corporate_banner_fr

« Un tel résultat est unique en son genre. »

Le blog
Espace presse
Tous les communiqués de presse
Autres actualités
Contacts pour la presse
Événements
Tous les événements
Événements d’affaires
Événements institutionnels
Bulletin électronique
Publications
Toutes les publications
Générales
Rapports
Bulletin d'information
Ressources humaines
Stratégies et procédures
Thématiques
Géographiques
Études techniques
Évaluations ex post
Marchés des capitaux
Recherche économique
Commander une publication
Les archives historiques de la BEI
Tableaux de bord du FEIS
Aide
Critères de recherche – Principes généraux
Comment effectuer une recherche dans le registre ?
Page de résultats
Documents récents
Recherche simple
Registre public
Derniers documents
Recherche simple
Foire aux questions
Aide
Critères de recherche – Principes généraux
Comment effectuer une recherche dans le registre ?
Page de résultats
Demander un document
Autres registres publics
Photothèque
L'actualité en images
Photos du Comité de Direction
Werner Hoyer
Dario Scannapieco
Jonathan Taylor
Ambroise Fayolle
Andrew McDowell
Vazil Hudák
Alexander Stubb
Emma Navarro
Les services de la BEI
Bâtiment
Archives
Anciens Présidents
Anciens Vice-présidents
from left to right: Mustafa Abdel-Wadood, CEO,Abraaj Capital Limited, Philippe de Fontaine Vive Curtaz,Vice President, EIB and H.E. Eng. Yarub Qudah, CEO of JEDCO
Greater Manchester Metrolink extension
Mr Olaf Scholz, Mayor of Hamburg
Fritz Vahrenholt, Chief Executive Officer, RWE Innogy GmbH, Germany, Karina Veum, Senior Researcher, Energy Research Centre of the Netherlands, Alistair Buchanan, Group Chief Executive, OFGEM, UK regulator of gas and electricity markets and Frauke Thies, EU Energy Policy Coordinator, Greenpeace
Mr Matthias Kollatz-Ahnen, Vice-President of the EIB
from left to right:Jörg Vogt, CFO, Trianel, Germany (Project: Borkum West II Offshore Wind Park), Pierre Lestienne, CFO, C-Power, Belgium (Project: C-Power near Ostend) and Georg Friedrichs, Vice-President, Head of Offshore Wind Projects, Vattenfall, Germany (Project: Thanet Offshore Wind Farm)
from left to right: Mr Kevin Smith, Director Wind Energy, Det Norske Veritas, Norway, Mr Frank V.Nielsen; Chief Technology Officer, LM Wind Power, Denmark and Mr Konstantin Staschus, Secretary General, European Network of Transmission System Operations for Electricity (ENTSO-E)
from left to right: Mr Rober Harrabin, Environmental Analyst, BBC and Mr Hans-Jörg Bullinger, President, Fraunhofer-Gesellschaft of Germany
Mr Paulo Roberto de Oliveira Araujo, Head of Department, BNDES International Division, Mr F. de Paula Coelho, Director of the ALA Department of the EIB and Mr Christophe Nègre, Deputy Head of Division, Legal Department of the EIB
From left to right: Mr. de Paula Coelho, Director of the Asia Latin America Department and Mr Paulo Roberto de Oliveira Araujo, Head of Department, BNDES International Division
From left to right: Mr. de Paula Coelho, Director of the Asia Latin America Department of the EIB and Mr Paulo Roberto de Oliveira Araujo, Head of Department, BNDES International Division
Mr Paulo Roberto de Oliveira Araujo, Head of Department, BNDES International Division
Group picture of the signature Brazil Climate Change Mitigation
Picture of all the participants at the signature EFL loan for SMEs and Mid-Caps III
FROM LEFT TO RIGHT: Mr ANDRZEJ KRZEMINSKI President of the Management Board- EFL and Mrs FÜRSTENBERG-LUCIUS, Director EIB
FROM LEFT TO RIGHT: Mr ANDRZEJ KRZEMINSKI President of the Management Board- EFL and Mr Mariusz KOLWAS, Vice-President of the Management Board - EFL
FROM LEFT TO RIGHT: Mr Andrzej KRZEMINSKI President of the Management Board- EFL Mrs Anita FÜRSTENBERG-LUCIUS, Director EIB Mr Anton ROP, Vice-President of the EIB
FROM LEFT TO RIGHT: Mr Andrzej KRZEMINSKI President of the Management Board- EFL Mrs Anita FÜRSTENBERG-LUCIUS, Director EIB, Mr Anton ROP, Vice-President of the EIB
FROM LEFT TO RIGHT: Mr Andrzej KRZEMINSKI President of the Management Board- EFL Mrs Anita FÜRSTENBERG-LUCIUS, Director EIB Mr Anton ROP, Vice-President of the EIB
