corporate_banner_fr

Entreprises issues de la recherche : un nouveau traitement contre le cancer découvert dans une université parisienne bientôt sur le marché

Le blog
Espace presse
Tous les communiqués de presse
Autres actualités
Contacts pour la presse
Événements
Tous les événements
Événements d’affaires
Événements institutionnels
Bulletin électronique
Publications
Toutes les publications
Générales
Rapports
Bulletin d'information
Ressources humaines
Stratégies et procédures
Thématiques
Géographiques
Études techniques
Évaluations ex post
Marchés des capitaux
Recherche économique
Commander une publication
Les archives historiques de la BEI
Tableaux de bord du FEIS
Aide
Critères de recherche – Principes généraux
Comment effectuer une recherche dans le registre ?
Page de résultats
Documents récents
Recherche simple
Registre public
Derniers documents
Recherche simple
Foire aux questions
Aide
Critères de recherche – Principes généraux
Comment effectuer une recherche dans le registre ?
Page de résultats
Demander un document
Autres registres publics
Photothèque
L'actualité en images
Photos du Comité de Direction
Werner Hoyer
Dario Scannapieco
Jonathan Taylor
Ambroise Fayolle
Andrew McDowell
Vazil Hudák
Alexander Stubb
Emma Navarro
Les services de la BEI
Bâtiment
Archives
Anciens Présidents
Anciens Vice-présidents
from left to right: Mustafa Abdel-Wadood, CEO,Abraaj Capital Limited, Philippe de Fontaine Vive Curtaz,Vice President, EIB and H.E. Eng. Yarub Qudah, CEO of JEDCO
Greater Manchester Metrolink extension
Mr Olaf Scholz, Mayor of Hamburg
Fritz Vahrenholt, Chief Executive Officer, RWE Innogy GmbH, Germany, Karina Veum, Senior Researcher, Energy Research Centre of the Netherlands, Alistair Buchanan, Group Chief Executive, OFGEM, UK regulator of gas and electricity markets and Frauke Thies, EU Energy Policy Coordinator, Greenpeace
Mr Matthias Kollatz-Ahnen, Vice-President of the EIB
from left to right:Jörg Vogt, CFO, Trianel, Germany (Project: Borkum West II Offshore Wind Park), Pierre Lestienne, CFO, C-Power, Belgium (Project: C-Power near Ostend) and Georg Friedrichs, Vice-President, Head of Offshore Wind Projects, Vattenfall, Germany (Project: Thanet Offshore Wind Farm)
from left to right: Mr Kevin Smith, Director Wind Energy, Det Norske Veritas, Norway, Mr Frank V.Nielsen; Chief Technology Officer, LM Wind Power, Denmark and Mr Konstantin Staschus, Secretary General, European Network of Transmission System Operations for Electricity (ENTSO-E)
from left to right: Mr Rober Harrabin, Environmental Analyst, BBC and Mr Hans-Jörg Bullinger, President, Fraunhofer-Gesellschaft of Germany
Mr Paulo Roberto de Oliveira Araujo, Head of Department, BNDES International Division, Mr F. de Paula Coelho, Director of the ALA Department of the EIB and Mr Christophe Nègre, Deputy Head of Division, Legal Department of the EIB
From left to right: Mr. de Paula Coelho, Director of the Asia Latin America Department and Mr Paulo Roberto de Oliveira Araujo, Head of Department, BNDES International Division
From left to right: Mr. de Paula Coelho, Director of the Asia Latin America Department of the EIB and Mr Paulo Roberto de Oliveira Araujo, Head of Department, BNDES International Division
Mr Paulo Roberto de Oliveira Araujo, Head of Department, BNDES International Division
Group picture of the signature Brazil Climate Change Mitigation
Picture of all the participants at the signature EFL loan for SMEs and Mid-Caps III
FROM LEFT TO RIGHT: Mr ANDRZEJ KRZEMINSKI President of the Management Board- EFL and Mrs FÜRSTENBERG-LUCIUS, Director EIB
FROM LEFT TO RIGHT: Mr ANDRZEJ KRZEMINSKI President of the Management Board- EFL and Mr Mariusz KOLWAS, Vice-President of the Management Board - EFL
FROM LEFT TO RIGHT: Mr Andrzej KRZEMINSKI President of the Management Board- EFL Mrs Anita FÜRSTENBERG-LUCIUS, Director EIB Mr Anton ROP, Vice-President of the EIB
FROM LEFT TO RIGHT: Mr Andrzej KRZEMINSKI President of the Management Board- EFL Mrs Anita FÜRSTENBERG-LUCIUS, Director EIB, Mr Anton ROP, Vice-President of the EIB
FROM LEFT TO RIGHT: Mr Andrzej KRZEMINSKI President of the Management Board- EFL Mrs Anita FÜRSTENBERG-LUCIUS, Director EIB Mr Anton ROP, Vice-President of the EIB
