqu’à 800 millions d’EUR de financements pour des investissements publics à l’horizon 2020.




* Cette désignation est sans préjudice des positions sur le statut et est conforme à la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies ainsi qu’à l'avis de la Cour internationale de justice sur la déclaration d’indépendance du Kosovo. Ci-après désigné Kosovo.

** La BEI commencera ses activités en Libye après la signature d’un accord-cadre avec le pays (actuellement en cours d’élaboration). À la suite des sanctions prises par l’UE en novembre 2011, la BEI a suspendu tous les décaissements et les contrats d’assistance technique relatifs aux projets en Syrie.

*** Cette désignation ne doit pas être interprétée comme une reconnaissance de l’État palestinien et ne préjuge en rien des positions individuelles des États membres de l’UE à cet égard.



 Imprimer