FROM LEFT TO RIGHT: Mr Zygmunti TRYBKA, Director of the Financing Department EFL and Mr Piotr KOZIOL, Director of the Legal Department EFL
Group picture of the signature EFL Loan for SMEs and Mid-Caps III
from left to right:Mrs Flavia Palanza, Associate Director for Central and Eastern Africa, EIB, Mr. Jack Nkusi Kayonga, Chief Executive Officer of the Rwanda Development Bank and Mr Patrick Walsh, Director responsible for Africa, Caribbean and Pacific operations.
from left to right: Mr. Jack Nkusi KAYONGA, Chief Executive Officer of the Rwanda Development Bank and Mr Patrick Walsh, Director of the Central and Eastern Africa, Pacific Department of the EIB
Mr. Jack Nkusi KAYONGA, Chief Executive Officer of the Rwanda Development Bank
from left to right:Mrs Flavia Palanza, Associate Director for Central and Eastern Africa, EIB, Mr. Jack Nkusi Kayonga, Chief Executive Officer of the Rwanda Development Bank and Mr Patrick Walsh, Director responsible for Africa, Caribbean and Pacific operations.
from left to right:Mrs Flavia Palanza, Associate Director for Central and Eastern Africa, EIB, Mr. Jack Nkusi Kayonga, Chief Executive Officer of the Rwanda Development Bank and Mr Patrick Walsh, Director responsible for Africa, Caribbean and Pacific operations.
J.A.Mannai, Président du Fonds Monétaire Arabe; P.Maystadt, Président de la BEI; A.M.Ali Al-Madani, Président de la Banque Islamique de Développement; F.Baroin, Ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie; D.Kaberuka, Président de la Banque Africaine de Développement; C.Lagarde, directrice générale du FMI
Photo de la signature
Photo de groupe de la signature
from left to right: Founders and biggest investors:
From left to right: all investors+Fund Manager:
Mr Anton Rop, Vice President of the European Investment Bank
de gauche à droite: M. Othman Ben Arfa, PDG de la STEG, M. Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la BEI et M. Mohamed Nouri Jouini, Ministre du Développement et de la Coopération Internationale
de gauche à droite: M. Othman Ben Arfa, PDG de la STEG et M. Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la BEI
de gauche à droite: M. Othman Ben Arfa, PDG de la Société Tunisienne de l'Electricité et du Gaz , M. Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la BEI et M. Mohamed Nouri Jouini, Ministre du Développement et de la Coopération Internationale
De gauche à droite:
Closing Ceremony Rural Impulse Fund II SA, SICAV-SIF; Luxembourg 1st June 2010
Closing
de gauche à droite: M.Carlos Da Silva Costa ,Vice Président de la BEI et M. Valls i Riera, Président de l'Autoridad Portuaria de Barcelona.
de gauche à droite: Carlos da Silva Costa, vice-président de la BEI et Ignacio Galán, Président d'Iberdrola
M. Philippe Maystadt, Président de la BEI, S.E.M. Premier Ministre de la Serbie et M. Dario Scannapieco, Vice-Président de la BEI à la signature de contrats
M. Philippe Maystadt, Président de la BEI et S.E.M. Mirko CVETKOVIC, Premier Ministre de la République de Serbie à la signature du livre d'or
Mr. I Dalianis, Financial Manager of Symetal ,Mr. K Kontos, General Manager of Symetal , Mr P Sakellaris Vice President of the EIB, Mr. D Kyriakopoulos, Executive Vice President of Elval and Mr. L Varouchas, General Manager of Elval
Mr P.Sakellaris, Vice President of the EIB and Mr D. Kyriakopoulos, Executive Vice President of Elval
Mr P. Sakellaris, Vice President of the EIB and Mr D.Kyriakopoulos, Executive Vice President of Elval
Press conference in Athens today, Mr Plutarchos Sakellaris, Vice President of the EIB
Press conference in Athens today, Mr Plutarchos Sakellaris, Vice President of the EIB
Press conference in Athens today, Mr Plutarchos Sakellaris, Vice President of the EIB
Press conference in Athens today, Mr Plutarchos Sakellaris, Vice President of the EIB
The Marseille Center for Mediterranean Integration is launched today
Le Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée est inauguré aujourd’hui
Photos
Session on "Modelling Cities and Urban Dynamics" hosted by the EIB-University Action Programme
Projets
Vidéothèque
Tous les films
Podcasts
Apprentissage ouvert
Contacts