FROM LEFT TO RIGHT: Mr Zygmunti TRYBKA, Director of the Financing Department EFL and Mr Piotr KOZIOL, Director of the Legal Department EFL
Group picture of the signature EFL Loan for SMEs and Mid-Caps III
from left to right:Mrs Flavia Palanza, Associate Director for Central and Eastern Africa, EIB, Mr. Jack Nkusi Kayonga, Chief Executive Officer of the Rwanda Development Bank and Mr Patrick Walsh, Director responsible for Africa, Caribbean and Pacific operations.
from left to right: Mr. Jack Nkusi KAYONGA, Chief Executive Officer of the Rwanda Development Bank and Mr Patrick Walsh, Director of the Central and Eastern Africa, Pacific Department of the EIB
Mr. Jack Nkusi KAYONGA, Chief Executive Officer of the Rwanda Development Bank
from left to right:Mrs Flavia Palanza, Associate Director for Central and Eastern Africa, EIB, Mr. Jack Nkusi Kayonga, Chief Executive Officer of the Rwanda Development Bank and Mr Patrick Walsh, Director responsible for Africa, Caribbean and Pacific operations.
from left to right:Mrs Flavia Palanza, Associate Director for Central and Eastern Africa, EIB, Mr. Jack Nkusi Kayonga, Chief Executive Officer of the Rwanda Development Bank and Mr Patrick Walsh, Director responsible for Africa, Caribbean and Pacific operations.
J.A.Mannai, Président du Fonds Monétaire Arabe; P.Maystadt, Président de la BEI; A.M.Ali Al-Madani, Président de la Banque Islamique de Développement; F.Baroin, Ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie; D.Kaberuka, Président de la Banque Africaine de Développement; C.Lagarde, directrice générale du FMI
Photo de la signature
Photo de groupe de la signature
from left to right: Founders and biggest investors:
From left to right: all investors+Fund Manager:
Mr Anton Rop, Vice President of the European Investment Bank
de gauche à droite: M. Othman Ben Arfa, PDG de la STEG, M. Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la BEI et M. Mohamed Nouri Jouini, Ministre du Développement et de la Coopération Internationale
de gauche à droite: M. Othman Ben Arfa, PDG de la STEG et M. Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la BEI
de gauche à droite: M. Othman Ben Arfa, PDG de la Société Tunisienne de l'Electricité et du Gaz , M. Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la BEI et M. Mohamed Nouri Jouini, Ministre du Développement et de la Coopération Internationale
De gauche à droite:
Closing Ceremony Rural Impulse Fund II SA, SICAV-SIF; Luxembourg 1st June 2010
Closing
de gauche à droite: M.Carlos Da Silva Costa ,Vice Président de la BEI et M. Valls i Riera, Président de l'Autoridad Portuaria de Barcelona.
de gauche à droite: Carlos da Silva Costa, vice-président de la BEI et Ignacio Galán, Président d'Iberdrola
M. Philippe Maystadt, Président de la BEI, S.E.M. Premier Ministre de la Serbie et M. Dario Scannapieco, Vice-Président de la BEI à la signature de contrats
M. Philippe Maystadt, Président de la BEI et S.E.M. Mirko CVETKOVIC, Premier Ministre de la République de Serbie à la signature du livre d'or
Mr. I Dalianis, Financial Manager of Symetal ,Mr. K Kontos, General Manager of Symetal , Mr P Sakellaris Vice President of the EIB, Mr. D Kyriakopoulos, Executive Vice President of Elval and Mr. L Varouchas, General Manager of Elval
Mr P.Sakellaris, Vice President of the EIB and Mr D. Kyriakopoulos, Executive Vice President of Elval
Mr P. Sakellaris, Vice President of the EIB and Mr D.Kyriakopoulos, Executive Vice President of Elval
Press conference in Athens today, Mr Plutarchos Sakellaris, Vice President of the EIB
Press conference in Athens today, Mr Plutarchos Sakellaris, Vice President of the EIB
Press conference in Athens today, Mr Plutarchos Sakellaris, Vice President of the EIB
Press conference in Athens today, Mr Plutarchos Sakellaris, Vice President of the EIB
The Marseille Center for Mediterranean Integration is launched today
Le Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée est inauguré aujourd’hui
Photos
Session on "Modelling Cities and Urban Dynamics" hosted by the EIB-University Action Programme
Projets
Vidéothèque
Tous les films
Podcasts
Apprentissage ouvert
Contacts