« Un tel résultat est unique en son genre. »

    •  Afficher en:
    • de
    • en
    • fr
  • Disponible en: de en fr

Comment un fonds véritablement novateur attire des investissements privés pour des projets à l'appui du climat et du développement

Il y a quelques années, Alastair Vere Nicoll a traversé l'Antarctique, rééditant l'aventure du pionnier de l'exploration polaire Roald Amundsen. Aujourd'hui, il foule des terres nettement plus chaudes que ce désert austral glacé, mais il participe à un projet tout aussi révolutionnaire que le grand voyage du Norvégien au pôle Sud.

Sous ses pieds se trouve la caldera du volcan Corbetti, dans le Rift éthiopien, à 250 kilomètres au sud d'Addis-Abeba. Du fait d'une coïncidence heureuse de particularités géologiques, l'eau qui s'écoule dans des fissures souterraines se transforme naturellement en vapeur sous l'effet de l'activité volcanique. A. Vere Nicoll et ses collègues entendent mettre à profit la force de cette vapeur pour produire de l'électricité. « C'est une centrale électrique au charbon, mais sans charbon », déclare-t-il.

Dans la zone aride qui surplombe la caldera, Berkeley Energy, la société d’investissement dans les énergies renouvelables que A. Vere Nicoll a cofondée, est en train de réaliser le premier projet énergétique indépendant d'Éthiopie. La phase pilote sera terminée d'ici deux ans et A. Vere Nicoll prévoit que dans huit ans, la centrale du Corbetti affichera une puissance de 500 mégawatts. Représentant environ un quart de la consommation totale d'électricité du pays, cette puissance permettra de desservir dix millions d'Éthiopiens. « Nous avons mené à bien des opérations absolument novatrices dans différents pays émergents, mais ce projet sera sûrement, pour nous tous, le plus marquant de notre carrière », a-t-il déclaré. « J'en suis convaincu, de toute notre carrière. »

Le projet à la pointe de l'innovation de A. Vere Nicoll s'inscrit tout à fait dans l'action du Fonds mondial pour la promotion de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables(Geeref), l'un de ses principaux bailleurs de fonds. Le Geeref a été lancé sur la base d'un important apport de fonds publics qu'il a utilisé pour attirer les investisseurs privés. Les fonds privés ont suivi, comme l'avaient espéré les gestionnaires du Geeref  – alors même qu'ils prévoyaient d'investir dans des projets habituellement considérés comme risqués.

Coussin de sécurité contre le risque

Utilisant des fonds publics pour amortir les risques pris par les investisseurs privés, le Geeref a constitué un portefeuille tout à fait unique d'investissements dans les énergies renouvelables dans les pays en développement. Sa réussite est telle que ses gestionnaires lanceront prochainement un deuxième fonds dont le volume sera plus important. « Un tel résultat est unique en son genre » affirme Christopher Knowles, le chef de la division « Changement climatique et environnement » de la Banque européenne d’investissement.

Le Geeref est géré par la Banque européenne d’investissement à partir d'un unique bureau à l'atmosphère trépidante situé dans un coin plein de lumière de son siège à Luxembourg. Les murs sont recouverts de photos des enfants des gestionnaires et de cartes localisant les endroits exotiques dans lesquels le fonds investit. Un gâteau au chocolat fait maison trouve souvent sa place sur la petite table de conférence. C'est dans cet espace que le responsable du fonds, Cyrille Arnould, un Français à l'humour moqueur et au charisme rebelle, dirige une équipe qui a investi dans une cinquantaine de projets gérés par des gestionnaires débutants en la matière dans des pays en développement.

« Nous démontrons qu'il est possible de réaliser des projets sociaux dans un esprit de rentabilité », explique-t-il.

Le Geeref a été lancé en 2008 grâce à un apport de 112 millions d’EUR de fonds publics de la Norvège, de l'Allemagne et de l'Union européenne. Il a à son tour mobilisé 110 millions d’EUR d'investissements privés. Les objectifs du Geeref sont ambitieux :

  • créer 1 gigawatt de capacité de production d'énergie propre ;
  • économiser 2 millions de tonnes de dioxyde de carbone ;
  • soutenir l'approvisionnement énergétique pour 3 millions de personnes.


Appuyer les énergies renouvelables sans risque insoutenable

La clé de la structure du Geeref est ce que l'on appelle un « instrument de couverture des premières pertes ». Cela signifie que les ressources publiques du fonds sont utilisées comme bouclier pour protéger les investisseurs privés. Si le fonds subit une perte, elle est couverte en premier lieu par l'argent public. Cela accroît la confiance des investisseurs et les encourage à investir dans un fonds qui, sans ce dispositif, pourrait leur paraître trop risqué.

Garrie Lette, qui gère un portefeuille de fonds de pension de 4,5 milliards d'EUR à Melbourne, en Australie, a investi 42 millions d'EUR dans le Geeref. « Nous n'avons pas tout misé sur ce fonds, » explique G. Lette, directeur des investissements de Catholic Super. « Mais cela reste, pour nous, un investissement important. »

« Nos investisseurs tablent sur des rendements élevés, proportionnels aux risques, » précise Aglaé Touchard-Le Drian, chargée d'investissement principale au Geeref. Le fonds prévoit des rendements d'un peu plus de 20 %.

G. Lette reconnaît que la combinaison énergies renouvelables, pays en développement et gestionnaires de fonds débutants « ne correspond pas à tous [ses] critères. » C'est la structure du Geeref qui l'a intéressé. « Notre politique d'investissement repose sur l'équilibre risque-rendement. La présence d'un capital couvrant les premières pertes a été déterminante dans notre décision de nous engager dans ce fonds. »



Des ressources publiques pour attirer des fonds privés

Le Geeref a mobilisé des investissements privés pour un montant pratiquement équivalent à son financement public. Mais une fois investis, ces fonds suscitent un nouvel intérêt. Chaque euro que le Geeref investit dans un projet attire finalement plus de 50 EUR d'investissements. « Cet effet de levier est extraordinaire », s'exclame Monica Arevalo Calsina, chargée d'investissement principale au Geeref. « En atténuant les risques pour le secteur privé, nous atteignons des niveaux d'investissement considérablement plus élevés. »

Cet effet de levier bénéficie à une série de fonds du portefeuille du Geeref :