Entreprises issues de la recherche : un nouveau traitement contre le cancer découvert dans une université parisienne bientôt sur le marché

    •  Afficher en:
    • de
    • en
    • fr
  • Disponible en: de en fr

Angelita Rebollo est une Espagnole qui aime s'amuser et signe ses courriers électroniques avec cette phrase : « lorsque la vie vous offre un citron, sortez la téquila et le sel ». Angelita est également une brillante scientifique qui met à profit ses compétences pour faire la guerre... aux cellules cancéreuses, évidemment.

Dans son laboratoire de l'Université Pierre et Marie Curie dans l'historique hôpital de la Pitié-Salpêtrière près des bords de Seine au cœur de Paris, Angelita Rebollo a mis au point une technique permettant de bloquer certaines fonctions spécifiques des protéines qui transforment les cellules saines en cellules cancéreuses. Ce traitement pourrait aider des personnes atteintes de diverses pathologies. Les premiers résultats indiquent qu'il sera utilisé en premier lieu pour le traitement du cancer des ovaires et de certaines formes graves de cancer du sein. Alors que la chimiothérapie entraîne beaucoup d'effets secondaires en détruisant de nombreuses cellules saines en plus des cellules cancéreuses, la thérapie ciblée d'Angelita Rebollo s'attaque uniquement aux cellules cancéreuses.

Les recherches d'Angelita sur le sujet ont débuté il y a 17 ans à Madrid et l'ont amenée à créer une entreprise, PEP-Therapy, avec quelques autres scientifiques travaillant dans de prestigieux instituts de recherche en France. L'entreprise porte le nom des molécules étudiées par Angelita Rebollo (peptides pénétrants et interférents) et son rôle est de transformer cette découverte scientifique en traitement capable de sauver des vies.

« Nous avons créé cette entreprise pour que nos découvertes soient transmises du chercheur au patient », explique Angelita Rebollo. « Notre objectif est de développer une molécule qui aidera un très grand nombre de personnes. »

Le premier fonds dédié aux entreprises issues de la recherche en France

PEP-Therapy a reçu un apport de 1 million d'EUR de la part de Quadrivium 1, le premier fonds d'investissement français fournissant des capitaux d'amorçage à des projets issus d'une douzaine d'instituts de recherche universitaire en France, ou liés à ces instituts, dans les domaines des sciences de la vie et de la technologie numérique. Les universités américaines ont été les premières à appliquer ce modèle. En Europe, c'est au Royaume-Uni qu'il a été le plus largement reproduit. En France, il s'agit d'une première. « Il n'a pas été simple d'introduire ce concept en France », explique Philippe Tramoy, gestionnaire du portefeuille Sciences de la vie du fonds Quadrivium 1. Notre fonds est le premier de ce type, alors tout le monde nous observe pour voir si ce modèle est bon à suivre. »

Cela fait longtemps que les universités aux États-Unis créent des entreprises indépendantes pour externaliser leurs activités de recherche. L'entreprise Genentech a été créée en 1976 par un biochimiste de l'université de Californie à San Francisco et rachetée en 2009 par une entreprise suisse pour 46,9 milliards d'USD. Le moteur de recherche Lycos était à l'origine un projet universitaire conçu à l'université Carnegie Mellon à Pittsburgh. Il a été vendu en 2010 pour 36 millions d'USD. En général, une université gagne in fine plus d'argent en mettant elle-même au point un produit plutôt qu'en octroyant une licence à une grande entreprise qui en poursuivra le développement. La prise de participations dans les entreprises issues de la recherche incite en outre les chercheurs à conserver leur poste universitaire plutôt que d'accepter un poste mieux payé dans le secteur privé.



Le soutien du plan d'investissement pour l'Europe

En dehors des États-Unis, la création d'entreprises issues de la recherche a mobilisé des centaines de millions de livres sterling au Royaume-Uni. L'année dernière, la Banque européenne d'investissement a prêté 50 millions de GBP à Imperial Innovations, une entreprise qui s'appuie principalement sur les recherches effectuées à l'Imperial College de Londres pour commercialiser des innovations dans les domaines des biotechnologies et des sciences de la vie. La BEI avait déjà prêté 30 millions de GBP à Imperial Innovations en 2013. Plusieurs autres universités britanniques, dont OxfordCambridge et University College London, ont créé avec succès des fonds dédiés aux entreprises issues de la recherche.