  • Evolution One : fonds de 90 millions d'USD géré à partir du Cap, investissant en Afrique australe dans des projets et entreprises relevant des secteurs des énergies renouvelables, de l'efficacité énergétique et de l'environnement ;
  • Renewable Energy Asia Fund : fonds de 86 millions d'EUR, géré à partir de Singapour par Berkeley Energy, la société de A. Vere Nicoll, et investissant dans les énergies renouvelables en Inde et aux Philippines ;
  • Frontier : fonds de 60 millions d'EUR géré à partir de Nairobi et Copenhague, investissant dans les énergies renouvelables en Afrique subsaharienne ;
  • Emerging Energy Latin American Fund II : fonds de 40 millions d'USD géré à partir de Rio de Janeiro et de Stamford (Connecticut), investissant dans les infrastructures de production d'énergies renouvelables et dans des entreprises de services énergétiques d'Amérique latine et des Caraïbes ;
  • Armstrong : fonds de 164 millions d'USD géré à partir de Singapour, investissant dans des projets de petite dimension liés à la production d'énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique en Asie du Sud-Est ;
  • MGM Sustainable Energy Fund : fonds de 50 millions d'USD géré à partir de Miami, investissant dans des projets liés à l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables en Amérique centrale et dans les Caraïbes ;
  • Africa Renewable Energy Fund : fonds de 200 millions d'USD géré à partir de Nairobi, soutenant le projet Corbetti et investissant dans des projets liés aux énergies renouvelables en Afrique subsaharienne ;
  • Solar Arise : ce fonds, géré à partir de Gurgaon (État de Haryana, dans le nord de l'Inde), entend lever 100 millions d'USD pour investir sur le territoire indien dans des projets relatifs à l'énergie photovoltaïque ;
  • Caucasus Clean Energy : fonds visant un volume de 100 millions d'USD, géré à partir de Tbilissi et Singapour et investissant dans des projets hydroélectriques de petite dimension en Géorgie.


Des projets bâtis en partant de zéro

Le Geeref couvre une zone géographique étendue, mais pour C. Arnould, les meilleures perspectives de croissance dans le secteur des énergies renouvelables se situent en Afrique. Il rejoint ainsi Anders Hauch, directeur des investissements de Frontier Investment Management. Le Danois de 44 ans et ses collègues de Frontier appuient un projet de centrale hydroélectrique de 45 millions d'USD sur la rivière Siti, en Ouganda, dans la région isolée du mont Elgon.

Actuellement en cours de lancement, la centrale de Siti devrait avoir une capacité de production d'électricité de 5 MW d'ici la fin 2016, grâce à ses turbines installées sur la première forte cascade de la rivière pour profiter au maximum de sa puissance. La capacité de production atteindra au total 21 MW d'ici la fin 2018, lorsque Frontier Investment Management aura construit des turbines sur la seconde cascade. Cette centrale représente 2,5 % de la capacité de production totale de l'Ouganda et elle est très importante pour la région, qui n'est pas encore raccordée au réseau électrique du pays.

Frontier est un investissement type du Geeref dans le sens où le fonds n'avait aucun antécédent, ce qui permet aux conseillers de la BEI de jouer un rôle majeur dans sa gestion (C. Arnould dirige le comité d'investissement consultatif de Frontier). Facteur important à noter, Frontier appuie des projets entièrement nouveaux, ce qui signifie que la société n'investit pas dans des projets existants. Elle réalise tous ses projets en partant de zéro. Cette « valeur ajoutée » est précisément au cœur de l'action du Geeref.

Les 60 millions d'EUR de financement de Frontier comprennent un investissement de 12 millions d'EUR du Geeref. Cet apport s'est révélé crucial pour lever d'autres fonds pour Frontier. « L'importante contribution du Geeref nous a permis d'attirer d'autres ressources. Le Geeref nous a aussi indiqué de nombreuses pistes d'investissements potentiels », déclare A. Hauch. « Le Geeref a joué un rôle tout à fait essentiel. »

Maintenant que le Geeref peut s'appuyer sur son expérience stratégique, C. Arnould et ses collègues sont armés pour un autre cycle de financement. Il est prévu de viser pour le Geeref II un volume largement plus élevé et une plus grande proportion de capitaux privés.

« Nous nous attendons à ce que les investisseurs reviennent avec des montants beaucoup plus importants que lors du premier cycle de financement », indique Gunter Fischer, chargé d'investissement principal au Geeref. Proportionnellement, le dispositif de couverture des premières pertes sera plus restreint que pour la première levée de fonds du Geeref.

« Nous continuons à atténuer les risques pour les investisseurs privés », ajoute C. Arnould. « Mais nous n'avons plus besoin de leur offrir une protection aussi forte, parce qu'ils connaissent nos résultats. Nous disposons à présent d'un solide capital de confiance. »




 Imprimer