Lancé en décembre 2013, Quadrivium 1 est une première en France. Le fonds est géré par une équipe dédiée au sein de Seventure Partners et financé par plusieurs investisseurs, dont Bpifrance, filiale de la Caisse des Dépôts. Le 29 avril, le fonds a reçu un apport de 20 millions d'EUR de la part du Fonds européen d'investissement, filiale du Groupe BEI, ce qui a porté le total des fonds de Quadrivium 1 à 56 millions d'EUR.

L'investissement du FEI relève de l'un des volets du plan d'investissement pour l'Europe de l'Union européenne, le Fonds européen pour les investissements stratégiques, qui cible les projets innovants.



Entreprises issues de la recherche : une question de mentalité

Avant de mettre en place le fonds Quadrivium 1, Philippe Tramoy a travaillé principalement sur des opérations avec des entreprises aux États-Unis et dans différents pays d'Europe. Il n'était pas certain au départ que le concept d'entreprises issues de la recherche universitaire fonctionnerait en France. « C'est vraiment une question de mentalité ou de culture. Dans le monde anglo-saxon, pour évaluer une entreprise, on étudie ses futures recettes. En France, on regarde en général les trois dernières années », explique-t-il. « C'est comme juger uniquement la surface sans examiner les profondeurs. »

Selon lui, si les investissements du fonds Quadrivium sont fructueux, les mentalités changeront. À ce jour, le fonds a investi dans huit entreprises :

Chacune de ces entreprises est issue de l'un ou plusieurs des 12 instituts de recherche liés au fonds Quadrivium :

Quadrivium 1 entend investir dans 16 à 20 entreprises au maximum et Philippe Tramoy prévoit à terme de créer un deuxième fonds. L'objectif du fonds Quadrivium 1 est plutôt de soutenir les étapes ultérieures du développement des entreprises de son portefeuille. Ce soutien est essentiel dans le domaine des sciences de la vie, notamment, car il faut plusieurs années pour transmettre un produit du chercheur au patient, pour reprendre les termes d'Angelita Rebollo.



La clé du succès : un partenariat solide

PEP-Therapy lance actuellement des études visant à confirmer l'innocuité de sa molécule. Ensuite, l'entreprise procédera à des essais cliniques. Il faudra néanmoins encore trois ans avant que l'entreprise puisse parvenir à une véritable validation clinique de son produit. Alors, elle octroiera une licence à une grande entreprise pharmaceutique pour les dernières étapes du développement de son médicament. Angelita Rebollo et ses collègues ne verront pas leur produit devenir un vrai médicament avant peut-être huit ans, mais il sera utilisé dans les hôpitaux tout au long des essais cliniques. « C'est un long processus », explique Antoine Prestat, biologiste titulaire d'un MBA, co-fondateur et président de PEP-Therapy. « Il est essentiel d'offrir le soutien d'un fonds comme Quadrivium qui entretient des liens avec des instituts de recherche, des organismes publics et de jeunes entreprises. Le fonds comprend les processus et reconnaît le potentiel de ces entreprises. »

Après son investissement initial dans PEP-Therapy, Quadrivium 1 espère contribuer au financement de la prochaine étape du développement de la société. Philippe Tramoy souligne que cela permettra par la suite à PEP-Therapy de lever davantage de fonds auprès d'investisseurs qui voient dans le soutien du fonds Quadrivium 1 le signe que l'entreprise dispose de bonnes perspectives à long terme. « Nous devons être un partenaire solide », explique-t-il. « Si le développement d'une entreprise est satisfaisant, nous devons être capables de réinvestir dans celle-ci. Cela met en confiance et attire d'autres investisseurs. »

La dimension économique de la recherche scientifique n'échappe pas à Angelita Rebollo. Après tout, si elle a quitté son poste à Madrid, c'est à cause de la rareté des ressources consacrées à la recherche en Espagne. Avant de s'installer à Paris, elle est également passée par l'Allemagne et la Belgique. « L'investissement de Quadrivium nous permet de financer les différentes étapes du développement », explique-t-elle. « Nous avions besoin de fonds pour trouver cette molécule, qui, nous l'espérons, sauvera des vies. »

Et ça, ça n'a pas de prix.




 Imprimer